Anémies Hémolytiques Auto-Immunes de l’Adulte

Views:
 
     
 

Presentation Description

3 objectifs: Confirmer le diagnostic Typer l’AHAI Rechercher une maladie sous-jacente (« idiopathique » ou secondaire)?)

Comments

Presentation Transcript

Anémies Hémolytiques Auto-Immunes de l’Adulte:Du diagnostic au traitement : 

Anémies Hémolytiques Auto-Immunes de l’Adulte:Du diagnostic au traitement Dr Marc MICHEL, service de Médecine Interne, CHU Henri Mondor, Créteil http://www.medespace.net Share what you know and learn what you don’t

Slide 2: 

Epidémiologie des AHAI Incidence annuelle ~ 1/80 000 (USA, Danemark) Age = petite enfance à > 80 ans (Ac. chauds) 73% des patients > 40 ans au diagnostic Sexe ratio F 60% / H 40% MAF rare++ (8-25% des AHAI) > 55-60 ans, sexe ratio = 1 Hémoglobinurie paroxystique à « frigore » = exceptionnelle (enfant)

Slide 3: 

Pronostic des AHAI « chaudes » Littérature => mortalité ~ 10-20% dans les formes chroniques de l’adulte Henri Mondor: N = 83 cas dont 74 AHAI à Ac. « chauds » (16 Evans), suivi moyen de 48 mois 13 décès (18%): Sepsis = 5 LMNH = 3 Leucémie aigue = 2

Slide 4: 

Examens à réaliser au diagnostic d’AHAI 3 objectifs: Confirmer le diagnostic Typer l’AHAI Rechercher une maladie sous-jacente (« idiopathique » ou secondaire)?)

AHAI = Anémie hémolytique : 

AHAI = Anémie hémolytique NFS = Anémie normochrome macrocytaire Régénérative = Réticulocytes (>120,000/mm3) ~ 80% Hémolytique = LDH (80%), Bili. Libre (80%), Haptoglobine (>90%) Intravasculaire = Hemoglobinurie/némie, hemosiderinurie

Slide 6: 

Anémie hémolytique Frottis sanguin + test de Coombs direct Anomalies morphologiques test de Coombs neg. Anémies corpusculaires (anomalie d’Hb ou mbane) Microspherocytose Elliptocytose Drépanocytose.. Test de résistance Electrophorèse Hb.. Schizocytes* ++ Coombs neg. Microangiopathie thrombotique (PTT, SHU, HELLP..) Corps de Heinz, Ponctuations basos… Coombs neg. Frottis Nl ou sphéro. Coombs + AHAI *Anémie macrocytaire avec hemolyse (LDH++) et Schizos +++ avec retic. Nx = Biermer « pseudo MAT Enzymopathie:G6PD, PK Divers: Wilson, Pb, Hb instable

Slide 7: 

schizocytes drépanocytose microsphérocytose Paludisme

Slide 8: 

Examens à réaliser au diagnostic d’AHAI 3 objectifs: Confirmer le diagnostic Typer l’AHAI Rechercher une maladie sous-jacente (« idiopathique » ou secondaire)?)

Slide 9: 

2. Typer l’AHAI: Test de Coombs direct (sensibilité > 95% ), IgG/ C3d, ½ quantitatif Tester l’amplitude thermique de l’auto Ac. 4°C-37°C Recherche d’agglutinines froides (>1/500): pas forcément pathogènes (AHAI « mixtes »)

2. Typer l’AHAI: : 

2. Typer l’AHAI: Test d’élution avec un pannel d’Ag: Inutile si Coombs + C3 seul Peut être utile dans 3 circonstances: 1) Coexistence d’alloAc. et d’autoAc. suspectée (pré-transfusion) 2) AHAI à Coombs – (< 500 Ac/GR, faible affinité, IgA) 3) AHAI induite par un médicament (eluat -) L’identification et titrage des Ac. Sériques (Coombs indirect): positive dans environ 50% des cas (spécificité à comparer à celle de l’éluat). Présence d’allo-anticorps. La spécificité des auto-ac. n’a pas de valeur pronostic

AHAI: Classification (1) : 

AHAI: Classification (1) Selon les propriétés immuno-chimiques de l’auto-anticorps en cause: AHAI à anticorps « chauds » (35 - 40°C): 70% des cas, IgG contre un Ag du groupe Rh. Coombs + IgG ou IgG + complément (Ct). Hémolyse extra vasc., siège splénique AHAI à anticorps « froids »* (4°C): 16-32%, de type IgM, Coombs de type Ct isolé. hém. Intra et/ou extra-vasculaire de siège intra-hépatique Formes mixtes (7-10%) avec taux faibles d’agglu. froides *IgM à large amplitude thermique (0-37°C), active même à taux faible +++

Slide 12: 

Spécificité du test de CoombsAHAI « chaudes » (série H Mondor) IgG IgG + Ct Ct 44% 32% 23% 1% N = 72 patients Coombs direct + 69/72 (96%) N = 83 cas d’AHAI, 72 (86%) ac. chauds, 11 (14%) MAF

Slide 13: 

Examens à réaliser au diagnostic d’AHAI 3 objectifs: Confirmer le diagnostic Typer l’AHAI Rechercher une maladie sous-jacente (« idiopathique » ou secondaire)?)

AHAI: Classification (2) : 

AHAI: Classification (2) Formes primitives (« idiopathiques ») ou associés (« secondaires »): AHAI à anticorps « chauds » « idiopathiques » Secondaires dans 22-80% des cas AHAI à anticorps « froids » « idiopathique » = MAF (hémopathie lymphoide clonale B avec IgM kappa) post-infectieuses, transitoires (EBV, CMV, Mycoplasme…), LMNH B de haut grade.. « Hémoglobinurie paroxystique à frigore » (rare ++ /enfant) AHAI induites par les médicaments (10%) C3G (ceftriaxone, cefotetan), AINS, TMP-SMX… => 3 mécanismes: auto-immun, CIC (néoAg-GR), adsorption par les GR.

Slide 15: 

AHAI « chaudes »:maladies associées LMNH (LLC), LAID, Hodgkin, leucémie à LGL, myélome Maladies auto-immunes (Lupus, CBP, HAI, Biermer, PR, RCH, Basedow, Sjogren, SAPL, Thymome…) Deficits immunitaires: DICV, Déficit en IgA, Syndrome hyper IgM, post-BMT, syndrome de Canale-Smith… Tumeurs solides: Adénome du pancréas, kyste mésentère, Kaposi, ovaire (tératome, kyste dermoïde ), côlon…. Infections: grippe, hépatite A, C, MNI, parvo B19, CMV, VIH… Grossesse Insuffisance rénale chronique (?) Médicaments (QS)

AHAI « idiopathiques » versus IIaires : 

AHAI « idiopathiques » versus IIaires Auteur N Idiopathique IIaire Dameshek 43 50% 50% Dacie 199 56% 44% Dausset 106 78% 22% Engelfriet 539 45% 65% Sokol 1694 61% 39% Henri Mondor 72 49% 51%

Slide 17: 

AHAI « chaudes »: Etude Henri Mondor N = 72 patients, suivi moyen de 48 mois après une enquête étiologique non standardisée 37/72 formes IIaires ou associées soit 51% du total dont: Hémopathies lymphoides: n = 15 (dont 4 LLC et 4 LMNH B à petites cellules) Maladies auto-immunes et/ou systémique: n = 14 (dont n = 7 lupus et 2 LLD) Médicaments: n = 3 (Aldomet, Tegretol) Divers: n = 5

3. Rechercher une maladie sous-jacente: jusqu’ou faut-il aller ? : 

3. Rechercher une maladie sous-jacente: jusqu’ou faut-il aller ?

AHAI à anticorps « froids » : 

AHAI à anticorps « froids » Contexte aigu ++ avec Sd infectieux chez adolescent ou adulte jeune: Sérologies Myc. Pneumoniae (anti-I), EBV (anti-i) >> autres: CMV… b) Acrosyndrome au froid, anémie modérée, sujet > 50 ans, Agglu froides > 1/1000 = MAF très probable. EPP + IEP (IgM kappa monoclonale) Myélogramme +/- caryotype (Trisomie 3q, trisomie 12) et/ou BOM (lymphome lymphoplasmocytique, B CD20+ k +), + rarement LMNH de haut grade

Ex. compl. à la recherche d’une hémopathie sous-jacente (AHAI « chaudes ») : 

Ex. compl. à la recherche d’une hémopathie sous-jacente (AHAI « chaudes »)

AHAI « chaudes »: Recherche d’une hémopathie sous-jacente : 

AHAI « chaudes »: Recherche d’une hémopathie sous-jacente La présence d’une hypog sur l’EPP était significativement correlée à la présence d’une hémopathie lymphoide sous-jacente (p = 0.001) La BOM n’a permis à elle seule de retenir le diagnostic d’hémopathie lymphoide de bas grade dans 1 seul cas sur 6 (LMNH B de bas grade). La TDM TAP réalisée que dans 46% des cas était anomale dans 8/33 cas (gg > 1 cm dans 6 cas, une tumeur du rein, une masse abdominale pseudo-tumorale)

AHAI « chaudes »: Examens complémentaires à réaliser : 

AHAI « chaudes »: Examens complémentaires à réaliser AAN, anti-ADN, anti ECT, anti-muscles lisses… FR si signes articulaires AcL + recherche d’ACC* si atcd de thrombose / FCS et/ou AAN + Sérologie VIH Autres sérologies (hépatites, VHC**, EBV, CMV…) fonction du contexte BHCG (?) EPP (DICV, LMNH) + IEP sang +++ TDM thoraco-abdo-pelvien (sauf si LES évident) BOM non systématique (oui si hypog ou pic sur EPP et/ou gg au scanner) *Pullakart V. et al Br J Haematol 2002:118:1166-69 **Ramos-Casals et al. Medicine 2003; 82:87-96

Modalités de surveillance ? : 

Modalités de surveillance ? Une AHAI « idiopathique » peut précéder de plusieurs années l’apparition d’un LMNH +++ (6 cas/15 H. Mondor délai de 24 à 66 mois après Dg AHAI) Importance surveillance clinique +++ Phénotypage lymphocytaire +/- recherche de clonalité 1 fois/an ? Scanner TAP en cas de rechute de l’AHAI ? Etudes de cohorte prospectives….

Traitement des AHAI : 

Traitement des AHAI Aucune étude contrôlée disponible Données uniquement rétrospectives (< 1980) La CAT doit tenir compte: Du type d’AHAI: AHAI « chaudes » versus « froides » De l’âge (tolérance de l’anémie, risque infectieux ++) De la présence ou non d’une maladie sous-jacente

AHAI à anticorps « froids » : 

AHAI à anticorps « froids » Traitement avant tout symptomatique +++ Corticoides / splénectomie = inefficaces Alkylants / IFNa / analogues purines idem Chloraminophéne => leucémogène Endoxan per os (diminution du taux d’agglu froides dans 25% des cas Rituximab => une étude récente

Slide 26: 

Rituximab et MAFBerentsen S. Blood 2004 N = 27 patients (9 H/18 F, age m = 71 ans) avec MAF Rituximab 375mg/m2 x 4 . Si échec à M3 ou récidive: Rituximab nº 2 + IFNg s/c 5MUI x 3/semaine pdt 20 semaines Critères de réponse . RC = Hb Nle, pas d’hémolyse, pas de SF de maladie, pic indétectable, pas de prolifération clonale détectable dans le sang et sur la moelle (BM à 3 et 6 mois !) . RP = >2g/dL + réduction > 50% du pic, amélioration des SF et pas de besoin transfusionnel.

Slide 27: 

MAF et Rituximab: Patients

Slide 28: 

MAF et Rituximab:Résultats Réponse chez 14/27 (52%) patients après 1 cycle (1 RC, 13 RP) Rechute 8/14 retraités par ritux. seul (n=5) ou + IFN (n=3) => 5 RP (2 sous IFN) et 3 échecs => Au total réponse 20/37 cycles (1 RC) . Délai médian de réponse = 1.5 mois [0.5-4] . Durée médiane de réponse = 11 mois [0.5-4] . Tous les répondeurs suivis pdt au moins 1 an ont rechuté sauf 2 (1 RP 28 mois, 1 RC 42 mois) . 4 patients NR ont leur Hb de 2 à 4.3g/dL . Pas de facteurs prédictifs de réponse (age, sexe, Hb, pic…)

AHAI à anticorps « chauds » : 

AHAI à anticorps « chauds » Corticoides 1-2 mkg/j: > 80% de réponses à 3 semaines Interêt des bolus initiaux (?) Durée « empirique » > 12 mois (15,9 mois en moyenne sur 70 patients à H Mondor) Problème = corticorésistance (15-20%) et surtout corticodépendance +++ (> 10-15 mg/j) chez 40-50% des patients => Seul 20-30% de RC prolongée Nécessité d’un autre traitement dans 1/3 des cas. Pas de différence AHAI « idiopathiques » vs IIaires

Slide 30: 

Prednisone en monothérapie N= 27/40 patients avec AHAI « chaude » idiopathique traités pendant 15 mois à une posologie initiale > 1 mg/kg/j Hb au dg : 6,4 g/dl / Suivi moyen : 32 mois 16 rémissions dont 13 RC et 3 RP (Hb > 10g/dL ou gain > 2 g/dL) = 60% de rémissions prolongées 10 échecs / 1 perdu de vue

AHAI à anticorps « chauds » : 

AHAI à anticorps « chauds » Que faire chez les patients corticorésistants ou corticodépendants (> 10-15 mg/j) ? IgIV Splénectomie Danazol Immunosupresseurs Echanges plasmatiques anti-CD20 (rituximab: Mabthéra®)

Ig IV(Flores et al. Am J Hematol 1993; 44:237) : 

Ig IV(Flores et al. Am J Hematol 1993; 44:237) Analyse de 73 cas dont 37 cas = étude pilote) + 36 cas de la littérature 34/73 = AHAI « idiopathiques » N = 28 patients sans tt préalable Dose Ig IV 2 à 5 g/kg Taux global de réponse = 40% dont une majorité de RP (gain Hb > 2g/dl) Pas de facteur prédictif de réponse sauf: Hb < 7 g/dl, hépatomégalie (?) Effet non dose-dépendant

Splénectomie : 

Splénectomie Indications: corticorésistance, corticodépendance à dose > 15 mg/j, patients en rechute… Résultats littérature: ~ 50%-75% RC (séries ≤ 34 cas) Efficacité AHAI « idiopathiques » >> AHAI IIaires AHAI associée à un LMNH: efficacité moindre, risque infectieux accru ++ Risque global OPSI:0.28-1.9% Etude H. Mondor: n = 14/72 splénectomies (19%) dans 1 cas pour un PTI réfractaire associé (Evans) - 5 RC + 3 RP = (57%), 4 échecs. 1 décès de choc septique

Slide 34: 

Danazol Patients corticodépendants => épargne cortisonique suggérée par quelques études rétrospectives non controlées (N < 17 cas)* Dose = 600 mg/j, 80% de « bonnes réponses » lorsque prescrit en 1ére intention Effet synergique avec les corticoides ? H Mondor = 13 patients predn + dan. d’emblée Taux de rémission = 69% 7 patients: danazol en 2eme ligne => 2 RC + 1 RP * Pignon JM et al. Br J Haematol 1993; 83:343-45

Immunosupresseurs : 

Immunosupresseurs Cyclophosphamide Azathioprine MMF Campath-1H (anti-CD52) Cyclosporine

Cyclophosphamide : 

Cyclophosphamide Per os: 60-75 mg/m2 => 40-60% de « réponse » (épargne cortisonique dans les 3 mois) à maintenir au moins 6 mois si effet + avant de diminuer. Bolus mensuels: 750 mg/m2 (?) H Mondor, n = 9 patients => RC dans 3 cas (33%) Fortes doses*: 50 mg/kg/j J1-J3 sans autogreffe. 6/9 RC durable (médiane de suivi = 15 mois) sans toxicité notable (décés = 0). Médiane sortie d’aplasie = 16j, durée médiane hospi = 21j Intérêt = dans AHAI graves +++ (transfusion dépendant) et réfractaires. * Blood 2002; 100:704-6

Slide 37: 

Rituximab et AHAI « chaudes »: Quartier et al. (Lancet 2001; 358:1511-13) . Quartier et al. (Lancet 2001; 358:1511-13)

Slide 39: 

Dose « standard » chez 4/6 patients = 375 mg/m2 x 4 Dans 2 cas 12 administrations au total ! . 5/6 patients laissés sous IVIg à doses substitutives pendant 9 mois après la dernière perfusion d’anti-CD20 . Tolérance: - 1 épisode de PNA à E.Coli (S7) - 1 épisode de bronchite fébrile (S 22) . Besoins transfusionnels: Arret des transfusions chez tous les patients dans les 2 semaines suivant le début du tt. . Aucune rechute après un suivi de 5 à 14 mois. Rituximab et AHAI (Lancet 2001; 358)

Slide 40: 

Rituximab et AHAI « chaudes » Zecca M. et al. (Blood 2003; 101:3857) . N = 15 patients (10 F/ 5 G), d’age médian au Dg de 2 ans [0.3-14 ans] dont 6 AHAI et 6 Sd d’Evans . AHAI IIaires: LES (1); PR (2); vitiligo (1), post-BMT dans 1 cas . Ac chauds 13/15 cas; agglu froides (IgM) = 1; Cbs neg = 1 . Dans tous les cas > 2 tt immunosupresseurs, splen. n = 2, transfusion 10/15 (2-11 CG). . Taux d’Hb pré-tt, médiane = 7.7 g/dL [3-10 g/dL]; plaquettes (Evans) = 27 x 109/L [4-61] . Rituximab: 4 doses (n =2), 3 doses (n = 10), 2 doses (n = 3) . IVIg x 6 mois à dose substitutive

Slide 41: 

Zecca M. et al. (Blood 2003; 101:3857) Critère de réponse . + 1.5 g/dL d’Hb avec 50% de réduction du tx de réticulocytes dans les 2 mois post-Tt Tolérance - Immédiate => 3/15 réactions modérées (fièvre = 2; œdème VAS = 1 regressif sous HSC + B/D) - Retardée: 1/15 infection à VZV à M2

Zecca M. et al. (Blood 2003; 101:3857) : 

Zecca M. et al. (Blood 2003; 101:3857) Taux de réponse Suivi médian = 14 mois [7-28] -> 13/15 répondeurs (87%), après une durée médiane de 12 jours post-iv nº1 (+ 1.5 g/dL Hb) Gain global en Hb 7.7± 1.8g/dL => 11.4 ± 2.1 g/dL à M2 médiane gain chez les 13 répondeurs = 4 g/dL [1.5-9] Négativation du Coombs dans 43% des cas. Evans; tx de plaq. de 30 000 ± 27 => 118 000 ± 47 Rechute 3/13 (23%) ont rechuté à M7, M8 et M10 et répondu après 2eme cure (4 cycles au total dans un cas !)

Slide 43: 

Mabthera  in the treatment of 34 adult patients with refractory AHACabrera et al, ASH 2004 34 patients, âge: 64 ans AHAI idiopathique (38 %), associée à hémopathie lymphoïde (41 %), connectivite (6%), etc… AHAI « chaudes » 73 %, « froides » 17 % Splénectomie 36 % Hb moyenne: 6.9 g/dL Durée évolution : 6 mois

Rituximab et AHAI de l’adulte Cabrera et al, ASH 2004 : 

Rituximab et AHAI de l’adulte Cabrera et al, ASH 2004 Taux de réponse RC = 19/34 (63%) (50% MAF 64% wAHAI) RP = 4/34 (13%) NR = 11/34 (23%) Délai avant réponse 70% des réponses dans les 3 semaines < 10% après 8 semaines

Rituximab et AHAI « chaudes » : 

Rituximab et AHAI « chaudes » Traitement prometteur ++ Délai de réponse rapide +++ Tolérance bonne Durée de la réponse ? Nécessité d’évaluer ce traitement chez l’adulte pour en préciser la place exacte ++ (1ère ligne ?) Etude multicentrique contrôlée comparant rituximab à placébo chez des adultes avec AHAI évoluant depuis moins de 6 semaines (PHRC 2005) => RC et RP à 12 et 24 mois Dose cumulée de corticoides dans les 2 bras

AHAI et LLC : 

AHAI et LLC Manifestation auto-immune la + fréqte ~ 4-5% des AHAI “chaudes” associées à LLC AHAI observée dans ~ 10% des LLC 20-35% LLC Coombs direct + (IgG>> IgM) Corticothérapie efficace dans la majorité des cas Autres: 2cdA, fludarabine, cyclo, campath Attention Hémolyse sous Fludarabine ++ (25% dc)* Splenectomie à éviter (risque infectieux ++) Rituximab… Weiss J Clin Onc 1998;16:1885-89

Slide 47: 

Rituximab et AHIA associées à la LLC Gupta N et al. Leukemia 2002;16:1092-95 N = 8 patients LLL + AHAI refractaires aux cortic. (6/8 antérieurement traités par fludarabine) Protocole: Rituximab 375mg/m2 J1 Cyclophosphamide 750 mg/m2 J2 Dexamethasone 12mg J1-J7 Réponse initiale dans 8/8 cas Médiane Hb 8.3 g/dl[5-9.9 pre-tt =>14.2 g/dl post tt Mediane suivi = 21 mois, neutropenia grade IV dans 1 cas Négativation to Coombs dans 5/8 cas (62%) 5 patients ont rechuté aprés une médiane de 13 mois (nouvelle CR aprés “retraitement”) Toutes les 4 semaine X 2 à 5 cycles

Slide 48: 

Rituximab et AHAI/LLC Zaja F et al. Leuk Lymphoma 2003;44:1951-5 N = 7 patients avec MAI-associée à une LLC refractaire au tt standard (wAIHA = 4, MAF = 1, PTI = 1, neuropathie axonale dégénérative = 1) Rituximab 375 mg/m2/ semaine x 4 AIHA => 1 CR (8 mois +) MAF => CR (30 mois +) ITP => CR transitoire (6 mois), 2ème RC après nouveau tt

Slide 49: 

Corticothérapie 1-1.5 mg/kg/j pendant 2 semaines (+/- bolus J1-J3) Echec 2 mg/k/j (x 2 semaines) ± danazol Echec Splénectomie Réponse Réponse Décroissance à S6 Echec ou rechute Succès rituximab Succès = Hb Nle avec < 10 mg/j prednisone à 1 an Corticodépendance Immunosupr Echec ou rechute succès > 6 mois Rituximab ? Rituximab ?

authorStream Live Help