DIAGNOSTIC HTA 2008

Views:
 
Category: Entertainment
     
 

Presentation Description

No description available.

Comments

By: hannibal6861 (152 month(s) ago)

merci docteur

By: kader2768 (159 month(s) ago)

merci Dr benaouda

Presentation Transcript

1re partie – Recommandations sur le diagnostic,l’évaluationet le suivi de l’hypertension : 

1re partie – Recommandations sur le diagnostic,l’évaluationet le suivi de l’hypertension Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008

Organisations de supervision et partenaires : 

Organisations de supervision et partenaires Organisations de supervision Pression artérielle Canada Conseil canadien des infirmières(iers) en nursing cardiovasculaire Société canadienne d’hypertension artérielle Association des pharmaciens du Canada Collège des médecins de famille du Canada Fondation des maladies du cœur du Canada Agence de santé publique du Canada Partenaires Société canadienne de cardiologie Société canadienne de néphrologie Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires Société canadienne de médecine interne La Fondation canadienne du rein Bénévoles (> 100)

PECH – Recommandations 2008(Programme éducatif canadien sur l’hypertension) : 

Un drapeau rouge a été placé aux endroits où les recommandations ont été modifiées en 2008. Un diaporama destiné à la formation médicale ainsi qu’aux professionnels de la santé, aux patients et au grand public peut être téléchargé (versions française et anglaise) à partir du site Web de la Société canadienne d’hypertension artérielle : <http://www.hypertension.ca>. PECH – Recommandations 2008(Programme éducatif canadien sur l’hypertension)

PECH – Recommandations 2008 : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 PECH – Recommandations 2008 Quoi de neuf en 2008? L’IMPORTANCE DE LA MESURE DE LA PRESSION ARTÉRIELLE À DOMICILE Il faudrait inciter les patients hypertendus à utiliser un tensiomètre approuvé et à appliquer la bonne technique pour la mesure de la pression artérielle à domicile. La mesure de la pression artérielle à domicile est un indicateur prévisionnel plus étroitement lié au pronostic de maladie cardiovasculaire que la mesure de la pression artérielle en cabinet. Les mesures à domicile peuvent aider à confirmer le diagnostic d'hypertension, à améliorer la normalisation de la pression artérielle, à diminuer la nécessité d'antihypertenseurs chez certains patients, à détecter les phénomènes de la « blouse blanche » ou de l'hypertension masquée et à améliorer l'observance thérapeutique chez les patients qui ne respectent pas le traitement.

PECH – Recommandations 2008 : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 PECH – Recommandations 2008 L’IMPORTANCE DE LA MESURE DE LA PRESSION ARTÉRIELLE À DOMICILE Une boîte à outils accessible par Internet et conçue pour faciliter la mesure de la pression artérielle à domicile ainsi que la notation et le suivi des valeurs se trouve à l'adresse suivante : <WWW.HEARTANDSTROKE.CA/BP>. Les patients peuvent trouver de l’information sur le choix d’un appareil approuvé, ainsi que sur la mesure de la pression artérielle à domicile et sur le suivi des valeurs, à l'adresse suivante : <www.hypertension.ca/BPC>.

PECH – Recommandations 2008 : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 PECH – Recommandations 2008 Quoi de neuf en 2008? Dans les cas où la pression artérielle dépasse de 20/10 mm Hg ou plus la valeur cible, envisager l'instauration du traitement initial par l'association de deux médicaments de première intention comme solution de premier recours.

Programmeéducatifcanadiensur l’hypertension –Recommandations 2008 Que reste-t-ild’important? : 

Programmeéducatifcanadiensur l’hypertension –Recommandations 2008 Que reste-t-ild’important? Programme Éducatif Canadien sur l’Hypertension – Recommandations 2008

Messages clés du PECH – Prise en charge de l’hypertension : 

Vérifier la pression artérielle à toutes les consultations appropriées Inciter les patients hypertendus à utiliser un tensiomètre approuvé et à appliquer la bonne technique pour la mesure de la pression artérielle à domicile Évaluer et prendre en charge tous les facteurs de risque de maladie cardiovasculaire chez tous les patients hypertendus, notamment le tabagisme, une mauvaise alimentation, l’inactivité, l’obésité abdominale, la dyslipidémie et le diabète Considérer les modifications durables des habitudes de vie comme la pierre angulaire de la prévention et de la prise en charge de l’hypertension et des maladies cardiovasculaires Traiter jusqu’à l’atteinte des valeurs cibles de la pression artérielle (< 140/90 mm Hg et < 130/80 mm Hg chez les patients atteints de diabète ou d’une maladie rénale chronique). Pour ce faire, il est souvent nécessaire de modifier les habitudes de vie et de prescrire au moins deux médicaments antihypertenseurs Messages clés du PECH – Prise en charge de l’hypertension

PECH – Recommandations 2008 : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 PECH – Recommandations 2008 DIAGNOSTIC, ÉVALUATION ET SUIVI DE L’HYPERTENSION Évaluation de la pression artérielle à toutes les consultations appropriées Critères pour le diagnostic d’hypertension artérielle et recommandations sur le suivi Évaluation du risque global de maladie cardiovasculaire chez tous les patients hypertendus Examens de laboratoire courants et facultatifs dans l’exploration de l’hypertension artérielle Évaluation de l’hypertension rénovasculaire Hypertension endocrine Mesure de la pression artérielle à domicile (automesure) Surveillance ambulatoire de la pression artérielle Rôle de l’échocardiographie Table des matières

PECH – Recommandations 2008 : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 PECH – Recommandations 2008 Environ 95 % des Canadiens seront atteints d’hypertension au cours de la vie normale. La plupart des patients ayant une surcharge pondérale et une pression artérielle à la limite supérieure de la normale (130-139/85-89 mm Hg) seront atteints d’hypertension au cours des 4 années suivantes et près de la moitié, au cours des 2 années suivantes. Il est donc recommandé que les patients ayant une pression artérielle normale élevée fassent l’objet d’un suivi annuel.

Quel pourcentage de la population est atteint d’hypertension au Canada? : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Quel pourcentage de la population est atteint d’hypertension au Canada? CCHS CMAJ, 1992.

Risque d’hypertension, au cours de la vie, chez les femmes et les hommes normotendus, âgés de 65 ans : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Risque d’hypertension, au cours de la vie, chez les femmes et les hommes normotendus, âgés de 65 ans Risque d’hypertension (%) Nombre d’années de suivi Femmes Risque d’hypertension (%) Nombre d’années de suivi Hommes JAMA, 2002: données de Framingham. 100 80 60 40 20 0 100 80 60 40 20 0

Risques modifiables d’hypertension : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Risques modifiables d’hypertension Obésité Mauvaises habitudes alimentaires Apport élevé en sodium Sédentarité Consommation élevée d’alcool Pression artérielle à la limite supérieure de la normale

Incidence de l’hypertension chez les personnes ayant une pression artérielle normale élevée : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Incidence de l’hypertension chez les personnes ayant une pression artérielle normale élevée Nombre de sujet : 772; âge moyen : 48,5 ans Sujets jamais traités pour l’hypertension Moyenne de 3 mesures de la pression artérielle au départ : PAS : 130-139 mm Hg et PAD : < 89 mm Hg OU PAS : < 139 mm Hg et PAD : 85-89 mm Hg Principal critère d’évaluation : nouvelle manifestation d’hypertension PAD: pression artérielle diastolique; PAS: pression artérielle systolique. NEJM, 2006;354:1685-97.

Nouvelle manifestation d’hypertension chez les personnes ayant une pression artérielle normale élevée : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Nouvelle manifestation d’hypertension chez les personnes ayant une pression artérielle normale élevée NEJM 2006;354:1685-97.

Apparition de l’hypertension chez les personnes ayant une pression artérielle normale élevée : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Apparition de l’hypertension chez les personnes ayant une pression artérielle normale élevée Vasan. Framingham cohort, Lancet, 2001.

Risque élevé d’hypertension chez les personnes ayant une pression artérielle normale élevée : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Risque élevé d’hypertension chez les personnes ayant une pression artérielle normale élevée Recommandation : suivi annuel des patients ayant une pression artérielle à la limite supérieure de la normale

I. Évaluation de la pression artérielle à toutes les consultations appropriées : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 I. Évaluation de la pression artérielle à toutes les consultations appropriées La pression artérielle devrait être mesurée chez tous les adultes, lorsque les circonstances s’y prêtent, par un professionnel de la santé bien formé, selon les techniques reconnues, afin de : dépister l’hypertension; évaluer le risque de maladie cardiovasculaire; contrôler l’efficacité du traitement antihypertenseur.

II. Critères pour le diagnostic d’hypertension artérielle et recommandations sur le suivi : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 II. Critères pour le diagnostic d’hypertension artérielle et recommandations sur le suivi

II. Critères pour le diagnostic d’hypertension artérielle et recommandations sur le suivi : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Hypertension – 1re consultation Mesure de la PA, antécédents et examen physique II. Critères pour le diagnostic d’hypertension artérielle et recommandations sur le suivi Hypertension – 2e consultation Moins de 1 mois Oui PA ? 140/90 mm Hg et lésions d’organes cibles ou diabète ou maladie rénale chronique ou PA ? 180/110 mm Hg? Demande d’examens de diagnostic faite à la 1re ou à la 2e consultation Urgence hypertensive Diagnostic d’HTA PA : 140-179/90-109 mm Hg Non Mesure élevée de la PA hors cabinet Mesure aléatoire élevée de la PA en cabinet

II. Critères pour le diagnostic d’hypertension artérielle et recommandations sur le suivi : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 II. Critères pour le diagnostic d’hypertension artérielle et recommandations sur le suivi Les patients ayant une PA à la limite supérieure de la normale (mesure clinique de la PAS comprise entre 130 et 139 mm Hg et/ou de la PAD entre 85 et 89 mm Hg) devraient faire l’objet d’un suivi annuel. PA : 140-179/90-109 mm Hg

II. Critères pour le diagnostic d’hypertension artérielle et recommandations sur le suivi : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Symptômes, hypertension grave, intolérance au traitement antihypertenseur ou lésions d’organes cibles II. Critères pour le diagnostic d’hypertension artérielle et recommandations sur le suivi La PA est-elle au-dessous des valeurs cibles au cours de 2 consultations consécutives? Traitement non pharmacologique avec ou sans traitement pharmacologique Diagnostic d’hypertension Suivi à intervalles de 3 à 6 mois* Non Oui Oui Consultations plus fréquentes* Consultations 1 ou 2 fois par mois* *Envisager la mesure de la PA à domicile dans la prise en charge de l’hypertension afin de déceler l’hypertension masquée ou le syndrome de la blouse blanche et d’améliorer l’observance thérapeutique. Non

Le concept de l’hypertension masquée : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Le concept de l’hypertension masquée D’après Pickering et coll. Hypertension 2002;40:795-796. PAS – Mesure en cabinet (mm Hg) PAS – Mesure ambulatoire ou automesure (mm Hg) Hypertension réelle Normotension réelle Syndrome de la blouse blanche Hypertension masquée 140 140 140

Le pronostic de l’hypertension masquée : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Le pronostic de l’hypertension masquée J Hypertension 2007;25:2193-98. La prévalence de l’hypertension masquée est d’environ 10 %.

Recherche de lésions des organes cibles : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Recherche de lésions des organes cibles Maladie vasculaire cérébrale - Accidents ischémiques transitoires - AVC ischémique ou hémorragique - Démence vasculaire Rétinopathie hypertensive Dysfonctionnement ventriculaire gauche Coronaropathie - Infarctus du myocarde - Angine de poitrine - Insuffisance cardiaque congestive Maladie rénale chronique - Néphropathie hypertensive (TFG < 60 ml/min/1,73 m2) - Albuminurie Maladie vasculaire périphérique - Claudication intermittente III. Évaluation du risque global de maladie cardiovasculaire

Recherche de facteurs exogènes, modifiables, susceptibles de provoquer ou d’aggraver l’hypertension : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Recherche de facteurs exogènes, modifiables, susceptibles de provoquer ou d’aggraver l’hypertension Médicaments délivrés sur ordonnance AINS, y compris les coxibs Corticostéroïdes et stéroïdes anabolisants Contraceptifs oraux et hormones sexuelles Vasoconstricteurs et décongestionnants sympathomimétiques Inhibiteurs de la calcineurine (cyclosporine, tacrolimus) Érythropoïétine et analogues Inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO) Midodrine Autres Réglisse Stimulants, y compris la cocaïne Sel Abus d’alcool Apnée du sommeil III. Évaluation du risque global de maladie cardiovasculaire

III. Évaluation du risque global de maladie cardiovasculaire : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Plus de 90 % des personnes atteintes d’hypertension artérielle au Canada présentent d’autres facteurs de risque de maladie cardiovasculaire. Il faut évaluer et prendre en charge les facteurs de risque de maladie cardiovasculaire chez les patients hypertendus, notamment une mauvaise alimentation, l’inactivité, l’obésité abdominale, la dyslipidémie et le diabète. III. Évaluation du risque global de maladie cardiovasculaire

Traitement de l’hypertension dans le contexte du risque global de MCV : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Traitement de l’hypertension dans le contexte du risque global de MCV 1. Le risque global de maladie cardiovasculaire devrait être évalué. Chez les patients hypertendus, il faudrait s’appuyer sur des calculs qui tiennent compte des événements vasculaires cérébraux. 2. Devant l’absence de données canadiennes permettant de déterminer avec précision le calcul du risque, il faudrait éviter d’utiliser des valeurs absolues de risque pour justifier des décisions de traitement se situant à des seuils particuliers de risque. La simple addition des facteurs de risque peut aboutir à une sous-évaluation du risque. III. Évaluation du risque global de maladie cardiovasculaire

Facteurs de risque de MCV : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Facteurs de risque de MCV Présence de facteurs de risque - Âge avancé Sexe masculin Tabagisme Antécédents familiaux de maladie cardiovasculaire précoce (âge : < 55 ans chez les hommes et < 65 ans chez les femmes) Dyslipidémie Mode de vie sédentaire Mauvaise alimentation Obésité abdominale Présence de diabète Présence de lésions des organes cibles Microalbuminurie ou protéinurie Hypertrophie ventriculaire gauche Maladie rénale chronique (taux de filtration glomérulaire : < 60 ml/min/1,73 m2) Présence de maladie vasculaire athéroscléreuse Antécédents d’AVC ou d’accident ischémique transitoire (AIT) Coronaropathie Artérite Facteurs de risque de MCV susceptibles de modifier les seuils et les valeurs cibles dans le traitement de l’HTA III. Évaluation du risque global de maladie cardiovasculaire

Évaluation systématique du risque de MCV (risque, au bout de 10 ans, de MCV mortelle dans des pays à risque élevé comme le Canada) : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Évaluation systématique du risque de MCV (risque, au bout de 10 ans, de MCV mortelle dans des pays à risque élevé comme le Canada) D’après De Backer et coll. Eur Heart J 2003;24:1601-1610. SC?RE* Risque, au bout de 10 ans, de MCV mortelle dans des populations à risque élevé Rajusté en fonction des données sur la mortalité au Canada, en 2002 15 % et plus 10 % – 14 % 5 % – 9 % 3 % – 4 % 2 % 1 % < 1 % Rapport (cholestérol total/cholestérol-HDL) PA systolique (mm Hg) Femmes Hommes Canada

IV. Examens de laboratoire courants : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 IV. Examens de laboratoire courants Exploration de base chez les patients hypertendus 1. Analyse d’urine 2. Chimie sanguine (potassium, sodium et créatinine) 3. Glycémie à jeun 4. Cholestérol total, cholestérol HDL, cholestérol LDL, triglycérides à jeun 5. Électrocardiographie ordinaire à 12 dérivations L’insuffisance de données ne permet pas actuellement de recommander la recherche systématique de microalbuminurie chez les personnes hypertendues non atteintes de diabète ou d’une maladie rénale.

IV. Examens de laboratoire courants : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 IV. Examens de laboratoire courants Examens de suivi chez les patients hypertendus Pendant la phase d’entretien, dans la prise en charge de l’hypertension, les examens (électrolytes, créatinine, glucose, lipides à jeun) devraient être demandés à une fréquence reflétant la situation clinique. Il y a apparition du diabète chez les personnes hypertendues traitées par les médicaments à un rythme de 1-3 %/année. Le risque est plus élevé chez celles qui sont traitées par un diurétique ou un bêta-bloquant, qui sont obèses, qui ont un mode de vie sédentaire, qui ont une glycémie à jeun élevée ou qui ont de mauvaises habitudes alimentaires. La recherche du diabète devrait se faire plus souvent chez ces personnes.

IV. Examens de laboratoire facultatifs : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 IV. Examens de laboratoire facultatifs Rapport albumine/créatinine [RAC] > 30 mg/mmol : anormal

V. Dépistage de l’hypertension rénovasculaire : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 V. Dépistage de l’hypertension rénovasculaire Les patients présentant au moins deux des signes cliniques suivants, évocateurs d’hypertension rénovasculaire devraient faire l’objet d’exploration. Apparition soudaine d’hypertension ou son aggravation, et âge de plus de 55 ans ou de moins de 30 ans Présence d’un souffle abdominal Hypertension résistant à 3 médicaments ou plus Élévation de la créatinine d’au moins 30 %, associée à l’utilisation d’un inhibiteur de l’enzyme de conversion de l’angiotensine ou d’un antagoniste des récepteurs de l’angiotensine II Autres maladies vasculaires athéroscléreuses, en particulier chez les patients qui fument ou qui sont atteints de dyslipidémie Œdème pulmonaire récidivant, associé à des poussées d’hypertension artérielle

V. Dépistage de l’hypertension rénovasculaire : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 V. Dépistage de l’hypertension rénovasculaire Les examens suivants sont recommandés, s’ils sont offerts, afin de faciliter le dépistage courant des maladies rénovasculaires : Scintigraphie rénale avec captopril* Échographie Doppler Angiographie par résonance magnétique Angiographie par tomographie (chez les personnes ayant un fonctionnement rénal normal) *La scintigraphie rénale avec captopril n’est pas recommandée chez les personnes ayant un taux de filtration glomérulaire < 60 ml/min.

VI. Dépistage de l’hyperaldostéronisme : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 VI. Dépistage de l’hyperaldostéronisme Hypokaliémie spontanée (< 3,5 mmol/l) Forte hypokaliémie provoquée par la prise de diurétiques (< 3,0 mmol/l) Hypertension réfractaire à un traitement par 3 médicaments ou plus Découverte fortuite d’adénomes surrénaliens La maladie devrait être envisagée chez les patients présentant les caractéristiques suivantes :

VI. Dépistage de l’hyperaldostéronisme : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 VI. Dépistage de l’hyperaldostéronisme Le dépistage de l’hyperaldostéronisme devrait comprendre une mesure de l’activité de l’aldostérone plasmatique et de la rénine plasmatique (ou de la concentration de la rénine), effectuée : - sur des échantillons prélevés le matin; - chez des patients en position assise après un repos d’au moins 15 minutes. La prise d’antagonistes de l’aldostérone, d’ARA, de bêta-bloquants ou de clonidine devrait être interrompue avant l’analyse. Des résultats positifs au test de dépistage devraient conduire à la consultation d’un spécialiste ou à des analyses complémentaires.

Rénine, aldostérone et facteurs de conversion : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Rénine, aldostérone et facteurs de conversion

VI. Dépistage du phéochromocytome : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 VI. Dépistage du phéochromocytome Hypertension paroxystique ou hypertension grave prolongée, réfractaire au traitement antihypertenseur habituel Hypertension et symptômes évocateurs d’une production excessive de catécholamines (au moins deux symptômes parmi les suivants : maux de tête, palpitations, sueurs, etc.) Déclenchement de l’hypertension par un bêta-bloquant, un inhibiteur de la monoamine oxydase, une miction ou une variation de la pression abdominale Découverte fortuite d’adénomes surrénaliens Adénomatose pluriendocrinienne de type 2A ou 2B, maladie de von Recklinghausen ou maladie de von Hippel-Lindau La maladie devrait être envisagée chez les patients présentant les caractéristiques suivantes :

VI. Dépistage du phéochromocytome : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 VI. Dépistage du phéochromocytome Le dépistage du phéochromocytome devrait comprendre la collecte d’urine sur 24 heures en vue d’une mesure des métanéphrines et de la créatinine urinaires. Le dosage de l’acide vanillyl-mandélique urinaire ne convient pas. Un taux plasmatique normal de métanéphrine peut servir à écarter le phéocromocytome chez les patients à faible risque, mais le test n’est effectué que dans quelques laboratoires.

VII. Mesure de la pression artérielle à domicile (automesure) : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 VII. Mesure de la pression artérielle à domicile (automesure) Hypertension sans complications Diabète Maladie rénale chronique Observance douteuse Élévation de la pression artérielle en cabinet (syndrome de la blouse blanche) Hypertension masquée Quels patients? Une PA moyenne égale ou supérieure à 135/85 mm Hg devrait être considérée comme élevée. Il faudrait inciter les patients à l’automesure de la PA afin d’accroître leur participation aux soins

Avantages possibles de l’automesure : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Avantages possibles de l’automesure Confirmation plus rapide du diagnostic d’hypertension artérielle Pronostic de maladie cardiovasculaire plus juste Normalisation plus facile de la pression artérielle Dépistage du syndrome de la blouse blanche (SBB) et de l’hypertension masquée Diminution de la nécessité d’antihypertenseurs chez certains patients (SBB) Amélioration de l’observance thérapeutique chez les patients qui ne respectent pas le traitement

L’automesure ne convient pas à tous les patients : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 L’automesure ne convient pas à tous les patients Anxiété démesurée, causée par des valeurs élevées de la pression artérielle Déficience physique ou mentale empêchant l’application de la technique ou la notation des valeurs Forme du bras ne se prêtant pas au brassard (p. ex. bras en forme de cône) Pouls irrégulier ou arythmie empêchant la prise de mesures précises Manque d’intérêt Il est toutefois possible de former la plupart des patients à l’automesure de la pression artérielle.

VII. Protocole suggéré pour l’automesure de la PA en vue du diagnostic d’hypertension : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 VII. Protocole suggéré pour l’automesure de la PA en vue du diagnostic d’hypertension Il est recommandé de procéder comme suit pour l’automesure de la pression artérielle : deux reprises, chaque fois; matin et soir; période initiale de 7 jours. On ne tient pas compte des mesures prises le premier jour ni de celles prises de façon isolée. Une PA diurne moyenne égale ou supérieure à 135/85 mm Hg devrait être considérée comme élevée.

Appareils électroniques recommandés pour l’automesure de la PA : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Appareils électroniques recommandés pour l’automesure de la PA Une liste d’appareils reconnus comme précis et vendus au Canada est présentée au <www.hypertension.ca/chs>. Ils affichent également le logo

VII. Automesure de la PA – Enseignement au patient : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 VII. Automesure de la PA – Enseignement au patient Aidez les patients à choisir un modèle dont la grosseur du brassard convient à leur taille. Mesurez et notez le tour de bras, à mi-hauteur. Il sera ainsi plus facile pour les patients de faire le bon choix. Recommandez les appareils qui figurent sur la liste présentée au <www.hypertension.ca> ou qui affichent le logo suivant : Dites aux patients de suivre fidèlement les instructions du fabricant et de noter les valeurs de la PA seulement s’ils ont respecté la technique recommandée. Vérifiez la précision de l’appareil sur les patients après l’achat, puis de façon périodique, par exemple une fois par année. Informez les patients que des valeurs moyennes de PA égales ou supérieures à 135/85 mm Hg sont élevées. Il sera probablement nécessaire de viser des valeurs cibles plus faibles chez les patients atteints de diabète ou d’une maladie rénale chronique. L’automesure de la PA peut améliorer l’observance thérapeutique.

Site Web – Surveillance de la pression artérielle par automesure : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Site Web – Surveillance de la pression artérielle par automesure Les patients peuvent maintenant consulter un nouveau site Web qui leur permet de mesurer la pression artérielle à domicile et d’en faire le suivi, et qui facilite la prise en charge personnelle du mode de vie. Voici l’adresse :<www.heartandstroke.ca/BP>.

Conseils aux patients sur la pertinence de consulter un professionnel de la santé, fondée sur la valeur moyenne élevée des automesures : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Conseils aux patients sur la pertinence de consulter un professionnel de la santé, fondée sur la valeur moyenne élevée des automesures (disponible au <www.hypertension.ca>, 3 Minute Hypertension Action Tool ou au <www.heartandstroke.ca/BP>) *Les patients qui sont atteints de diabète ou d’une maladie rénale chronique ou qui connaissent un risque élevé de maladie cardiovasculaire ont besoin de conseils personnalisés.

Automesure de la PA – La bonne manière : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Automesure de la PA – La bonne manière Des affiches et des documents à l’intention des patients sur la façon de mesurer la pression artérielle se trouvent au <www.hypertension.ca>.

Automesure de la PA – La bonne manière : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Automesure de la PA – La bonne manière MATÉRIEL Appareil approuvé Recherchez le logo ou allez au <www.hypertenion.ca/chs> pour consulter la liste des appareils approuvés et vendus au Canada. Assurez-vous que la taille du brassard convient. Vérifiez la précision de l’appareil sur le patient après l’achat, puis une fois par année.

Automesure de la PA – La bonne manière : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Automesure de la PA – La bonne manière PRÉPARATION CHOSES À FAIRE Lisez attentivement les instructions du fabricant et suivez-les. Asseyez-vous confortablement sur une chaise munie d’un dossier, puis détendez-vous pendant 5 minutes. Ne parlez pas ou ne faites pas d’autre activité, par exemple regarder la télévision. CHOSES À NE PAS FAIRE Ne mesurez pas la pression artérielle lorsque vous vous sentez tendu, que vous avez froid, que vous ressentez de la douleur ou que vous avez besoin d’aller aux toilettes. Ne mesurez pas la pression artérielle moins de 1 heure après une activité physique intense ou après un repas copieux. Ne vous croisez pas les jambes.

Automesure de la PA – La bonne manière : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Automesure de la PA – La bonne manière PRÉPARATION CHOSES À FAIRE Placez le brassard directement sur le bras mis à nu. Posez le bras sur une table de manière que celui-ci soit à la hauteur du coeur. Prenez deux mesures le matin et le soir, tous les jours, pendant sept jours (éliminez les valeurs de la première journée) afin de faciliter le diagnostic d’hypertension. Mesurez la pression artérielle et notez les valeurs obtenues (comme sur la figure ci-contre) pendant plusieurs jours avant un rendez-vous avec un professionnel de la santé.

Automesure de la PA – La bonne manière : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Automesure de la PA – La bonne manière Des affiches et des documents à l’intention des patients sur la façon de mesurer la pression artérielle se trouvent au <www.hypertension.ca>.

VII. Automesure de la PA – Confirmation des mesures prises à domicile en cas d’écart : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 VII. Automesure de la PA – Confirmation des mesures prises à domicile en cas d’écart Si les mesures de la PA sont élevées en cabinet et normales à domicile ou le contraire envisagez la mesure ambulatoire de la pression artérielle sur 24 heures.

VIII. Surveillance ambulatoire de la PA : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 VIII. Surveillance ambulatoire de la PA Patients non traités - Élévation légère (stade 1) ou modérée (stade 2) de la PA clinique, sans lésion des organes cibles Patients traités - Pression artérielle qui ne se situe pas au-dessous des valeurs cibles malgré un traitement antihypertenseur prolongé, approprié - Symptômes évocateurs d’hypotension Variations des valeurs de la pression artérielle en cabinet Quels patients? En plus de faciliter la pose du diagnostic d’hypertension artérielle, la mesure ambulatoire de la PA peut également être envisagée chez certains patients dans la prise en charge de la maladie.

VIII. Surveillance ambulatoire de la PA –Rôle chez certains patients : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 VIII. Surveillance ambulatoire de la PA –Rôle chez certains patients Une baisse de la PA nocturne < 10 % est associée à un risque accru d’événements cardiovasculaires. Utiliser un appareil approuvé Comment interpréter les résultats? Une pression artérielle ambulatoire diurne moyenne = 135/85  mm Hg est considérée comme élevée. Une pression artérielle ambulatoire moyenne sur 24 heures = 130/80 mm Hg est considérée comme élevée. Comment?

Équivalence des différentes mesures de la PA (mesure clinique, automesure et mesure ambulatoire [MAPA]) : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Pression artérielle clinique de 140/90 mm Hg – Équivalence de risque Équivalence des différentes mesures de la PA (mesure clinique, automesure et mesure ambulatoire [MAPA])

Algorithme – Suivi de l’hypertension à l’aide de la mesure ambulatoire de la pression artérielle (MAPA) : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Algorithme – Suivi de l’hypertension à l’aide de la mesure ambulatoire de la pression artérielle (MAPA) MAPA sur 24 h Valeurs révélatrices d’hypertension PA diurne PAS = 135 ou PAD = 85 ou PA sur 24 h PAS = 130 ou PAD = 80 PA diurne < 135/85 et PA sur 24 h < 130/80 Continuer le suivi Les patients ayant une pression artérielle à la limite supérieure de la normale devraient faire l’objet d’un suivi annuel.

Algorithme – Suivi de l’hypertension à l’aide de la mesure ambulatoire de la pression artérielle : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 Algorithme – Suivi de l’hypertension à l’aide de la mesure ambulatoire de la pression artérielle De 30 à 40 % des patients chez qui un diagnostic de syndrome de la blouse blanche a été posé à partir d’une seule séance de mesure ambulatoire de la pression artérielle présenteront de l’hypertension réelle à la reprise de l’examen. Le syndrome de la blouse blanche présente un risque d’hypertension réelle. Le suivi devrait reposer sur une association judicieuse de mesures prises en cabinet et à domicile et de mesures ambulatoires.

IX. Échocardiographie – Rôle : 

Programme éducatif canadien sur l’hypertension – Recommandations 2008 IX. Échocardiographie – Rôle L’échocardiographie n’est pas utile dans l’exploration courante de l’hypertension.