Education, Emploi et bien être : quelle évolution au Maroc?

Views:
 
     
 

Presentation Description

Par : Said Hanchane, Conseil Supérieur de l'Enseignement, Maroc Plan - Des avancés considérables en matière de généralisation - Une moyenne d’années de scolarisation faible et des inégalités encore élevées - Des taux de scolarisation améliorés mais qui sont accompagnés du retard scolaire - Un abandon marqué par des disparités entre milieu et genre - Des performances faibles et en deçà des pays de la région MENA - Un système d’éducation et de formation qui produit un capital humain non qualifié - L’employabilité des jeunes: vision d’ensemble - Formation professionnelle : hétérogénéité, segmentation et stigmatisation

Comments

Presentation Transcript

PowerPoint Presentation:

20, Avril 2012 1 Instance Nationale d’Evaluation Education, Emploi et bien être : quelle évolution au Maroc? Présenté par : Said HANCHANE

Plan:

Plan Des avancés considérables en matière de généralisation Une moyenne d’années de scolarisation faible et des inégalités encore élevées Des taux de scolarisation améliorés mais qui sont accompagnés du retard scolaire Un abandon marqué par des disparités entre milieu et genre Des performances faibles et en deçà des pays de la région MENA Un système d’éducation et de formation qui produit un capital humain non qualifié L’employabilité des jeunes: vision d’ensemble Formation professionnelle : hétérogénéité, segmentation et stigmatisation

Des avancés considérables en matière de généralisation:

Des avancés considérables en matière de généralisation Des effectifs qui se stabilisent sous le double effet : démographique et de généralisation Evolution des effectifs scolarisés par cycle

PowerPoint Presentation:

Primaire Collégial Qualifiant 73,5% 24,6% 10,7% 93,9% 48,0% 24,3% 1998-1999 2009-2010 Taux nets de scolarisation Les taux nets de scolarisation tendent lentement vers la scolarité universelle au niveau de l’enseignement primaire. Les taux nets de scolarisation au collégial ont presque doublé entre 1999 et 2010. Mais Malgré la généralisation l’éducation le Maroc est encore marquée par des inégalités élevées et une faible durée de scolarité.

PowerPoint Presentation:

Des efforts à fournir afin de réduire les inégalités en matière d’éducation :l ’indice de Gini de l’éducation qui était de l’ordre de 0,58 en 2010, indique qu’on est encore loin des pays du Sud de la Méditerranée (Jordanie 0,29; Turquie 0,32). AYS Gini_Edu Brésil 7,5 30% Turquie 7,0 32% Mexique 9,1 27% Chili 10,1 24% Espagne 10,4 22% En 2010 Une durée moyenne de scolarisation faible et des inégalités encore élevées

Nombre d’années de scolarisation et inégalités d’éducation par tranche d’âge, Maroc:

Nombre d’années de scolarisation et inégalités d’éducation par tranche d’âge, Maroc Tranche d'âge Moyenne d’année de scolarisation Gini de l’éducation 1950 1980 2010 1950 1980 2010 15-19 0,23 2,52 6,60 0,98 0,76 0,38 20-24 0,45 3,12 6,89 0,95 0,72 0,42 25-29 0,32 2,70 5,94 0,97 0,76 0,51 30-34 0,32 2,16 5,76 0,97 0,81 0,52 35-39 0,27 1,04 5,55 0,97 0,90 0,54 40-44 0,27 1,04 4,79 0,97 0,90 0,61 45-49 0,19 0,45 3,94 0,98 0,95 0,68 50-54 0,17 0,45 3,21 0,98 0,95 0,73 55-59 0,16 0,32 2,76 0,98 0,97 0,76 60-64 0,15 0,32 2,21 0,98 0,97 0,82 65-69 0,14 0,27 1,06 0,99 0,97 0,91 70-74 0,14 0,29 1,14 0,99 0,97 0,90 >75 0,14 0,22 0,53 0,99 0,98 0,95 >25 0,25 1,24 4,37 0,97 0,89 0,64 >15 0,28 1,79 5,00 0,97 0,84 0,58 Source: calculs des auteurs d’après les données de Barro et Lee (2010) Une nette amélioration de la durée moyenne de scolarisation des jeunes de 15-24 ans (7 ans, environ, en 2010 contre 3 ans en 1980). Cependant pour la population de 15 et plus cette durée ne dépasse pas 5 ans

PowerPoint Presentation:

Le Maroc doit relever cette durée moyenne à 7 ans au moins pour être au même niveau que les pays émergeants (7,5 au Brésil, 7 en Turquie, 9,1 au Mexique, 10,1 au Chili). Un tel objectif pour être atteint implique de retenir le plus longtemps possible à l’école la population aujourd’hui scolarisée Ceci est équivalent à dire qu’il faut remédier au problème d’abandon qui est accentué par le retard scolaire

PowerPoint Presentation:

Evolution de taux brut de scolarisation Evolution de taux net de scolarisation Des taux de scolarisation améliorés mais qui sont accompagnés du retard scolaire Des taux nets de scolarisation qui se sont améliorés au fil des années mais avec une cadence qui diffère d’un cycle à un autre au profit du primaire ( 93,9% au primaire contre 48% au secondaire collégial et 24,3% au secondaire qualifiant) Le retard scolaire entravent les efforts fournis en matière d’éducation ( 45% et 50% de retard par rapport à l’âge officiel dans le collégial et le qualifiant en 2009). Ce retard est d’autant plus prononcé chez les garçons que chez les filles Les enfants accusant le plus de retard sont les plus touchés par l’abandon

PowerPoint Presentation:

Un abandon marqué par des disparités entre milieu et genre L’abandon : Est en baisse au primaire (3,3% en 2009 contre 5,3 en 1999) Mais Des effectifs encore alarmants malgré des taux faibles 1% d’abandon au primaire 35000 élèves en dehors du système (2009) Affiche une légère baisse au collège (12,9% en 2009 contre 15% en 1999) Connait une augmentation au cycle qualifiant (13% en 2009 contre 11,6% en 1999)

PowerPoint Presentation:

L’abandon est plus élevé en fin des cycles Primaire Collège Lycée Evolution des taux d’abandon par niveau et par cycle

L’abandon scolaire:

L’abandon scolaire 1999 2004 2009 1999 2004 2009 Répartition de l’abandon par milieu Primaire Collège

L’abandon scolaire:

L’abandon scolaire Taux d’abandon par genre au primaire Taux d’abandon par genre au collège Taux d’abandon par genre au lycée Taux d’abandon par genre au primaire Taux d’abandon par genre au collège Taux d’abandon par genre au lycée Années intermédiaires Fin des cycles

L’abandon scolaire:

L’abandon scolaire Les disparités milieu Un abandon au primaire majoritairement rural Presque absent en milieu urbain (primaire) Des collèges ruraux qui aggravent l’abandon les disparités genre Primaire Un égalité entre le filles et les garçons mais : Une déperdition très importante des filles en fin du cycle Un abandon continu des garçons entre le niveaux Collège et lycée Un abandon plus important chez les garçons aux deux cycles La transition inter-cycles Des filles qui souffrent d’un problème d’accès au collège Des garçons qui abandonnent en début du collège Des sorties massives à la fin du collège à cause du retard scolaire et de l’échec massif au examen certificatif (BEC)

PowerPoint Presentation:

Enquête PNEA 2008 Une proportion relativement importante des élèves obtient la moyenne surtout pour la 6 ème année du primaire (44 % en mathématiques et 46% en éveil scientifique). Cette proportion est plus faible en arabe et en français (24% et 20% respectivement) Au collège , le pourcentage des élèves qui ont réalisé un score supérieur à la moyenne est respectivement de l’ordre de 16%;10 % ; 14% ; 17% et 36% pour les mathématiques, les sciences de la vie et de la terre, la physique-chimie, le français et l’arabe, en 3 ème année du collège. Ces pourcentages sont plus faibles pour la 2 ème année du collège. les élèves les plus performants sont ceux qui ne redoublent pas et ceux dont le niveau d’instruction des parents est élevé Des performances faibles et en deçà des pays de la région MENA

PowerPoint Presentation:

Enquête TIMSS Primaire Des performances largement inférieures à la moyenne internationale au primaire (341 en mathématiques en 2007 contre 347 en 2003) 63 % des écoliers marocains ne répondent pas aux exigences minimales établies par l’enquête. En sciences, le score des marocains est en recul par rapport à 2003 (297 contre 304), score toujours très en deçà du score moyen international. 68 % des écoliers marocains n’arrivent pas au minima exigé par l’enquête .

PowerPoint Presentation:

Collège Des performances au collège relativement meilleures que celles du primaire, avec des scores respectifs de 381 en mathématiques (score international de 451) et de 402 en sciences (score international de 466). 45% des élèves de la 8 ème année n’ont pas atteint les exigences minimales en mathématiques, contre 28% en sciences. Un recule du classement des collégiens marocains en 2007 par rapport au classement de 2003. Les performances des élèves marocains en mathématiques et en sciences sont en deçà de ceux des autres pays de la région MENA

PowerPoint Presentation:

En 2009, 62% des jeunes de 15-34 ans n’ont aucun diplôme , soit un effectif de l’ordre de 5 864 213. En 2004, le stock de sortants dont la scolarité ne dépasse pas le niveau collégial a atteint, environ, 90% contre 7% de diplômés du secondaire et 4% du supérieur. Un système d’éducation et de formation qui produit un capital humain non qualifié

PowerPoint Presentation:

…La configuration du marché du travail demeure peu favorable aux plus diplômés …Les jeunes plus frappés par le chômage …Le chômage de longue durée touche davantage les jeunes …Les sans diplôme moins touchés par le chômage …Faible composante salariale et prédominance de l’emploi non rémunéré …Inégalités d’accès à l’emploi et instabilité de la relation de travail 18 L’employabilité des jeunes: Vision d’ensemble

La configuration du marché du travail demeure peu favorable aux plus diplômés :

Les jeunes en général et les diplômés en particulier forment la catégorie la plus frappée par le chômage. L’emploi créé demeure dans l’ensemble peu qualifié et les opportunités offertes aux jeunes diplômés ne correspondent pas en général aux niveaux de leur formation. Environ 2/3 des salariés travaillent sans contrat, notamment dans les secteurs de l'agriculture et du BTP où cette proportion dépasse 90% . 19 La configuration du marché du travail demeure peu favorable aux plus diplômés

Les jeunes plus frappés par le chômage :

National Urbain Rural Les jeunes plus frappés par le chômage Le taux de chômage enregistre une baisse soutenue depuis 1999 (9% en 2009 contre 15% en 1999) Les jeunes, en particulier les 15-24, sont nettement plus touchés (écart moyen supérieur à 11 points par rapport aux séniors) Taux plus élevés en milieu urbain et tendance à l’augmentation du chômage des jeunes en milieu rural depuis 2007 Source : D’après les données du HCP (enquête emploi) et de l’INE (la base BLE) Evolution du taux de chômage par tranche d’âge et par milieu, 1999-2009 20

:

Durée de chômage par tranche d’âge (en mois) en 2009 Les jeunes sont beaucoup plus touchés Les trois quarts des jeunes en milieu urbain sont au chômage depuis plus d’un an Les jeunes ruraux sont relativement moins touchés par le chômage de longue durée (57% contre 73% en milieu urbain) 21 Le chômage de longue durée touche davantage les jeunes

Les sans diplôme moins touchés par le chômage :

Les sans diplôme moins touchés par le chômage Les sans diplôme sont les plus recherchés sur le marché du travail. Les taux de chômage les plus hauts concernent en premier lieu les diplômés de niveau moyen de la formation professionnelle (25% pour la spécialisation et 23% pour les qualifications professionnelles). Source : d’après les données du HCP (enquête emploi) 22

Faible composante salariale et prédominance de l’emploi non rémunéré:

Faible composante salariale et prédominance de l’emploi non rémunéré Taux de chômage par tranche d’âge en 2009 (indicateur naïf et strict ) La part des emplois non rémunérés est très élevés parmi les jeunes En prenant en compte les emplois rémunérés, le taux de chômage des 15-24 ans passe de 18% à 61%, le différentiel de 43 points peut concerner un type d’emplois (occupation) non rémunérés ! Source : Calcul des auteurs d’après les données du HCP (enquête emploi) 23

Faible composante salariale et prédominance de l’emploi non rémunéré:

Faible composante salariale et prédominance de l’emploi non rémunéré La structure de l’emploi fait apparaître, au niveau national, une faible composante relative de l’emploi salarié : 46% des postes créés en 2009. La catégorie des travailleurs indépendants représente plus de 25% de la population active occupée. Structure de l’emploi par tranche d’âge en 2009

Inégalités d’accès à l’emploi et instabilité de la relation de travail :

Inégalités d’accès à l’emploi et instabilité de la relation de travail Causes du chômage par tranche d’âge (2009) Chez les jeunes, la difficulté d’accéder à un premier emploi après la sortie de l’école constitue l’une des principales raisons du chômage. Le chômage lié à l’arrêt d’activité est beaucoup plus important en milieu rural qu’en milieu urbain Source : D’après les données du HCP (enquête emploi ) 25

Formation professionnelle : hétérogénéité, segmentation et stigmatisation:

Formation professionnelle : hétérogénéité, segmentation et stigmatisation L’insertion professionnelle : un processus complexe L’insertion professionnelle: un processus impliquant une approche dynamique Trajectoires mono état : une prévalence de l’état de chômage Trajectoires hétérogènes : une prévalence de l’état de chômage Accès au premier emploi : une durée inégale d’attente Emplois salariés mais précarité de l’emploi Des difficultés d’insertion après une longue période de chômage L’insertion professionnelle en dynamique La dépendance d’état surdétermine l’insertion et la qualité de l’emploi 26

L’insertion professionnelle : un processus complexe:

L’insertion professionnelle : un processus complexe Pas de consensus autour de la définition de l’insertion professionnelle, considérée comme un processus complexe de passage du système éducatif au système productif Les définitions « conventionnelles », trop simplistes, peuvent conduire à une surestimation de l’insertion La mesure de l’insertion repose sur un ensemble d’indicateurs et une caractérisation des états de départ et de fin de processus qui diffèrent d’un pays à l’autre. La définition donnée par le département de la Formation professionnelle semble biaisée : Accès au marché du travail matérialisé par un stage ou un emploi quelque soit sa nature et sa durée. Ne prend pas en compte le parcours d’insertion des diplômés, la stabilité dans l’emploi, le retour aux études, etc. 27

L’insertion professionnelle: un processus impliquant une approche dynamique :

L’insertion professionnelle: un processus impliquant une approche dynamique L’insertion professionnelle est un processus complexe, dont l’analyse approfondie exige de nouvelles approches : Usage de données longitudinales : enquêtes de cheminement pour les sortants 2000, 2002, 2004 et 2006 (on couvre la période 2000-2009)… Une analyse qui dépasse les indicateurs naïfs d’insertion sur lesquels sont fondées les politiques publiques vers des indicateurs dynamiques et plus robustes 28

Trajectoires mono état : une prévalence de l’état de chômage:

Trajectoires mono état : une prévalence de l’état de chômage Source : Calculs des auteurs à partir des données issues de l’enquête « Cheminement « du département de la Formation professionnelle Les diplômés en chômage tout au long de la période d’observation (quatre années après l’obtention du diplôme) représentent environ 27% des personnes interrogées en 2006, correspondant à la promotion 2002. Une tendance à la baisse entre 2002 et 2006. Trajectoires mono état (enquêtes de cheminement)

Trajectoires hétérogènes : une prévalence de l’état de chômage :

Trajectoires hétérogènes : une prévalence de l’état de chômage Durée passée en emploi des lauréats de la formation professionnelle (enquête cheminement) Les trajectoires d’insertion des jeunes diplômés de la formation professionnelle sont très hétérogènes. Elles sont marquées par des épisodes courts ou longs de chômage, d’emploi, d’inactivité ou encore de stage. La part des diplômés qui n’ont connu aucun épisode d’emploi reste relativement élevée. Elle se situe autour de 40% pour la promotion 2000. Sour ce : calcul des auteurs à partir des données issues de l’enquête Cheminement du département de la formation professionnelle 30

Accès au premier emploi : une durée inégale d’attente :

31 Accès au premier emploi : une durée inégale d’attente La durée moyenne de chômage, avant l’obtention du premier emploi, se situe autour de 8 mois environ pour les promotions 2000 et 2004. Le délai d’attente augmente ( 9 à 14 mois ) lorsqu’on prend en compte les occurrences de stage et d’inactivité. La part des lauréats ne parvenant pas à obtenir un premier emploi s’élève à 37% en moyenne. Un long épisode de chômage devient un facteur de stigmatisation pour les jeunes.

PowerPoint Presentation:

La part des lauréats n’ayant guère obtenu un emploi tout le long de la période est élevée : 37% en moyenne. Ce résultat montre qu’une proportion importante des jeunes connaît un épisode long de chômage pouvant devenir un élément de stigmatisation. Entre 12 et 25% des jeunes diplômés de la formation professionnelle ont travaillé au cours des six premiers mois. Entre 10 et 15% des jeunes décrochent un premier emploi un an après l’obtention du diplôme. Accès au premier emploi : une durée inégale d’attente

Emplois salariés mais précarité de l’emploi:

Emplois salariés mais précarité de l’emploi 95% des jeunes diplômés accèdent à un emploi salarié… mais occasionnel et à durée déterminée. Le statut de l’emploi change peu entre le premier et le dernier emploi Le salaire passe en moyenne de 2000 DH à 3000 DH Les parcours sont accomplis au sein des petites entreprises Parcours d’insertion des jeunes diplômés de la formation professionnelle Source : Extrait calcul des auteurs à partir des bases cheminement 33

Des difficultés d’insertion après une longue période de chômage :

Des difficultés d’insertion après une longue période de chômage 57% des lauréats promotion 2006 en chômage parviennent à retrouver un emploi après six mois contre 46% pour 2000 Ce % tend à baisser avec l’allongement de la durée du chômage (31% et 16%, respectivement, après 12 et 24 mois de chômage pour la promotion 2000) En 2006, 10% seulement des jeunes arrivent à obtenir un emploi après 24 mois passés au chômage (contre 16 % pour la promotion 2000 ) Source: Calcul des auteurs à partir des bases cheminement du département de la formation professionnelle Part des lauréats qui réussissent à obtenir un emploi après une période de chômage 34 2000 2006 6 mois de chômage après l’obtention du diplôme 46% 57% 12 mois de chômage après l’obtention du diplôme 31% 26% 24 mois de chômage après l’obtention du diplôme 16% 10%

Des difficultés d’insertion après une longue période de chômage :

Des difficultés d’insertion après une longue période de chômage La part des jeunes «toujours en chômage» est relativement stable au cours des 12 premiers mois. Elle augmente de 2 points lorsque la durée est de 18 mois et de 4 points après 24 mois Les «toujours en emploi» sont un peu plus de la moitié après 24 mois d’activité Evolution des trajectoires mono-état (promotion 2006) 35

L’insertion professionnelle en dynamique:

L’insertion professionnelle en dynamique l’occurrence du chômage augmente la probabilité d’être en chômage. la qualité des emplois conditionne les perspectives des individus sur le marché du travail. Les emplois à salaire bas ne conduisent pas à de meilleures perspectives sur le marché du travail contrairement aux emplois bien rémunérés. Les « caractéristiques individuelles » ont une influence sur la probabilité d’insertion La formation par alternance favorise l’insertion et améliore la stabilité de l’emploi La dépendance d’état surdétermine l’insertion et la qualité de l’emploi 36

La dépendance d’état surdétermine l’insertion et la qualité de l’emploi :

La dépendance d’état surdétermine l’insertion et la qualité de l’emploi un diplômé, dont la trajectoire est marquée par le chômage, a d’autant moins de chance d’accéder à un emploi. Le fait d’avoir été inséré sur le marché du travail au cours des états passés augmente de 87% la probabilité d’être inséré ultérieurement. La « dépendance d’état » joue un rôle surdéterminant dans la probabilité d’insertion des jeunes diplômés de la formation professionnelle, toutes choses étant égales par ailleurs.

authorStream Live Help