SCOT-EIE-opt

Views:
 
Category: Entertainment
     
 

Presentation Description

Scot du pays de Fayence Diagnostic: état initial de l'environnement.

Comments

Presentation Transcript

slide 1:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 1 Document provisoire – février 2008 SCoT du PAYS DE FAYENCE Etat initial de l’environnement Communauté de communes du Pays de Fayence Rapport final

slide 2:

2 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008

slide 3:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 3 Sommaire PREMIERE PARTIE : ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT ............................................................................................................................................................................... 1 I. Contexte .................................................................................................................................................................................................................................................. 4 1. Un Schéma de Cohérence Territoriale .......................................................................................................................................................................................................................................................... 4 2. Un état initial de l’environnement .................................................................................................................................................................................................................................................................. 4 II. Le contexte physique ............................................................................................................................................................................................................................. 7 1. Le contexte climatique .................................................................................................................................................................................................................................................................................... 7 2. Un relief contrasté ............................................................................................................................................................................................................................................................................................. 9 3. Deux entités géologiques ................................................................................................................................................................................................................................................................................ 9 III. L’eau ....................................................................................................................................................................................................................................................... 10 1. Préambule ........................................................................................................................................................................................................................................................................................................ 10 2. Rappel du contexte réglementaire ............................................................................................................................................................................................................................................................. 10 3. Caractéristiques de la ressource .................................................................................................................................................................................................................................................................. 12 4. Les usages de la ressource ............................................................................................................................................................................................................................................................................ 22 IV. L’occupation du sol .............................................................................................................................................................................................................................. 28 V. La forêt ................................................................................................................................................................................................................................................... 31 1. Une composante importante du territoire ... .............................................................................................................................................................................................................................................. 31 2. Des peuplements diversifiés .......................................................................................................................................................................................................................................................................... 33 3. Un patrimoine peu valorisé ............................................................................................................................................................................................................................................................................ 33 4. Une composante multifonctionnelle ........................................................................................................................................................................................................................................................... 33 5. Le SCoT et la forêt ........................................................................................................................................................................................................................................................................................... 33 VI. Lactivité agricole ................................................................................................................................................................................................................................. 35 1. Une activité qui recule … .............................................................................................................................................................................................................................................................................. 35 2. Des productions diversifiées .......................................................................................................................................................................................................................................................................... 35 3. Une activité soumise à une forte pression foncière ................................................................................................................................................................................................................................... 36 4. Une concurrence pour la ressource en eau .............................................................................................................................................................................................................................................. 36 5. Qui participe de la lutte contre les risques … ............................................................................................................................................................................................................................................. 36 6. … et la valorisation de lespace et du paysage ........................................................................................................................................................................................................................................ 36 VII. Les milieux naturels la faune et la flore ............................................................................................................................................................................................. 39 1. De nombreux inventaires et protections ..................................................................................................................................................................................................................................................... 39 2. Une végétation étagée ................................................................................................................................................................................................................................................................................. 41 3. Des Espaces Naturels Remarquables .......................................................................................................................................................................................................................................................... 44

slide 4:

4 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 4. Le réseau écologique .................................................................................................................................................................................................................................................................................... 45 5. Le SCOT et les milieux naturels … ................................................................................................................................................................................................................................................................. 48 VIII. Le paysage ............................................................................................................................................................................................................................................ 50 1. Eléments identitaires ....................................................................................................................................................................................................................................................................................... 50 2. Dynamique urbaine et risques ...................................................................................................................................................................................................................................................................... 54 3. Conclusion ....................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 60 IX. Les risques .............................................................................................................................................................................................................................................. 62 1. Définition et responsabilités en matière de prévention et de protection contre les risques .............................................................................................................................................................. 62 2. Des outils d’information et de prévention ................................................................................................................................................................................................................................................... 62 3. Des risques naturels importants … ................................................................................................................................................................................................................................................................ 63 4. … et relativement peu de risques technologiques .................................................................................................................................................................................................................................. 65 5. Le SCOT et les risques … ................................................................................................................................................................................................................................................................................. 66 X. Les nuisances et pollutions : air sols bruit ......................................................................................................................................................................................... 67 1. L’air .................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 67 2. La pollution des sols ........................................................................................................................................................................................................................................................................................ 69 3. Les nuisances sonores ..................................................................................................................................................................................................................................................................................... 73 4. Le SCOT et les pollutions et nuisances ......................................................................................................................................................................................................................................................... 75 XI. L’énergie ................................................................................................................................................................................................................................................ 76 1. Cadre réglementaire ..................................................................................................................................................................................................................................................................................... 76 2. Un contexte en évolution .............................................................................................................................................................................................................................................................................. 76 3. L’électricité ....................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 76 4. Les énergies renouvelables ........................................................................................................................................................................................................................................................................... 77 XII. Les déchets ........................................................................................................................................................................................................................................... 79 1. Les déchets ménagers et assimilés .............................................................................................................................................................................................................................................................. 79 2. Les déchets du BTP ......................................................................................................................................................................................................................................................................................... 82 3. Les déchets industriels .................................................................................................................................................................................................................................................................................... 83 4. Le SCOT et les déchets ................................................................................................................................................................................................................................................................................... 83 DEUXIEME PARTIE : LES ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX DU TERRITOIRE ..................................................................................................................................................... 84 XIII. Hiérarchisation des enjeux environnementaux du territoire ............................................................................................................................................................ 86

slide 5:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 1 PREMIERE PARTIE : ETAT INITIAL DE L’ENVIRONNEMENT

slide 6:

2 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008

slide 7:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 3

slide 8:

4 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 I. Contexte Le territoire du Pays de Fayence regroupe huit communes à l’est du département du Var à la limite ouest du département des Alpes-Maritimes. Ce territoire avec son relief ses forêts sa plaine et ses villages perchés constitue une entité géographiquement bien définie située entre le massif de l’Estérel et les pré-Alpes du Sud. Le territoire sur lequel porte le Schéma de Cohérence Territoriale SCoT est représenté par la Communauté de Communes du Pays de Fayence. Le 21 août 2006 le périmètre du SCoT a fait l’objet d’un arrêté préfectoral la Communauté de Communes ayant été créée le 1 er février 2006. 1. Un Schéma de Cohérence Territoriale L’élaboration d’un Schéma de Cohérence Territoriale SCOT est régie par les dispositions de la loi n°2000-2018 du 13 décembre 2000 modifiée et complétée par la loi n°2002-276 du 27 février 2002 lesquelles sont codifiées aux articles L. 122-1 à L. 122-19 du code de l’urbanisme ainsi que par celles du décret n°2001-260 du 27 mars 2001 codifiées aux articles R. 122-1 à R. 122-8 du même code. La Directive européenne du 27 juin 2001 relative à l’Evaluation des Incidences de certains plans et Programmes sur l’Environnement EIPPE a été transposée en droit français ordonnance du 2 juin 2004 et décrets du 27 mai 2005 rendant notamment obligatoire l’évaluation environnementale des SCoT. Il s’applique sur un périmètre représentant une réalité vécue. Fruit d’une initiative locale il traduit les caractéristiques géographiques historiques et politiques d’un territoire. Démarche volontaire de la part des huit communes du périmètre il convient de rappeler que ce territoire n’est pas soumis à l’obligation d’élaborer un SCoT1 ce qui renforce et donne encore plus d’obligations à ceux et celles qui ont pris l’initiative d’une telle démarche. Un Schéma de Cohérence Territoriale est : un territoire de Projet puisqu’il vise à donner au territoire une vision structurée et partagée de son devenir. un document Politique au sens premier du terme de part le fait qu’il résulte d’une démarche locale à laquelle les Elus doivent donner tout son sens. un outil évolutif dans le temps dans la mesure où son contenu n’est pas figé mais doit être en harmonie avec l’évolution du territoire. Il doit néanmoins se fixer des principes des objectifs et des prescriptions qui permettent de déterminer l’esprit dans lequel il a été bâti. Les dispositions de la loi sur la Solidarité et le Renouvellement Urbain SRU obligent à évaluer périodiquement la pertinence du SCOT et à délibérer au minimum tous les 10 ans sur son maintien ou sa mise en révision. 1 Le Porter à Connaissance de l’Etat rappelle que la loi vise d’abord les agglomérations de plus de 50 000 habitants. une organisation permanente avec la création d’une Communauté de Communes qui doit se donner les moyens de suivre l’évolution de son territoire et de s’assurer de la mise en œuvre effective du contenu du SCoT en participant non seulement aux principales démarches de planification intercommunales mais aussi aux élaborations des Plans Locaux d’Urbanisme et cartes communales et ce afin de faciliter leur mise en compatibilité avec le SCoT. Ce document est enfin un outil qui doit donner les moyens aux acteurs locaux de formuler des choix sur toute une série de problématiques qui façonnent au quotidien l’aménagement et le développement d’un territoire : une articulation urbaine et rurale une planification partagée le respect de l’environnement la mixité sociale la concertation et le partage de la décision. La portée juridique d’un SCoT repose notamment sur la notion de compatibilité. Parmi les documents de compétence communale ou intercommunale le SCoT a pour objectif de rendre cohérent entre eux les documents généralistes et détaillés que sont les Plans Locaux d’Urbanisme PLU et cartes communales ainsi que les documents thématiques et intercommunaux que les Plans de Déplacements Urbains PDU les Programmes Locaux de l’Habitat PLH et les Schémas de Développement Commercial. Rappelons enfin que le SCoT ne doit pas être un « super PLU » intercommunal et dans ce sens il ne « s’intéressera » qu’aux grandes prévisions orientations prescriptions … de niveau le plus souvent supra-communal. 2. Un état initial de l’environnement Le diagnostic est un préalable indispensable à toute réflexion sur les enjeux et prescriptions à mettre en œuvre sur le territoire du Pays de Fayence. Pour bâtir une stratégie cohérente il est impératif d’avoir une vision juste et problématique du territoire. Le présent document dresse un diagnostic complet de toutes les composantes environnementales du territoire afin de pouvoir prendre en compte de manière globale et intégrée les enjeux environnementaux dans son projet de territoire.

slide 9:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 5 L’élaboration de ce diagnostic a donné lieu à : des analyses documentaires statistiques et cartographiques des visites de terrain un questionnaire auprès des communes sur l’assainissement des rencontres individuelles et collectives avec : - des représentants des services de l’Etat ONF - des représentants de chambres consulaires Chambre d’Agriculture du Var - des services de la communauté de commune déchets - des acteurs socioprofessionnels locaux EDF E2S ACPE CEEP Les analyses ont également été enrichies par les schémas territoriaux départementaux et régionaux. Le présent document développe une double approche territoriale et thématique. Au sein des grands thèmes abordés des logiques apparaissent permettant de cartographier l’information et dès lors de la rendre stratégique cartographie descriptive et analytique.

slide 10:

6 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008

slide 11:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 7 II. Le contexte physique 1. Le contexte climatique Le climat du Pays de Fayence comme celui de la région est de type méditerranéen. Il se caractérise par des étés chauds et secs et des hivers doux et pluvieux bien que la limite nord du territoire bénéficie d’un climat à tendance subalpine notamment en raison du relief. Lensoleillement est important avec 2 700 h par an environ. La température moyenne annuelle est élevée avec plus de 14°C moyennes relevées à Saint-Raphaël et Le Luc avec localement de fortes amplitudes thermiques. Des stations météorologiques sont situées à Mons Seillans et Tourrettes. Les données développées ci-après proviennent de la station de Tourrettes moyenne de 1961 à 1990 : Des précipitations inégalement réparties … Moyenne des précipitations en mm entre 1961 et 1990 à St Raphaël et Le Luc et entre 1997 et 2002 à Mons Les pluies sont très inégalement réparties au cours de l’année : juillet est le mois le plus sec les précipitations reprenant progressivement à partir d’août et augmentent en automne et hiver septembre à février. Sur cette partie du département le pic des précipitations est généralement observé en octobre-novembre. Les précipitations sont influencées par les reliefs : avec 850 à 950 mm de précipitations annuelles le Pays de Fayence bénéficie ainsi d’une pluviosité plus forte que la bordure côtière en particulier au printemps. Les orages dété caractéristiques des influences méditerranéennes donnent lieu à des précipitations intenses près des reliefs intérieurs. Leur caractère brutal générant un ruissellement rapide vers la mer ne permet pas ou peu de recharger les nappes. Malgré une forte pluviométrie annuelle la sécheresse estivale est récurrente marquée par des déficits hydriques importants qui semblent s’accentuer ces dernières années un retard pluviométrique dun an et demi a été constaté sur les 5 dernières années. Les chutes de neiges sont rares et nexcèdent pas 2 à 4 jours par an en moyenne sur les massifs intérieurs. … et des températures marquées par le relief Moyenne des températures en °C entre 1961 et 1990 à St Raphaël et Le Luc et entre 1951 et 1982 à Tourrettes Les variations annuelles de températures se font graduellement entre juillet mois le plus chaud et janvier-février période la plus froide. Le relief varié et accidenté lié à la situation du territoire entre les massifs des Préalpes au Nord et de lEstérel au Sud influence les conditions météorologiques et le climat. Les hivers sont ainsi plus froids dans les fonds de vallées plus exposés au gel. De la même manière les températures moyennes sont nettement plus basses au nord qu’au sud du territoire en lien avec les reliefs marqués. La température ressentie est également grandement influencée par les vents qui peuvent être forts sur le secteur. Le plus fréquent est le Mistral qui peut être très violent et dont les flux sont perturbés par le relief. Les vents d’Est moins fréquents sont tout aussi forts sur le territoire. Associés aux températures élevées ils participent de manière importante au risque d’incendies de forêts sur le territoire.

slide 12:

8 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008

slide 13:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 9 2. Un relief contrasté Le Pays de Fayence se situe à l’interface de deux grandes entités marquant son relief : le massif de l’Esterel au Sud et les premiers contreforts des Préalpes du sud au nord toutes deux globalement orientées Ouest-Est. Les contreforts de l’un ou l’autre de ces massifs génèrent de fortes variations de relief autour desquelles s’organise le territoire. Seule une partie de plaine se distingue entre Montauroux et Fayence où les faibles pentes permettent le développement de milieux ouverts prairies quelques cultures. Le relief augmente alors progressivement vers le sud avec des points hauts culminants entre 300 et 340 mètres et des vallées encaissées abritant des ruisseaux. Les pentes les plus importantes de ce secteur se situent au sud des communes de Callian et Montauroux à proximité du Bois de l’Hermite. Depuis la plaine de Fayence la partie nord s’étage en différentes successions de plateaux avec des pentes pouvant être très fortes. Celui de Canjuers constitue une zone assez homogène où quelques Mons dépassent les 900 – 1000 mètres d’altitude. C’est sur la commune de Mons que l’on trouve les altitudes les plus élevées avec plusieurs sommets culminant à plus de 1 100 m point haut à 1 715 m sur la Montagne de Lachens. Le Pays de Fayence depuis Mons Ces reliefs très accidentés ne laissent que peu de place aux espaces agricoles ouverts et sont donc très largement occupés par la forêt méditerranéenne. Les cours d’eau sont présents dans les fonds de vallons parfois de manière très encaissée comme c’est le cas pour la Siagne et la Siagnole. A l’Est du point bas constitué par le lac de Saint Cassien la commune de Tanneron constitue une entité différenciée rattachée au massif du même nom. On y observe un relief très accidenté alternant entre pentes fortes et vallons encaissés et des altitudes s’étageant entre 150 et 500 mètres. Le territoire se caractérise ainsi globalement par un relief très accidenté qui conditionne fortement l’occupation du sol les milieux ouverts étant limités aux rares espaces de plaine et vallées facilement accessibles par ailleurs investis par l’homme. Les zones d’urbanisation dense restent ainsi limitées. Les fortes pentes et les reliefs sont massivement occupés par la forêt. La topographie conditionne également les axes de mobilité sur le territoire : la plaine de Fayence-Montauroux constitue un axe de desserte privilégié de même que le point bas constitué par le lac de Saint-Cassien. La desserte des autres parties du territoire se fait essentiellement par des routes de vallées et de montagne plus contraintes. 3. Deux entités géologiques Deux entités géologiques se distinguent au niveau régional : - lune calcaire à louest dun axe Toulon-Draguignan - lautre cristalline à lest de cet axe. Au niveau du territoire cette distinction est nord/sud : Le Pays de Fayence se situe dans un contexte géologique largement dominé par les formations sédimentaires à tendance calcaire notamment sur la partie nord auxquelles s’ajoutent des formations sédimentaires alluvionnaires sur la partie centrale et quelques formations volcaniques Primaire sur la partie sud. Au nord de la plaine s’étalant de Fayence à Montauroux les formations sédimentaires calcaires globalement orientées est-ouest présentent une gradation depuis des marno- calcaires à des dolomies puis des calcaires du Bathonien. Cet étagement se retrouve depuis la plaine vers les montagnes de Mons mais également dans les vallées des cours d’eau. Les calcaires du Jurassique constituent une zone de transition entre les faciès calcaires subalpins de type provençal et les faciès dolomitiques de la Basse Provence orientale. La zone de transition se caractérise par lapparition de calcaires plus ou moins dolomitisés à la stratification très confuse que l’on retrouve au sud de Mons où elle longe à distance le massif de Tanneron Le plateau de Canjuers se caractérise quand à lui par sa relative homogénéité avec des formations calcaires de l’Ere Secondaire remaniées lors du plissement pyrénéo-provençal orientés sud-ouest / nord-est. La plaine au pied du glacis triastique est constituée d’alluvions. Il s’agit de cailloutis récents d’époque ante-wurmienne bien développés. Au sud on retrouve des formations calcaires plus ou moins dolomitisées alternant parfois avec quelques marno-calcaires. Au niveau de Saint-Paul-en-Forêt une formation gréseuse fait la transition avec le domaine cristallin représenté par des gneiss migmatiques. On notera également des formations plus ponctuelles et locales comme des formations granitiques à l’ouest et au sud-est de Saint-Paul-en-Forêt. A l’est du lac de Saint Cassien le massif du Tanneron est un massif cristallin constitué de gneiss gris ou noirs typiques. Associé à un relief accidenté le contexte géologique calcaire va largement conditionner la végétation en place et notamment le couvert forestier et arbustif. Le sous-sol calcaire permet quant à lui la résurgence d’un grand nombre de sources et la formation d’entités karstiques.

slide 14:

10 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 III. L’eau 1. Préambule L’eau patrimoine commun : en édictant que « Leau fait partie du patrimoine commun de la nation. Sa protection sa mise en valeur et le développement de la ressource utilisable dans le respect des équilibres naturels sont dintérêt général » l’article 1 er de la loi n°92-3 du 3 janvier 1992 place la dimension patrimoniale de l’eau comme centrale. Il sagit dun bien insubstituable commun et patrimonial. Une double contrainte : la sécurité quantitative et qualitative : Leau est une ressource vitale qui peut être considérée comme globalement renouvelable mais non inépuisable. En effet malgré l’existence d’énormes stocks d’eau à la surface de la terre seules de faibles quantités sont disponibles. Or la gestion quantitative de la ressource est d’autant plus fondamentale qu’elle fait l’objet de multiples usages et que depuis le début du XXe siècle la consommation ne cesse de croître. De plus l’eau est une ressource fragile qu’il convient de protéger de l’impact des activités humaines. L’eau une question de santé publique et de qualité de l’environnement La qualité de l’eau est de prime abord une question de protection de la santé publique qui s’applique tant à l’eau servant à la consommation humaine qu’aux activités en contact avec l’eau baignade sports nautiques. Lobjectif de lamélioration de la santé ne peut être atteint sans mettre en œuvre concomitamment assainissement alimentation en eau potable et éducation sanitaire. Par ailleurs la préservation d’une eau de qualité et en quantité suffisante est indispensable au maintien d’un environnement équilibré riche d’une faune et d’une flore diversifiées et jouant un rôle fondamental épuration régulation des régimes hydriques …. 2. Rappel du contexte réglementaire Jusquau milieu des années soixante la gestion de leau a été conçue de façon sectorielle. La loi sur leau du 3 janvier 1992 traduit l’évolution vers une approche intégrée plus transversale en reconnaissant le bassin versant comme nouvelle circonscription de gestion. Le SDAGE Rhône Méditerranée Corse RMC qui relève de cette loi est un document cadre qui fixe les orientations fondamentales pour une gestion concertée et coordonnée des cours d’eau. Opposable aux tiers il est destiné à harmoniser le développement des zones urbaines et des activités économiques dans un souci de préservation de la ressource en eau. Le SDAGE RMC affiche 10 orientations fondamentales applicables sur le territoire : - poursuivre la lutte contre la pollution - garantir une qualité de l’eau à la hauteur des exigences des usages - réaffirmer l’importance stratégique et la fragilité des eaux souterraines - mieux gérer avant d’investir - respecter le fonctionnement naturel des milieux - restaurer ou préserver les milieux aquatiques remarquables - restaurer d’urgence les milieux particulièrement dégradés - s’investir plus efficacement dans la gestion des risques - penser la gestion de l’eau en termes d’aménagement du territoire - renforcer la gestion locale et concertée. Enfin la Directive-Cadre de l’Eau DCE adoptée le 23 octobre 2000 confirme cette approche globale en prévoyant de décrire directement les milieux aquatiques à partir des habitats et des espèces qui les composent. Elle traduit donc le passage d’une obligation de moyens vers une obligation de résultats sur le milieu naturel qui devra être atteinte en 2015. Elle innove également sur deux points essentiels : une approche économique qui se traduit par une analyse de l’utilisation de l’eau devant servir d’aide à la décision pour l’optimisation des choix de mesures et la participation active des parties intéressées la mise à disposition des informations et la consultation du public. L’objectif à atteindre devient «le bon état écologique» qui doit être compatible avec une pression humaine raisonnable.

slide 15:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 11

slide 16:

12 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 3. Caractéristiques de la ressource Des eaux de surface bien présentes Les conditions géologiques et topographiques du Pays de Fayence sont favorables à la présence d’un grand nombre de cours d’eau et plans d’eau d’importance variable. Un réseau hydrographique dense mais sensible au contexte climatique Un réseau hydrographique dense irrigue le territoire mais celui-ci est très dépendant des changements saisnonniers. Les cours d’eau permanents se situent au nord et à l’est du territoire : la Siagne la Siagnole et le Biançon. D’autres cours d’eau comme la Camiole le Chautard la Camandre l’Endre et le Fil ne sont permanents que dans leurs premiers kilomètres… Ils appartiennent à deux grands bassins versants : celui de la Siagne et celui de l’Argens. Enfin le territoire abrite un grand nombre de ruisseaux ne coulant qu’une partie de l’année lors des précipitations hivernales. Il apparait que le contexte climatique sec de ces dernières années avec des périodes de sécheresse importante est à l’origine d’une remise en cause de la permanence de certains cours d’eau comme l’illustre le cas du Biançon qui ne coule plus en amont du lac de St Cassien que lors des fortes pluies alors que cet écoulement était permanent il y a quelques années encore. Prenant sa source à Saint-Vallier la Siagne est un fleuve d’environ 50 km qui se jette dans la mer Méditerranée à Mandelieu. Elle matérialise la limite orientale du territoire et s’écoule du nord au sud dans une vallée parfois encaissée bordée par une ripisylve encore bien présente. La Siagne Construit à la fin du XIXe Siècle le canal de la Siagne dérive les eaux de la rivière à Saint Cézaire à proximité immédiate du territoire pour alimenter en eau potable de grandes villes comme Cannes et Grasse. Tracé historique du canal de la Siagne source canaldelasiagne.org L’un de ses principaux affluents sur le territoire la Siagnole parfois appelée Siagne de Mons s’écoule pour partie dans des gorges présentant une végétation riche et des formations de tufs. Le cours de la rivière est occupé par d’anciens moulins et biefs. Les résurgences situées sur Mons appelées sources de la Siagnole sont largement exploitées pour l’alimentation en eau potable du territoire et du littoral notamment par le biais d’un aqueduc datant de l’époque romaine. En amont de cet ouvrage le Fil court dans un vallon très boisé depuis les hauts de Mons La Lubie.

slide 17:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 13 Le Biançon qui se nomme Riou blanc avant sa confluence avec la Camiole est un affluent important de la Siagne sur le territoire. Long de 14 km ce cours d’eau qui prend sa source à Seillans présente un bassin versant important plus de 11 000 ha et se jette dans le lac de Saint Cassien dont il participe à l’alimentation. Il se caractérise par un régime hydrologique contrasté entre basses eaux sévères difficultés à rester en eau toute l’année et crues pouvant être soudaines et importantes. Il reçoit de nombreux affluents le Chautard la Camiole la Camandre … bordés d’anciens moulins témoignant de l’activité ancienne liée aux rivières sur le territoire. Le Biançon Prenant sa prend sa source à Saint-Paul-en-Forêt L’Endre appartient au bassin versant de l’Argens dans lequel elle se jette. Sur le territoire elle a comme principal affluent le Riou de Claviers qui constitue la limite occidentale du Pays de Fayence. Enfin la limite sud du territoire est constituée par le cours du Reyran torrent temporaire qui ne coule que quelques mois dans l’année. Il prend sa source à Bagnols-en-Forêt et s’écoule jusqu’à Fréjus.

slide 18:

14 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008

slide 19:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 15 Globalement de bonne qualité La Siagne R96a et R96b le canal de la Siagne 3046 le Biançon R97 et l’Endre R105 constituent avec leurs affluents respectifs des masses d’eau superficielles individualisées identifiées dans l’état des lieux de la DCE. Ce dernier distingue plusieurs types de pressions sur les cours d’eau du territoire : prélèvements dispersés pour l’agriculture assainissement rejets de collectivités et urbanisation diffuse arrosage du golf et transferts d’eau depuis le bassin de la Siagne. Globalement les cours d’eau du territoire présentent une qualité bonne à très bonne pour les paramètres physico-chimiques et biologiques suivis. Cette qualité est confirmée par la présence de l’Ecrevisse à pieds blancs espèce très sensible aux pollutions dans la Siagnole et la Siagne. On observe cependant certaines perturbations : - la Siagne présente une qualité altérée pour les paramètres « matières organiques et oxydables » qualité moyenne et microorganismes selon les années au niveau de Saint- Cézaire ainsi que plus en aval. Les indices biologiques IBGN GFI et IBD traduisent en revanche une qualité bonne à très bonne. La Siagnole est également d’excellente qualité - la situation est différente pour le Riou Blanc qui devient le Biançon en partie aval. Sur sa partie amont Fayence des altérations importantes se répètent d’année en année : qualité mauvaise pour les matières phosphorées qualité médiocre pour les nitrates et la température. La situation semble s’être améliorée pour les matières azotées. Le Chautard et le Biançon semblent bénéficier d’une meilleure qualité même si des perturbations peuvent temporairement apparaitre notamment lorsque le cours d’eau est à sec et qu’il continue à être le milieu récepteur des STEP ce qui permet par dilution d’améliorer la qualité mesurée du Riou Blanc à Montauroux. Il n’en reste pas moins qu’à l’entrée de la Réserve Biologique ce cours d’eau qui alimente le lac de Saint Cassien présente encore des pollutions dont l’origine est certainement à rechercher du côté des rejets de stations d’épuration et des dysfonctionnements d’assainissement individuel. La DCE définit le risque pour les masses d’eau de Non Atteinte du Bon état Ecologique NABE d’ici l’horizon 2015 par rapport à la situation de 2003. Ce dernier est identifié comme faible mais existant pour l’Endre fort pour la Siagne sur sa partie aval et restant à déterminer pour la Siagne amont et le Biançon. Ce risque existe donc pour chacun de ces cours d’eau traduisant une fragilité et des pressions relativement importantes. Une hydrologie contrastée Les cours d’eau du territoire présentent un régime hydrologique marqué par le climat méditerranéen avec de nombreux cours d’eau temporaires qui présentent des déficits hydriques marqués en période d’étiage. Quels qu’ils soient les cours d’eau subissent un étiage estival très sévère. Compte tenu du contexte géologique et climatique les recharges liées aux précipitations sont en revanche très rapides et sur les parties les plus aval on voit ainsi des variations de débit marquées. Débits moyens en m 3 /s La retenue de Saint-Cassien La retenue de Saint-Cassien constitue du point de vue de la DCE la masse d’eau « plan d’eau » n°L107. Ce plan d’eau artificiel mis en service en 1966 est un barrage hydroélectrique. Sa gestion est saisonnière le remplissage de la retenue se faisant en automne et au printemps à partir de 2 cours deau au régime méditerranéen : il est alimenté par un canal de dérivation de la Siagne ainsi que par le Riou Blanc. D’une superficie d’environ 430 hectares il s’étend sur les communes de Tanneron Montauroux Callian et les Adrets-de-lEstérel. Sa profondeur maximale 45 mètres environ se trouve sur la partie nord. Les trois principaux usages recensés dans le cahier des charges de gestion de la retenue sont l’alimentation en eau la production hydro-électrique l’écrêtement des crues du Biançon. A ces trois fonctions historiques définies par la concession à EDF viennent s’ajouter la gestion de la réserve biologique de Fondurane et surtout l’encadrement du développement touristique du site. Ainsi les usages de fait du site baignade sports nautiques implantations d’activités viennent concurrencer les usages réglementaires ce qui constitue un défi majeur pour sa gestion.

slide 20:

16 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008

slide 21:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 17 Les zones humides Définition et fonctions des zones humides : cadre général Selon larticle 2 de la loi sur leau du 3 janvier 1992 les zones humides sont définies comme suit : « On entend par zone humide les terrains exploités ou non habituellement inondés ou gorgés deau douce salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire la végétation quand elle existe y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de lannée ». Les zones humides présentent de nombreux intérêts écologiques économiques et sociologiques désormais reconnus. Elles remplissent de nombreuses fonctions résumées dans le tableau ci-après : Fonctions et valeurs des zones humides Cadre juridique et réglementaire : Les multiples valeurs des zones humides sont souvent méconnues. Ces dernières ont ainsi fait l’objet d’aménagement divers au travers des siècles et plus particulièrement au cours du XX ème siècle. Elles ont été profondément modifiées voire détruites drainage intensification agricole plantation urbanisation ... : on estime ainsi que la moitié des zones humides françaises ont disparu au cours des trente dernières années. Une telle évolution est particulièrement sensible dans le territoire du SCOT où les pressions urbaines et touristiques sont importantes. Face à cette régression différentes actions ont été engagées au début des années 90 pour inverser cette tendance : - la loi sur l’eau du 3 janvier 1992 donne une définition juridique des zones humides. Elle appelle aussi à des principes de gestion équilibrée de reconquête des milieux aquatiques et des zones humides - le plan d’action gouvernemental sur les zones humides adopté en 1995 donne quatre axes prioritaires qui sont : inventorier les zones humides et renforcer les outils de suivi et d’évaluation assurer la cohérence des aides publiques engager la restauration des zones humides lancer un programme d’information et de sensibilisation - le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux SDAGE : mis en place au niveau des grands bassins dont Rhône-Méditerranée-Corse il identifie les écosystèmes aquatiques et les zones humides remarquables qui méritent une attention particulière. L’objectif donné par le SDAGE Rhône-Méditerranée-Corse est la préservation la restauration des zones humides et tout particulièrement la stabilisation de la superficie des zones humides du bassin. Il prévoit un inventaire des zones humides et recommande la mise en œuvre de programmes de restauration et de gestion des zones humides d’intérêt. Il donne par ailleurs un certain nombre de préconisations concernant les documents d’urbanisme: « Il est recommandé que les zones humides inscrites à l’inventaire ZNIEFF soient prises en compte dans le rapport de présentation des documents d’urbanisme et se voient proposer une affectation de protection en zone naturelle ou agricole dans le document approuvé éventuellement assortie de mesures du type : interdiction daffouillement et dexhaussement du sol interdiction stricte de toute nouvelle construction protection des boisements par classement en espace boisé ». LES VALEURS DES ZONES HUMIDES Régulation hydrique Rôle « d’éponge » absorption / restitution Champs naturels d’expansion des crues Recharge en eau des nappes phréatiques superficielles Protection et amélioration de la qualité des eaux autoépuration Rôle de Filtre LES PRODUITS ET SERVICES LIES AUX ZONES HUMIDES Alimentation en eau Présence de captages Epuration Epuration des eaux

slide 22:

18 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 Les zones humides sur le territoire Le Conseil Général du Var a réalisé un inventaire des zones humides du département : 5 appartiennent au territoire du SCoT : - Les tufs de la Siagnole sur la partie amont du cours d’eau : cette zone humide et son espace de fonctionnalité concernent le ruisseau ses berges tufigènes et la ripisylve associée. Ce site abrite une espèce végétale protégée la Scolopendre Asplenium scolopendrium ainsi que la grenouille agile et un habitat d’intérêt communautaire 7220 sources pétrifiantes avec formation de travertins. Les milieux sont signalés comme étant menacés par la fréquentation du site. Formations tufières - la ripisylve de Charmes de l’Estérel : située le long de l’Endre à Saint-Paul-en-Forêt cette forêt galerie présente un intérêt patrimonial lié à la présence d’habitats naturels en limite d’aire de répartition. L’habitat 92A05 « Aulnaies-Tillaies de Provence siliceuse » est reconnu d’intérêt communautaire. Le site abrite également un grand nombre d’espèces protégées : Scolopendre Asplenium scolopendrium Fougère en épi Blechnum spicant Laîche de Griolet Carex grioletti Circée de Lutèce Circaea lutetiana Osmonde royale Osmunda regalis Polystic à frondes soyeuses Polystichum setiferum … - les tufs de Saint-Cézaire / Siagne à hauteur de la confluence avec la Siagnole : la zone humide et son espace de fonctionnalité concernent le cours d’eau et sa ripisylve. L’inventaire départemental estime que les activités de loisirs et la fréquentation liées à l’eau sont une menace directe pour la conservation de cette zone humide qui abrite une espèce végétale protégée la Scolopendre Asplenium scolopendrium ainsi que la grenouille agile et un habitat d’intérêt communautaire 7220 sources pétrifiantes avec formation de travertins - le lac de Méaulx à Saint-Paul-en-Forêt est une zone humide artificielle abritant des habitats de berges caractéristiques phragmitaies scirpaies typhaies magnocaricaies. Il présente un fort intérêt paysager et joue un rôle important pour le stockage des eaux de pluie. Le plan d’eau abrite plusieurs oiseaux inféodés aux milieux humides : Grèbe castagneux Rousserole effarvate Galinule poule d’eau. Ce lac est cependant aujourd’hui vidé en raison de la faiblesse du barrage et son devenir reste incertain - le lac de Saint Cassien plan d’eau et ses annexes humides joue de multiples rôles hydrauliques touristiques écologiques …. Il abrite le chêne faux-liège Quercus crenata ainsi qu’un habitat d’intérêt communautaire les prairies humides méditerranéennes à grandes herbes du Molinio-Holoschoenion 6420 : que la présence de cet habitat semble remise en cause en raison des assèchements constatés. A ces zones humides inventoriées au niveau départemental s’ajoutent plusieurs entités de plus petites tailles dispersées sur le territoire : mares mares temporaires ou plans d’eau artificiels comme par exemple le lac du Rioutard à Saint-Paul-en-Forêt. Ces hydrosystèmes jouent de multiples rôles sur le territoire : stockage des eaux réservoirs de biodiversité … Lac du Rioutard

slide 23:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 19

slide 24:

20 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 Les eaux souterraines Répartition Cinq masses d’eau souterraines répertoriées par la DCE concernent le territoire : - la masse d’eau n°6136 « Massifs calcaires Audibergue St Vallier St Cézaire Calern Caussols Cheiron » : elle concerne la partie nord-est du territoire dont elle constitue l’une des principales masses d’eau en termes de surface. Située en domaine karstique elle est principalement drainée par les vallées encaissées Siagnole Siagne notamment. Un réseau de fissures et de gouffres accompagne ce karst dans lequel l’eau est retenue par les couches marneuses imperméables. Les émergences se retrouvent ainsi en périphérie. Cette ressource est alimentée par une infiltration importante et rapide des eaux de surface et constitue un réservoir important avec des débits d’émergence élevés. Cette masse d’eau est utilisée sur le territoire et en-dehors pour l’AEP environ 50 millions de m 3 /an ainsi que pour l’irrigation de golfs environ 2 millions de m 3 /an cette masse d’eau allant jusque vers Cannes dans les Alpes-Maritimes un grand nombre de golfs sont concernés. La masse d’eau est classée milieu aquatique remarquable à forte valeur patrimoniale - la masse d’eau n°6138 « Massifs calcaires du trias au Crétacé dans le bassin versant de l’Argens » : cette masse d’eau très vaste est subdivisée en plusieurs entités. Sur le territoire du SCoT elle n’est présente que sur une bande peu large au Sud de Fayence. Il s’agit là encore d’un réservoir karstique rechargé par les pluies et les pertes de cours d’eau. En dehors du territoire cette masse d’eau est exploitée pour l’AEP au maximum de son potentiel - la masse d’eau n°6139 « Plateaux calcaires des Plans de Canjuers et de Fayence » : à l’extrémité nord-ouest du territoire cette vaste masse d’eau constitue également un ensemble karstique sur le territoire au Plan de Canjuers. Cette partie de la masse d’eau alimente les sources de la Siagnole à Mons et est utilisée pour l’AEP du territoire. Ces sources drainent ainsi l’est de la masse d’eau alimenté par une infiltration rapide des précipitations. D’autres prélèvements pour l’AEP d’importance sont pratiqués en dehors du territoire attestant de son intérêt économique - la masse d’eau n°6520 « Domaine marno-calcaire et gréseux de Provence est – bassin versant côtiers est » : le territoire est concerné par l’extrémité orientale de cette masse d’eau sous les bourgs de Seillans Fayence Callian et Montauroux. Ce sont ici des calcaires qui abritent cette masse d’eau avec quelques cavités karstiques comme à Callian. Les sources alimentées sont peu nombreuses Baou Roux à Seillans. Dans sa globalité cet aquifère est considéré comme imperméable l’alimentation se faisant essentiellement par infiltration dans les secteurs karstifiés. - la masse d’eau 6609 « Socle du massif de l’Estérel des Maures et Iles d’Hyères » : elle concerne le territoire de Fayence pour la partie liée au massif de l’Estérel Tanneron en particulier. Elle se distingue des autres aquifères du territoire car elle est implantée dans des massifs cristallins qui ne comportent pas de nappes à proprement parler. Les terrains volcaniques peuvent cependant être localement perméables et constituer des ressources en eau superficielles. Proche de la surface peu perméable peu abondante cette ressource subit peu de pressions et présente un intérêt économique limité. Une dépendance au climat Situées en milieu karstique les principales masses d’eau du territoire sont largement dépendantes des pluies pour leur recharges. Les quantités en particulier pour celles qui sont les plus exploitées sont fortement liées aux périodes de sécheresse et de pluies. Compte tenu de l’infiltration rapide les pluies sont très efficaces pour effectuer une recharge rapide. Cette forte dépendance au climat est également à mettre en rapport avec les importants prélèvements liés aux usages AEP et irrigations ces derniers étant eux-mêmes indirectement liés aux conditions climatiques plus importants en périodes chaudes et en saison touristique. Une bonne qualité Globalement les eaux souterraines présentent de bonnes qualités et sont peu minéralisées. Quelques dégradations sont cependant constatées selon les masses d’eau de diverses natures hydrocarbures de ruissellement solvants pesticides liées aux activités du bassin versant et à l’urbanisation. Ceci est notamment le cas pour la masse d’eau 6136. L’eau des masses d’eau n°6138 et 6139 sont de bonne qualité les pressions étant faibles sur ces entités. Concernant la nappe n°6139 les suppositions de pressions portent sur le camp militaire de Canjuers qui peut être source d’une pollution localisée sans que le caractère confidentiel de cette zone ne permette d’avoir une idée précise du risque : la qualité générale de l’eau reste cependant bonne. Mais une forte vulnérabilité Si le contexte karstique favorise la recharge des nappes par les précipitations l’infiltration rapide peut également concerner des polluants de surface rendant la ressource souterraine particulièrement vulnérable. On recense ainsi sur certaines masses d’eau du territoire des pollutions ponctuelles liées à des difficultés d’assainissement STEP rejetant dans des vallons secs assainissement autonome défaillant … ou à des pollutions industrielles à l’extérieur du territoire du SCoT parfumeries à Saint Cézaire. Le mitage urbain constitue une autre source de pollution non négligeable des ressources souterraines multiplication des points de contacts entre les pollutions et la ressource. Objectifs DCE L’état des lieux réalisé dans le cadre de la DCE caractérise pour chacune des masses d’eau le risque de Non Atteinte du Bon Etat quantitatif et qualitatif d’ici l’horizon 2015. Ce risque est évalué comme étant faible pour toutes les masses d’eau du territoire à l’exception de la masse d’eau n°6136 « Massifs calcaires Audibergue St Vallier St Cézaire Calern Caussols Cheiron » pour lequel il est moyen que ce soit d’un point de vue qualitatif ou quantitatif. C’est en particulier l’état de la masse d’eau lié aux solvants chlorés qui explique cette appréciation du risque. Les pollutions par les solvants chlorés sont liées à l’activité industrielle de la parfumerie qui s’exerce sur une partie du bassin versant en dehors du territoire du Pays de Fayence.

slide 25:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 21 + 3 restaurants en bord du lac alimentés par la Siagnole

slide 26:

22 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 4. Les usages de la ressource L’Alimentation en Eau Potable AEP Lapprovisionnement Le deuxième rapport des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau rapporte quen 2006 un habitant sur cinq dans le Monde na pas accès à leau potable conséquence dune inégale répartition de la ressource et dune mauvaise gestion. A lopposé la consommation des pays industrialisés ne cesse daugmenter. La hausse de la consommation et la dégradation de leau constituent une menace pour cette ressource vitale et les écosystèmes qui en dépendent. Dans le département du Var le Schéma Départemental des Ressources et de lAlimentation en Eau sert de cadre de référence aux territoires exploitants distributeurs utilisateurs deau potable. Il a dressé pour chaque canton la projection des consommations à l’horizon 2015 et les a confrontées aux indicateurs de qualité de sécurité dapprovisionnement et de quantité deau distribuée. Les préconisations formulées à lhorizon 2010 concernent : - la réalisation de schémas directeurs communaux dalimentation en eau potable - la protection des captages - lamélioration des rendements - lamélioration de la qualité notamment en ce qui concerne la turbidité lagressivité et la teneur en plomb - la sensibilisation aux économies deau par le Département relayée par les communes - un temps de réserve raisonnable pour les communes vulnérables - la diversification des ressources en eau. A lhorizon 2015 le plan préconise la mise en place de mesures de sécurisation de lapprovisionnement. A ce jour la société E2S qui gère l’approvisionnement en eau potable du territoire ne dispose pas de schéma directeur dalimentation en eau potable. Une origine souterraine L’eau potable distribuée est d’origine exclusivement souterraine. Elle provient : - des sources d’origine karstique le plus souvent captées gravitairement. Ce mode d’exploitation limite lutilisation de la ressource les débits sont généralement très variables suivant les saisons - de la nappe alluviale de la Plaine de Fayence captée par forage débit maximal de 10m 3 /h par des particuliers ou des agriculteurs - de la nappe alluviale de la Siagne puisée dans la réserve du lac de Saint Cassien qui alimente certaines communes de louest des Alpes-Maritimes grâce à l’usine de l’Apié SICASIL ainsi que les agriculteurs de Tanneron grâce au puits du Pérus. Lacheminement est réalisé par la SCP Société du Canal de Provence.. Une ressource principale... La source de la Siagnole à Mons est la principale source d’eau potable du canton de Fayence. Il s’agit d’une résurgence karstique de bonne qualité très réactive aux épisodes de pluie et de sécheresse elle nécessite ainsi un approvisionnement régulier en eau de pluie de trois mois environ en particulier au printemps pour garantir la recharge des réserves. Cette ressource est prélevée dans le cadre d’un service public par une société d’économie mixte créée en 1995 par le Département du Var qui en est l’actionnaire majoritaire avec 52 du capital 8 pour la communauté de communes et 40 privés la Société dExploitation des Sources de la Siagnole E2S placée sous régime de concession avec le Département propriétaire des infrastructures. E2S approvisionne en eau brute : - toutes les communes du pays de Fayence à lexception de Tanneron - le réseau agricole en eau continue ou en eau périodique - 300 particuliers et agriculteurs non raccordés à leau communale dont des agriculteurs - le SEVE Syndicat des Eaux de lEst Varois regroupant Bagnols-en-Forêt Les Adrets de lEstérel et lusine de Gargalon. Leau de la source de la Siagnole est captée puis distribuée aux abonnés de manière gravitaire pour les communes en aval ou par pompage pour Mons situé en amont. Le périmètre de protection défini depuis 1981 nest juridiquement pas applicable car pas validé par arrêté préfectoral. Le débit minimum de la Siagnole présente de fortes disparités saisonnières: il est maximal en hiver 7 200 m 3 /s et au plus faible 360 m 3 /s en été lorsque la demande est la plus importante. Dans ce contexte pour faire face aux tensions créées à la fois par la hausse de la consommation et le déficit pluvial et assurer la sécurité d’approvisionnement qui faisait défaut jusque-là E2S a mis en place en 2006 le Forage de la Barrière à Montauroux. Il permet de pomper leau de la nappe de la plaine de Fayence en cas de déficits de la source de la Siagnole et constitue une ressource de sécurité qui manquait jusque là. ... et des ressources secondaires... D’autres ressources de moindre importance viennent satisfaire la demande : - la source des Moulinets plus de la moitié de lapprovisionnement en eau potable de la commune à Mons en complément de la source de la Siagnole - les captages de Neïsson de Camandre de Baou roux et le forage de Sainte Brigitte à Seillans qui représentent les deux-tiers de lalimentation de la commune - le puits du Pérus dans la nappe alluviale de la Siagne puisée dans la réserve du lac de Saint Cassien qui alimente par pompage 100 du réseau communal de Tanneron. Lacheminement est réalisé par la SCP. Cette eau est de bonne qualité mais une filtration est nécessaire pour la rendre potable. - un forage communal à Montauroux dans la zone de protection du forage de la Barrière. - différents forages de particuliers dont le débit nexcède pas 10m 3 /s prélevés dans la nappe de la Plaine de Fayence.

slide 27:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 23 Cas particulier de la réserve de Saint-Cassien : quoi que située sur le territoire cette réserve deau alimente très peu celui-ci. Les droits deau sont: - octroyés au département du Var à travers la SCP qui approvisionne lest varois et sur le territoire les agriculteurs de Tanneron et les 2 golfs du Domaine Terre Blanche de Tourrettes 35 des volumes prélevés pour lalimentation en eau potable -attribués au département des Alpes-Maritimes par le Ministère de l’Agriculture à 23 communes du département à travers le SICASIL qui distribue leau dans louest des Alpes- Maritimes. Notons que Tanneron dispose d’un droit d’eau de 30 l/s raccordé au réseau communal. Cette réserve aujourdhui exploitée dans sa totalité doit faire face aux épisodes récurrents de sécheresse et à une demande toujours plus forte. Le plan départemental annonce que celle-ci sera insuffisante d’ici 2014. Les textes relatifs à la concession du lac cahier des charges et convention de 1963 entre EDF et le Ministère de l’agriculture fixent les limites réglementaires de l’utilisation de la réserve de Saint-Cassien pour chacun des bénéficiaires en termes de débit et de volume maximum prélevables ainsi que de volume maximum annuel destockable la réserve. Chaque département dispose ainsi dans la retenue d’une réserve de 10 hm 3 qui doit être constituée par EDF au 1er juillet de chaque année avec une possibilité de mise à disposition exceptionnelle de volumes en cas de pénurie d’eau conventions de 2001. Un groupe de travail inter-administratif et interdépartemental contrôle l’utilisation des réserves grâce aux informations fournies par EDF. Une eau de bonne qualité… Leau potable est issue de nappes karstiques présentant de bonnes caractéristiques chimiques et bactériologiques tout en étant chargées en carbonates source de la Siagnole ou en sulfates nappe de la plaine de Fayence. Les signes de pollutions aux nitrates sont cependant faibles voire inexistants en raison de labsence dagriculture intensive en amont. Les captages du territoire sont bien protégés malgré le fait que les procédures soient toujours en cours sur les captages de la Siagnole depuis 1981 et le forage de la Barrière. Ce dernier est toutefois menacé par un forage réalisé par la commune de Montauroux dans le périmètre de protection en cours de validation. Les contrôles sanitaires ont mis en évidence des ressources présentant des caractéristiques récurrentes de turbidité en cas dorages sur la source de la Siagnole et le puits du Pérus Tanneron ce qui peut être problématique en cas de coupure deau lorsque la ressource n’est pas diversifiée. La gestion de leau est en régie communale. Leau distribuée est stockée dans des réservoirs puis rendue potable par chloration. … mais en quantité insuffisante pour l’alimentation en eau potable Le territoire qui correspond à la partie calcaire du Var est situé sur une zone à potentialité aquifère locale où l’eau est abondante. Le territoire ne dispose toutefois pas de nappes phréatiques importantes mise à part celle de la plaine de Fayence. Bien que les prélèvements d’eau ne représentent que 25 des précipitations du département la ressource est inégalement répartie dans le temps comme dans l’espace : c’est quand la demande est la plus forte que la ressource est au plus bas avec des conséquences sur les milieux aquatiques. Aussi la pertinence d’investir dans de nouveaux captages doit-elle être évaluée au regard de cette problématique. Sur le territoire la marge de production estivale c’est-à-dire la capacité de production tenant compte de la demande en eau était faible voire négative : la mise en service du forage de la Barrière avec un débit de 100l/s en été a permis d’accroître cette marge. La loi sur leau de 1992 a institué le dispositif permettant au Préfet de prendre des mesures exceptionnelles de limitation ou de suspension provisoire des usages de leau en complément des règles générales qui comprennent notamment lorganisation des différents usages. Le décret n° 92-1041 du 24 septembre 1992 complété par la circulaire du 15 octobre 1992 précise la procédure « sécheresse ». Cette dernière peut s’appliquer aussi bien en cas de sécheresse avérée qu’à titre « préparatoire » sur une zone définie. La Préfecture du Var élabore chaque année un Plan dactions sécheresse par bassin versant pour prendre en compte les spécificités de chacun. Son objectif est de gérer les situations de sécheresse par des solutions de restriction ou de suspension des usages de leau afin de donner priorité à lalimentation en eau potable et au maintien des débits et de la biodiversité. Les modalités de restriction sont transmises aux communes concernées qui sont encouragés à reprendre les prescriptions - ou pendre des mesures plus restrictives - de l’arrêté préfectoral dans un arrêté municipal permettant l’action d’agents municipaux assermentés. Les communes de Seillans et Saint-Paul-en-Forêt appartiennent au bassin versant de lArgens zone A les autres communes dépendent de celui de la Siagne zone E. Sur les dernières années le Plan a placé en situation dite « de crise » les zones A et E en été 2006 en été et automne 2007 ainsi que pour la zone A seule en hiver 2007 et printemps 2008. Actuellement les solutions envisagées vont davantage dans le sens de prospections de nouvelles ressources que dans celui d’une évolution des pratiques de consommation et de gestion : - la société E2S recherche de nouveaux sites pour des forages dans la plaine de Fayence - un projet reliant le lac de Sainte-Croix-sur-Verdon au Canal de Provence est évoqué pour soulager le lac de Saint-Cassien. Pour gérer la demande croissante des réserves supplémentaires deau pourraient être envisagées dans le lac de Saint-Cassien.

slide 28:

24 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 Une diversification insuffisante de la ressource La diversification des ressources est un élément important de la sécurité d’approvisionnement. Elle se justifie en cas de sécheresse ou d’insuffisance qualitative sur l’une des ressources. Cette qualification est cependant trompeuse sur le territoire où les ressources en eau sont naturellement concentrées sur la Siagnole. Un forage est prévu pour compléter lAEP de Tourrettes en été. Commune Source Part Callian Siagnole E2S 100 Fayence Siagnole E2S 100 Mons Siagnole E2S 48 Le Moulinet 52 Montauroux SCP St Cassien 12 Siagnole E2S 88 Saint-Paul Siagnole E2S 100 Seillans Camandre 6 Baou Raoux 8 Sainte Brigitte 10 Siagnole E2S 34 Neïsson 42 Tanneron Le Pérus La Siagnole 100 Très faible Tourrettes Siagnole E2S 100 Un fort potentiel d’économies de la ressource ... Sur la consommation… La consommation moyenne estivale dun habitant du Pays de Fayence est de 375 l/j contre 270 l/j dans la majorité des communes du Var 2 et 150 l/j en France. Ces chiffres relativement élevés sexpliquent par le climat méditerranéen mais surtout par les exigences de la population saisonnière lirrigation des jardins privatifs et le remplissage des piscines 3 . Le potentiel d’économies d’eau estimé dans le Schéma départemental est conséquent puisqu’il est de 300 000 m 3 rien qu’en juillet – août. Une hausse de la population permanente de 32 à 60 est prévue par le schéma départemental d’ici 2015 base 2003 notamment dans le canton de Fayence qui est celui du Var celui qui devra faire face à la plus forte croissance de population. Les communes du territoire doivent s’interroger sur le fait qu’elles disposent ou non de la ressource et des infrastructures de distribution suffisantes pour faire face à cette forte croissance. Sur les rendements … La distribution de l’eau par les communes connaît des rendements inférieurs à la moyenne départementale. Le Schéma départemental a évalué le potentiel d’économies à 150 000 m 3 en juillet-août en cas d’amélioration du rendement. …ne justifiant pas de nouveaux approvisionnements Le potentiel déconomies deau de 450 000 m 3 pouvant être réalisé en juillet et août représente léquivalent dun nouveau captage dun débit de 70 l/s. De telles économies d’eau permettent de préserver la ressource et évitent des investissements lourds dans la recherche de nouveaux captages et la mise en place d’infrastructures. 2 Source : Schéma directeur de lAlimentation en Eau potable du Var : consommations estivales hors pertes et fuite de réseau et hors industries. 3 Source : Schéma directeur de lAlimentation en Eau potable du Var

slide 29:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 25

slide 30:

26 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 L’assainissement Des dispositifs d’assainissement globalement efficaces … L’assainissement relève des compétences communales soit par le biais de dispositif d’assainissement collectif soit par le biais des SPANC pour les assainissements individuels. Toutes les communes du territoire bénéficient à la fois d’un assainissement collectif généralement réservé au bourg ou aux gros hameaux et d’un assainissement non collectif pour les habitations isolées ou les petits hameaux excentrés. Hormis les communes de Callian et Montauroux qui ont une STEP intercommunale toutes les stations d’épuration sont tous des ouvrages communaux. Mons STEP communale de 1000 eq h Montauroux et Callian STEP Intercommunale de 5700 eq h Tourrettes STEP communale de 5000 eq h Seillans STEP communale de 3100 eq h au village STEP communale de 400 eq h à Broves en Seillans Saint-Paul-en-Forêt STEP communale de 450 eq h Tanneron STEP communale de 500 eq h Fayence STEP communale de 6000 eq h Les ouvrages d’assainissement Dans tous les cas la part de l’assainissement non collectif est loin d’être négligeable et peut même pour certaines communes être dominante. Selon les rapports d’auto- surveillance les stations d’épuration du territoire ont un rendement efficace même si plusieurs dysfonctionnements sont constatés sur certains systèmes d’assainissement : - présence d’eaux parasitaires issues des eaux pluviales et de ruissellement dans le réseau de collecte pour les STEP de Seillans de Tourrettes ainsi que probablement de Fayence - vétusté de certaines parties du réseau de collecte à Montauroux Fayence Saint-Paul- en-Forêt ou est prévue la construction d’une nouvelle STEP communale - STEP sous-dimensionnée par rapport aux besoins à Callian qui prévoit la construction d’une nouvelle station bi-communale avec Montauroux - installations d’ANC 4 anciennes qui ne sont plus aux normes actuelles sur Mons Montauroux Callian … A l’exception de Tanneron toutes les communes disposent d’un schéma directeur d’assainissement ou en ont un en cours d’élaboration cas de Montauroux Seillans et Mons. Seule la commune de Seillans ne dispose pas d’un SPANC permettant le contrôle des assainissements autonomes. 4 Assainissement Non Collectif Le maintien d’un assainissement autonome de qualité et la gestion qualitative des assainissements sont particulièrement importants dans le contexte calcaire du territoire qui permet aux pollutions de surface de pénétrer très rapidement dans les eaux souterraines. Le SCOT et la ressource en eau … Un SCoT présente de multiples interactions avec le domaine de l’eau et est susceptible d’intervenir à plusieurs niveaux : - pour les eaux usées : si l’élaboration de schémas directeurs d’assainissement et de cartes d’aptitudes des sols doit favoriser une planification du développement en fonction de l’aptitude des sols les choix retenus dans le SCoT en matière de développement urbain et d’aménagement auront des conséquences importantes sur la gestion de l’assainissement. Par ailleurs le SCoT doit intégrer dans ses dispositions la sensibilité des milieux récepteurs de l’assainissement. - pour l’eau potable : l’augmentation de population et la multiplication des usages posent un vrai défi sur le territoire en matière d’approvisionnement en eau potable. Le SCoT devra nécessairement intégrer les limites de la ressource mais il convient de rappeler que le SCoT peut grâce à des dispositions en matière de densification urbaine de destination des sols… contribuer à économiser la ressource. Par ailleurs le développement du territoire s’il est mal maitrisé peut facilement contribuer à altérer la qualité de la ressource en eau d’autant plus que le contexte karstique du Pays de Fayence la rend très sensible aux pollutions de surface. - pour la gestion de l’eau : le SCoT doit être compatible avec les objectifs et obligations de la loi sur leau et des directives européennes dont la Directive Cadre sur l’Eau en matière notamment : d’assainissement de protection de la ressource d’alimentation en eau Potable de préservation des zones humides.

slide 31:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 27

slide 32:

28 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 IV. L’occupation du sol Le territoire du SCoT se caractérise par une occupation des sols dominée par la forêt qui couvre près de 70 de sa surface. L’occupation de l’espace peut globalement se distinguer entre : - La partie sud occupée par de la forêt et du maquis méditerranéen composé de chênes lièges bruyères arborescentes pins maritimes arbousiers et châtaigniers. Les champs de mimosas cultivés et d’eucalyptus y sont nombreux et occupent un espace important en particulier sur Tanneron - La zone centrale où le couvert forestier est composé de chênes blancs pin d’Alep en mosaïque avec des espaces plus ouverts - La zone nord où au-dessus de 600m les chênes blancs et chênes verts pins sylvestres et buis dominent puis laissent la place aux sapins et érables champêtres au-dessus de 800m. Les espaces ouverts de garrigue sont importants sur cette zone avec la végétation caractéristique de thym sarriette lavande fine genévriers… La forte présence forestière est également conditionnée par la topographie chahutée du territoire qui n’a pas permis d’exploitation agricole ou urbaine importante de ces secteurs à l’exception de Tanneron où l’agriculture occupe un vaste territoire. Les autres secteurs naturels sont constitués de maquis garrigues landes plus ou moins hautes … en périphérie ou en mosaïque de milieux boisés. Caractéristique du contexte méditerranéen cette végétation couvre un peu plus de 16 du territoire. Elle peut être le résultat d’un rajeunissement des formations végétales boisées lié à des incendies. Les formations de garrigue se retrouvent également sur des secteurs présentant peu de sol. L’agriculture occupe près de 14 du territoire et se trouve principalement sur les espaces aux reliefs les moins marqués. L’essentiel des secteurs agricoles est situé sur la commune de Tanneron ainsi que dans la plaine de Fayence où elle est alors en mosaïque avec des zones urbaines et des friches. Les plateaux et sommets situés au nord du territoire Canjuers et Mons abritent des pelouses et une végétation rase caractéristiques du domaine montagnard. Les secteurs urbains ou artificialisés se concentrent dans la plaine à proximité des axes routiers structurants. Les zones urbaines se répartissent en taches de moyenne importance souvent encadrées par des terres agricoles. On remarquera cependant la présence de plusieurs « poches » d’urbanisation au sein d’espaces naturels traduisant le mitage urbain largement observé sur le territoire cf. chapitre relatif au paysage. Evolution : Les évolutions de l’occupation du sol entre 1999 et 2006 sont fortement marquées : on constate tout d’abord une très importante artificialisation des espaces liée à une augmentation importante du tissu urbain. Ainsi la surface couverte par un tissu urbain dense a été multiplié par 675 tandis que celle occupée par le tissu urbain discontinu explose multipliée par 20. On constate que cette consommation d’espace se fait dans la plaine entre Montauroux et Seillans et qu’elle se fait principalement au détriment des territoires agricoles. Les espaces qui étaient en 1999 des espaces à dominante agricole avec quelques bâtis isolés sont devenus en 2006 des zones d’urbanisation discontinues où l’occupation agricole est limitée à quelques poches résiduelles. Entre 1999 et 2006 on note une réduction de 1324 ha de zones agricoles principalement dans la plaine ce qui correspond à une perte d’environ 30 des espaces ouverts agricoles. Dans le même temps les zones artificialisées sont passées de 229 à 2981 ha sur le territoire. Même si une partie de cette mutation est attribuée à un changement d’appellation des 566 ha de « zones naturelles avec présence d’habitat résidentiel » qui ont été intégrées en 2006 aux « tissu urbain discontinu » la très forte pression urbaine et la consommation d’espaces engendrée sont indiscutables sur le territoire. Par ailleurs ce changement d’appellation entre 1999 et 2006 traduit également un changement de perception de ces zones qui ne peuvent plus être qualifiées de « naturelles » en raison de leur artificialisation croissante.

slide 33:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 29 Les cartographies de 1999 et 2006 font apparaitre une seconde mutation sur le territoire liée à la diminution importante du couvert forestier au profit de la végétation arbustive en mutation forêt dégradée en cours de recolonisation. Ceci peut s’expliquer par les incendies qui ont pu détruire une partie des boisements. Compte tenu des surfaces concernées il convient néanmoins d’être prudent sur cette analyse certainement biaisée par des différences d’interprétation entre les deux dates. En tout état de cause il apparait que les surfaces boisées sont peu concernées par des mutations la surface globale des milieux non ouverts étant constante. Ceci est à rattacher au contexte topographique qui empêche l’exploitation agricole ou urbaine de ces milieux. Perspective : Il est bien entendu très difficile d’anticiper ce que pourrait être l’évolution de l’occupation du territoire dans l’avenir cette évolution étant dépendante de nombreux facteurs naturels et humains internes et externes au Pays de Fayence. Sans effectuer de « prédiction » nous pouvons cependant projeter la mutation subie par le territoire entre 1999 et 2006 au regard de l’évolution de la population. Données issues des recensement INSEE de 1982 1999 ainsi que 2004 pour Montauroux 2005 pour St Paul en Forêt 2006 pour Callian et 2007 pour Tanneron Fayence Seillans et Mons. Le recensement 2008 de Tourettes n’étant pas disponible il s’agit d’une estimation sur cette commune conforme à l’évolution passée. Au vu de l’évolution de la population entre 1982 et aujourd’hui et si l’on estime que cette tendance bien établie se poursuit on peut raisonnablement penser que la population du territoire de Fayence pourrait avoisinner les 30 000 habitants à l’horizon 2020. Il est certain que cette perspective fait peser de lourdes menaces sur le devenir des espaces naturels et agricoles du territoire. La consommation d’espace étant non seulement liée directement aux habitations des nouveaux arrivants mais également aux aménagements publics routes services publics… et commerciaux induits cette artificialisation semble exponentielle par rapport à l’augmentation de la population. Ainsi si la tendance démographique se poursuit il est probable que l’ensemble des secteurs de plaine la Plaine agricole de Fayence sera urbanisé d’ici une quinzaine d’années. Tendance d’évolution

slide 34:

30 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008

slide 35:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 31 V. La forêt 1. Une composante importante du territoire ... Très étendue … Les espaces boisés constituent la première formation naturelle du département : la forêt occupe ainsi plus de la moitié du territoire du Var soit 341 000 des 597 000 ha. Elle est encore plus présente sur le périmètre du SCoT puisquelle couvre environ 20 000 ha soit près de 70 du territoire. Répartie sur toutes les communes elle est de fait une composante forte du paysage. … majoritairement privée La forêt du territoire est majoritairement privée : elle appartient à de petits propriétaires qui pour la plupart possèdent des petites parcelles inférieures à 25 ha. Ce fort morcellement parcellaire rend plus délicate la gestion de cette ressource. Chaque commune dispose toutefois dune forêt communale gérée par lONF représentant au total plus de 3 700 ha soit 10 environ des surfaces forestières totales. Lespace forestier communal de Tanneron fait figure dexception : confié à des agriculteurs qui y exploitent le mimosa et leucalyptus aucun boisement ne dépend du régime forestier. Plus de 1 200 ha de forêt situés sur la commune de Tanneron appartiennent par ailleurs à la commune de Callian Bois de Callian notamment. LONF gère également trois forêts domaniales : Tourrettes Saint-Paul-en-Forêt ou la forêt Royale Saint Cassien ainsi que lespace forestier du camp militaire de Canjuers en contrat avec larmée. Répartition des surfaces forestières en nombre de propriétés Source : CNFPT 21 18 14 47 de 1 à 4 ha de 4 à 10 ha de 10 à 25 ha de 25 ha et + Répartition des surfaces forestières privées en ha Source : CNFPT

slide 36:

32 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008

slide 37:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 33 Toutes les forêts publiques disposent dun plan de gestion simple ou complet inventaire concertation affichant leur vocation. Par ailleurs eu égard aux risques d’incendies les forêts gérées par lONF font lobjet dun Plan Intercommunal de Débroussaillement et d’Aménagement Forestier PIDAF révisé tous les 10 à 15 ans : celui du territoire du SCoT est en cours de révision. La forêt est actuellement menacée par le mitage urbain qui gagne du terrain et la nécessité du maintien d’interfaces de sécurité vis-à-vis des feux de forêts encore plus consommateurs : il en résulte une grande difficulté à constituer des massifs forestiers cohérents. 2. Des peuplements diversifiés A limage de la situation départementale les peuplements forestiers sont composés dun mélange à part égales de futaies de résineux et de taillis de feuillus. Les essences caractéristiques sont : - des pins : Pin sylvestre Pin dAlep Pin maritime - des chênes : chêne pubescent essentiellement mais aussi du chêne chevelu chêne vert chêne liège. Il est à noter que le territoire recèle la population la plus importante de France 3 stations de Chêne crenata ou faux chêne-liège Quercus crenata. En lien avec le relief les peuplements forestiers ont une répartition spécifique avec des taillis de feuillus présents principalement sur les premiers reliefs autour de la plaine de Fayence. Sur les reliefs plus escarpés à Mons sont implantés des boisements de Pins en futaie principalement. La partie sud du territoire et en particulier les massifs de Tanneron sont occupés par des maquis boisés où les espèces résineuses sont en dominance. Autour de la plaine de Fayence prédominent des boisements en mélange taillis / futaie. Bois du Rioutard 3. Un patrimoine peu valorisé La vocation sylvicole des forêts est très faible sur le territoire en lien avec un bois de médiocre qualité pour du bois d’œuvre le secteur du pays de Fayence produit du bois d’industrie plutôt que du bois d’œuvre le morcellement des propriétés et le relief marqué qui rendent délicate l’exploitation des coupes l’absence de tradition sylvicole sur le secteur … Pourtant bien réel notamment dans le cadre d’une valorisation bois-énergie qui ne nécessite pas d’un bois de qualité bois d’œuvre le potentiel forestier du territoire semble ainsi sous-exploité. 4. Une composante multifonctionnelle La forêt est une composante importante du territoire de par sa contribution à la qualité du cadre de vie et les diverses fonctions qu’elle remplit : - ses fonctions patrimoniales environnementales et paysagères : la forêt est un véritable réservoir de biodiversité et recèle une grande diversité d’espèces animales et végétales. Elle contribue également à la diversité des paysages - sa fonction de protection : la forêt est l’un des outils permettant de maîtriser certains risques naturels glissements de terrain chutes de pierres crues torrentielles … grâce notamment à sa capacité de rétention des sols et des pierres. Cela suppose cependant qu’elle soit correctement entretenue faute de quoi elle risque au contraire d’en aggraver les effets risques dincendie - sa fonction sociale : les espaces boisés ont une fonction de détente importante. La forêt accueille de nombreux usagers chasseurs promeneurs cueilleurs randonneurs ... et constitue un élément incontournable de l’offre touristique. Les dimensions d’accueil et récréative sont donc importantes. 5. Le SCoT et la forêt La forêt est une composante essentielle du territoire et sa multifonctionnalité impose qu’elle soit pleinement prise en compte dans le SCoT. Ce dernier planifiant le développement doit notamment veiller à ne pas négliger les risques liés à la présence des boisements à proximité des zones urbaines dans ce contexte méditerranéen. Le SCoT doit également permettre de préserver un équilibre entre milieux boisés et milieux ouverts dont les milieux agricoles facteur de diversité écologique et paysagère participant à la qualité du cadre de vie Un développement prépondérant de la forêt peut en effet devenir pénalisant d’un point de vue économique en pénalisant l’agriculture notamment paysager la fermeture de l’espace souvent mal perçue par les habitants écologique surtout lorsqu’il s’agit d’une évolution vers des boisements mono-spécifiques des risques augmentation du risque de feux de forêt lié à une difficulté accrue d’entretien de grands espaces boisés chablis accentués selon les essences introduites déstabilisation des berges …. Il doit enfin préserver les usages actuels de ces espaces et en ménager d’éventuels autres bois –énergie exploitation sylvicole usages touristique ….

slide 38:

34 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008

slide 39:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 35 VI. Lactivité agricole 1. Une activité qui recule … Avec une superficie de 3 800 ha 5 la surface agricole utile SAU a connu une progression importante sur le Pays de Fayence ces vingt dernières années +50 en lien avec : - une forte progression des parcours correspondant aux superficies toujours en herbe STH correspondant à 55 de la SAU en 1977 contre 77 des superficies agricoles en 2000 - une diminution des surfaces réellement cultivées entre 1977 et 1988 -30 suivie dune légère reprise de 6 en 2000 sexpliquant par la taille croissante des exploitations. 1 159 804 880 1 405 2 245 3 032 0 500 1 000 1 500 2 000 2 500 3 000 3 500 4 000 1979 1988 2000 Surfaces fourragères dont STH Autres Evolution des surfaces agricoles en ha Source : RGA 2000 Ceci ne suffit pas à dissimuler le recul dune activité fondamentale pour le territoire dont elle a façonné le paysage et lidentité : - le nombre dexploitations ne cesse de diminuer : 108 exploitations ont disparu en 20 ans on en compte 385 en 2000 - ce recul saccompagne dautre part dune baisse de la professionnalisation de lactivité. Lactivité agricole se maintient cependant grâce à lattractivité du terroir et à la vente directe à la ferme au domaine viticole ou au marché paysan qui permet une meilleure valorisation des productions. Ce constat doit être nuancé pour la commune de Tanneron qui fait figure d’exception en matière agricole puisque sur cette commune le nombre d’exploitation n’a pas connu un tel déclin et que l’activité agricole y reste dynamique. 5 Superficie agricole utilisée pour les exploitations ayant leur siège sur le territoire. Source : Recensement Général Agricole 2000. Non considérée comme une activité stratégique du territoire elle est très menacée notamment par les usages urbains et touristiques des sols. 100 95 84 293 218 201 0 50 100 150 200 250 300 350 400 1979 1988 2000 Exploitations non professionnelles Exploitations professionnelles Evolution du nombre de sièges dexploitation Source : RGA 2000 2. Des productions diversifiées Lagriculture en Pays de Fayence est caractérisée sa diversité et se partage entre : - élevage : ovins volailles bovins ... Cette activité qui occupe les trois quarts de la surface agricole est confrontée à la menace de la disparition du sylvo-pastoralisme - viticulture : bien que les surfaces aient été considérablement réduites par les arrachages lactivité reste dynamique - horticulture et plantes ornementales: il sagit essentiellement de la culture du mimosa et de leucalyptus sur la commune de Tanneron suite à linstallation de jeunes agriculteurs sur les terres communales mises à leur disposition. Les conditions climatiques et agronomiques sont particulièrement favorables pour cette culture qui permet par ailleurs un entretien de l’espace au sein d’une forte représentation forestière. L’entretien de ces milieux cultivés taille fauche arrosage peut par ailleurs constituer un facteur d’atténuation du risque incendie - oliviers : cette culture progressivement délaissée présente un potentiel de développement important par la restauration des oliveraies délaissées grâce à une richesse de variétés et la présence de nombreux moulins à huile sur le territoire. On trouve encore des oliveraies exploitées sur Callian et Montauroux. Cas particulier de l’apiculture : il s’agit d’une activité importante sur le territoire que ce soit de manière professionnelle ou non. On trouve des ruches sur l’ensemble du territoie. Il s’agit d’une activité qui est indirectement dépendante de la présence de zones de pâturages et 1 1 3 5 5 8 77 Cultures pérennes hors oliviers Légumes frais et pommes de terre Vignes Fleurs plantes ornementales Oliviers Terres labourables dont céréales Surfaces fourragères dont STH Répartition de la surface agricole par type de culture RGA 2000

slide 40:

36 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 de transhumance pour les abeilles. Elle participe au maintien de la biodiversité par la pollinisation. 3. Une activité soumise à une forte pression foncière Lagriculture est confrontée à une forte pression foncière qui favorise : - la concurrence de lurbanisation. Aucune politique foncière communale ou communautaire pour le maintien de lactivité agricole consistant en la constitution de réserves foncières nexiste sur le territoire. Les exploitations non reprises suite au départ à la retraite des agriculteurs sont ainsi facilement converties en surfaces constructibles pour répondre à la pression foncière. Des exploitations agricoles se retrouvent ainsi parfois au sein des zones urbanisées et leur pérennité est menacée par certains conflits de voisinage nuisances sonores et limpossibilité de se développer. Le prix élevé du foncier résultant de cette pression rend par ailleurs difficile toute nouvelle installation. La commune de Tanneron qui dispose de réserves agricoles quelle met à disposition dexploitants fait exception - la déprise agricole cest-à-dire lenfrichement des terres agricoles suite à leur abandon résultant pour partie de la pression foncière du départ des agriculteurs de la petite taille ou linaccessibilité des parcelles … Ces friches se transforment par la suite en milieux boisés puis forestiers souvent pauvres en biodiversité. Cette activité remplit également un rôle fondamental pour les paysages et les milieux naturels qu’il convient de préserver : - le maintien des milieux ouverts est favorisé par lactivité agro-pastorale encore présente sur le territoire. La préservation dune mosaïque de milieux favorable à lexpression de la biodiversité contribue également à lutter contre les incendies - la gestion de lespace : l’agriculture est le garant du maintien de secteur non boisés et non urbains participant de la diversité environnementale du territoire. Les prairies et jachères constituent également des zones de nourrissage importantes pour certaines espèces et sont un complément majeur aux espaces boisés. 4. Une concurrence pour la ressource en eau Adaptées au climat méditerranéen les cultures présentes sur le territoire oliveraies vignes consomment relativement peu deau. La ressource abondante avant le développement de lurbanisation grâce à la proximité du Canal de Provence historiquement dédié à lirrigation se raréfie cependant au profit de lurbanisation. Lirrigation est ainsi devenue problématique avec un accès à la ressource de plus en plus restreint et un prix l’eau de la Siagnole trop élevé pour des cultures à faible valeur ajoutée. Les forages sans autorisation dans la nappe de la plaine de Fayence constituent souvent une solution pour les agriculteurs de la plaine ce qui n’est pas sans conséquences sur les ressources. Les cultures peu intensives demandant peu dintrants chimiques ont peu dincidences sur la qualité de leau. Un point de mesure sur le Riou Blanc à Fayence fait exception : la qualité y est médiocre du point de vue des nitrates mais sans que cette pollution par les nitrates puissent être intégralement attribuée aux intrants agricoles 5. Qui participe de la lutte contre les risques … Lagriculture joue un rôle fondamental sur ce territoire exposé aux risques : - risque incendie : les terres agricoles les oliveraies en particulier constituent des pare-feu entre la forêt et les zones urbanisées. Lactivité sylvo-pastorale est également essentielle à lentretien et au débroussaillement des forêts et à la création de milieux ouverts réduisant la propagation des incendies - érosion des sols : le maintien de zones enherbées sur les pentes et l’entretien des terrasses traditionnelles d’oliveraies contribuent à retenir les sols dans le contexte climatique méditerranéen où les pluies violentes ruissellent fortement sur des sols secs et les érodent. Les conséquences de l’érosion sont notamment l’augmentation de la turbidité des cours d’eau ou le colmatage des frayères. 6. … et la valorisation de lespace et du paysage Lagriculture a modelé des paysages d’une grande qualité à forte valeur patrimoniale et identitaire. Cest particulièrement le cas des vignes et restanques. Les productions locales renforcent encore son attractivité. Elle constitue ainsi une activité majeure d’entretien et de valorisation de l’espace quil convient de préserver pour éviter toute banalisation du paysage. Restanques à Montauroux .

slide 41:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 37

slide 43:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 39 VII. Les milieux naturels la faune et la flore 1. De nombreux inventaires et protections Une qualité reconnue par des protections … un Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope APPB Un APPB vise la protection de milieux peu exploités par lhomme et abritant des espèces animales et/ou végétales sauvages protégées. Les objectifs sont la préservation d’un biotope entendu au sens écologique dhabitat nécessaire à la survie despèces protégées : larrêté fixe les mesures qui doivent en permettre la conservation. La réglementation édictée vise le milieu lui-même et non les espèces qui y vivent maintien du couvert végétal du niveau deau interdiction de dépôts dordures de constructions dextractions de matériaux.... Par ailleurs la destruction le dérangement ou le déplacement des espèces protégées par la loi sont interdits. Un APPB est répertorié sur le territoire : Fondurane arr. pref. du 19/09/1988 43 ha situés à lextrémité nord-ouest de la retenue de Saint-Cassien incluant létendue deau libre ses rives les bras du Biançon et de la Carpinée dans la limite la zone concédée à EDF. Ce site fait lobjet dun plan de gestion qui ne suffit pas à enrayer la perte dintérêt écologique du site suite aux marnages liés aux sécheresses successives. La disparition de la roselière typhaie en est la manifestation la plus visible accompagnée de la disparition des oiseaux hivernants et du milieu aquatique. … et des inventaires A l’échelle européenne Le réseau Natura 2000 L’action de l’Union européenne en faveur de la préservation de la diversité biologique repose en particulier sur la création d’un réseau écologique cohérent d’espaces nommé NATURA 2000 composé à terme : - des Zones Spéciales de Conservation ZSC qui seront désignées au titre de la directive 92/43/CEE du conseil du 21 mai 1992 concernant la conservation des habitats naturels ainsi que la faune et la flore sauvage dite directive « Habitats-Faune-Flore » - des Zones de Protection Spéciale ZPS qui seront désignées au titre de la direction 79/409/CEE du 2 avril 1979 dite directive « Oiseaux » qui vise à assurer la préservation de toutes les espèces d’oiseaux vivant naturellement à létat sauvage sur le territoire européen. Ce réseau écologique européen d’espaces gérés sera créé avec le souci de préserver les richesses naturelles tout en tenant compte des exigences économiques sociales et culturelles ainsi que des particularités locales de chaque Etat membre. Il doit permettre de répondre aux objectifs de la convention mondiale sur la préservation de la biodiversité adoptée au sommet de la Terre Rio 1992. 4 sites désignés Natura 2000 sont présents sur le territoire : - le site FR9301574 "Gorges de la Siagne" Site dImportance Communautaire SIC dont le Document dObjectifs a été approuvé en 2006 Parmi les objectifs fixés pour ce site par le Docob la préservation de l’hydrosystème Siagne habitats aquatiques tufs faune et flore constitue un enjeu majeur. - le site FR9301617 "Montagne de Malay" proposé comme Site dImportance Communautaire pSIC - le site FR9301625 "Forêt de Palayson - Bois du Rouet" proposé comme Site dImportance Communautaire pSIC - le site FR9312014 "Colle de Rouet" classé Zone de Protection Spéciale ZPS depuis mars 2006. ... A l’échelle nationale Les Zones Importantes pour la Conservation des Oiseaux ZICO L’inventaire ZICO répertorie à l’échelle nationale les sites d’intérêt majeur qui hébergent des effectifs d’oiseaux sauvages jugés d’importance communautaire ou européenne. Il servira de base à la définition des Zones de Protection Spéciales qui seront désignées au titre de la directive Oiseaux pour constituer le réseau Natura 2000. Une partie de la ZICO PAC28 « Bois de Palayson du Rouet et de Malvoisin » se trouve sur la commune de Saint-Paul-en-Forêt au sud-ouest du territoire. Les Zones Naturelles dIntérêt Ecologique Faunistique et Flonistique ZNIEFF Les ZNIEFF sont des outils de connaissance permettant une meilleure prévision des incidences des aménagements et des nécessités de protection de certains ensembles fragiles. Elles correspondent aux espaces naturels dont lintérêt repose soit sur léquilibre et la richesse de lécosystème soit sur la présence de plantes ou danimaux rares et menacés. On distingue deux types de ZNIEFF : - les ZNIEFF de type I : d’une superficie généralement limitée définies par la présence d’espèces d’associations d’espèces ou de milieux rares remarquables ou caractéristiques du patrimoine naturel national ou régional - les ZNIEFF de type II : grands ensembles naturels riches et peu modifiés ou offrant des potentialités biologiques importantes. Les zones de type II peuvent inclure une ou plusieurs zones de type I. La DIREN PACA a procédé à lactualisation de linventaire des ZNIEFF de la région. Les fiches descriptives et contours cartographiques présentés se substituent aux ZNIEFF de première génération. Ces données ont été validées au niveau régional CSRPN et sont en cours dintégration dans la base nationale.

slide 44:

40 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 Lors de la réactualisation de linventaire ont été répertoriés sur le territoire : - 7 ZNIEFF de type I : Code ZNIEFF Nom Superficie ha Communes du SCoT concernées 83-100-108 Marais de la Fustière 839 Montauroux 83-100-127 Montagnes de Lachens et de Malay - bois de Séranon - bois de Cornay 516095 Mons Seillans 83-100-132 Marais de Fondurane 4501 Montauroux Callian 83-100-161 Gorges de la Siagne et de la Siagnole 858 Montauroux Callian Tourrettes Mons 83-100-162 Charmaies et cours moyen de la Siagne 39764 Tanneron Montauroux 83-100-165 Forêt Royale de Saint-Paul-en-Forêt 45046 Saint-Paul-en-Forêt Seillans 83-100-166 Vallée de lEndre et ses affluents 27844 Fayence Saint-Paul-en- Forêt Seillans Les ZNIEFF de type I Source : DIREN PACA - 10 ZNIEFF de type II : Code ZNIEFF Nom Superficie ha Communes du SCoT concernées 83-127-100 Plan de Luby - prés de Bovès - barre des Noyers 36844 Seillans 83-128-100 Karst du Clos Magnan et barres de Gaudissart 181042 Seillans 83-131-100 Montagne des Louquiers 104496 Mons 83-136-100 Colline de Peygros 23392 Mons Seillans Fayence 83-144-100 Massifs boisés entre Callas et Saint- Paul-en-Forêt 284573 Fayence Saint-Paul-en- Forêt Seillans 83-145-100 Domaines de Grime et de Rémillier 42574 Tourrettes Saint-Paul-en- Forêt 83-146-100 Moyenne et haute vallée du Reyran et bois de Bagnols 193259 Callian Montauroux Tourrettes Saint-Paul-en- Forêt 83-147-100 Bois de lErmite 181129 Callian Montauroux Tourrettes Saint-Paul-en- Forêt 83-148-100 Bois de Callian et de Saint-Cassien- des-Bois 125966 Tanneron 83-149-100 Le Mont 21659 Montauroux Les ZNIEFF de type II Source : DIREN PACA A l’échelle départementale … Les Espaces Naturels Sensibles ENS La politique des Espaces Naturels Sensibles confiée aux départements sinscrit dans le contexte de lévolution des politiques nationales de gestion de lenvironnement. Elle vise la protection la gestion et louverture au public despaces naturels menacés. Le département du Var a identifié 238 Espaces Naturels Sensibles répartis sur 10 071 hectares. 8 de ces sites sont situés sur le territoire : il ne s’agit pas toujours de sites naturels certains édifices appartenant au patrimoine architectural ou paysager local étant identifiés dans le réseau ENS du Var. Nom de l’ENS Niveau d’intérêt Commune le Baougros Local Mons la Chapelle Notre-Dame Local Callian Malbeque et Saint Eloi Local Fayence Notre-Dame Local Seillans le Village Local Seillans les Prés Longs Local SAINT-PAUL-EN-FORET Maure de Farron Local Seillans Forêt de Malpasset Départemental St- Paul-en-Forêt pour partie majorité sur Fréjus Les ENS présents sur le territoire source : Département Le Schéma Départemental des Espaces Naturels à Enjeux SDENE Le SDENE est en cours d’élaboration par le Département du Var depuis 2007. Les espaces naturels du département ont été hiérarchisés sur la base d’un diagnostic prenant en compte l’intérêt écologique notamment à partir d’espèces déterminantes de la faune et de la flore et d’inventaires existants paysager qualité paysagère valeur identitaire incidence visuelle l’intérêt des pratiques attractivité et fréquentation et les dynamiques urbaines. L’objectif est de définir un niveau d’enjeu prenant en compte tous ces paramètres et de prioriser les actions à mener. Cette hiérarchisation est en cours de validation. Le canton de Fayence est l’une des entités géographiques retenues dans le SDENE et bénéficie à ce titre d’une analyse approfondie. Le SDENE identifiera les zones d’intérêt écologique majeur les zones concernées par des pratiques de loisirs et leur valeur ainsi que les pressions liées à l’urbanisation qui s’exercent sur la plaine de Fayence.

slide 45:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 41 2. Une végétation étagée L’analyse de la carte écologique de Cannes montre que le territoire d’étude comporte trois étages de végétation. Chaque étage se caractérise par une végétation spécifique qui se définit par un climax végétation naturelle forestière en équilibre avec les conditions édaphiques et climatiques et des groupements qui y conduisent par évolution progressive et en dérivent par évolution régressive. L’étage méditerranéen Occupant la majeure partie du territoire il est dominé par deux séries : la série du chêne liège et la série méditerranéenne du chêne pubescent. La série du chêne liège se développe sur roche mère siliceuse. Le climax est une suberaie à Quercus suber forêt de Chêne liège mais le plus souvent ce degré de stabilité nest pas atteint. On a alors un groupement pro climacique arboré à Chêne liège et Pin maritime Pinus maritima dans lequel lune ou lautre des espèces domine suivant différents facteurs le plus important étant le passage du feu. La couverture est bien souvent irrégulière et la forêt est donc le plus souvent une forêt claire voire même un maquis arboré. Les quelques rares anciens massifs exploités présentent un intérêt du fait de leur maturité. La strate arbustive et la strate herbacée sont riches et pénétrées de nombreuses espèces thermophiles qui transgressent des maquis de dégradation. Le groupement arbustif issu de la dégradation de la suberaie ou de la pinède à Pin maritime est un maquis à Bruyère arborescente Myrte et Cistes souvent haut impénétrable et dense. Dans ses stades de dégradation les plus importants le maquis souvre progressivement la hauteur de la strate arborescente diminue rapidement et la formation devient une Cistaie de plus en plus ouverte. Le stade le plus dégradé est la pelouse silicicole. Certains secteurs sont envahis par le Mimosa qui constitue une espèce invasive. La série méditerranéenne du Chêne pubescent se développe sur roche mère calcaire. Le climax est une forêt de Chêne pubescent et de Chêne vert sous couvert de laquelle se développent de nombreux arbustes transgressifs des chênaies vertes tels que le Lentisque Pistacia lentiscus le Rouvet Osyris alba la Coriaire à feuilles de Myrte Coriaria myrtifolia lAlaterne Rhamnus alaternus le Genévrier oxycèdre Juniperus oxycedrus la Filaire à feuilles étroites Phillyrea angustifolia...etc. Cette chênaie est souvent enrésinée par le Pin d’Alep sur marnes et calcaires ou par le Pin maritime sur dolomie et silice. La strate herbacée est assez riche et assez dense. On y retrouve souvent des espèces plus mésophiles telles que Brachypodium pinnatum Rubia peregrina Carex halleriana Helleborus foetidus Hepatica triloba Cephalanthera rubra Lathyrus sylvestris Euphorbia dulcis Viola sylvestris...etc. mélangées à des espèces transgressives des landes de dégradation de la série ou de la garrigue quand la couverture arborescente est peu importante. Le stade prépondérant de dégradation de la Chênaie pubescente est constitué par la lande à Genêt dEspagne Spartium Junceum Lentisque Pistacia lentiscus Rouvet Osyris alba Coriaire à feuilles de Myrte Coriaria myrtifolia Genévrier oxycèdre Juniperus oxycedrus Prunellier Prunus spinosa. La strate herbacée se compose fréquemment Euphorbia spinosa Thymus vulgaris Linum salsoloides Inula montana Galium mollugo Teucrium chamaedrys Potentilla verna Aphyllanthes monspeliensis Coronilla minima Dorychnium suffruticosum ...etc. Ces groupements ont un aspect broussailleux laissant souvent et parfois même généreusement apparaître les calcaires. Les sols sont donc souvent superficiels. Dans les faciès les plus dégradés certaines espèces disparaissent dautres nettement inféodées aux milieux plus rocailleux font leur apparition telles que les différents Orpins Sedum altissimum S. dasyphyllum et S. anopetalum ou encore Avena bromoides et Staehelina dubia. La série du Chêne vert se développe à la fois sur substrat calcaire et siliceux mais elle est dominée par les deux séries précédentes. Le groupement arborescent climacique ou pro climacique est un taillis de Chêne vert Quercus ilex accompagné de Phillyrea media Pistacia terebinthus et de diverses autres espèces arborescentes thermophiles. Comme pour la chênaie pubescente la chênaie verte est très souvent largement ouverte mélangée de Pin dAlep Pinus halepensis en fréquence relative variable et ses strates arbustive ou herbacée montrent une tonalité très thermophile par le développement de nombreuses espèces transgressives des garrigues franches. Les groupements arbustifs résultant de la dégradation de la chênaie forment une garrigue pouvant être assez haute et difficilement pénétrable à Romarin Pistachier lentisque et térébinthe Genêt scorpion Osyris blanc ...etc. et dans laquelle de jeunes Pins dAlep Pinus halepensis sont fréquemment observés. Si la dégradation se poursuit la garrigue souvre à son tour de plus en plus et laisse place à une pelouse à Brachypode rameux Brachypodium ramosum. L’étage collinéen Les plateaux au nord de Fayence premiers reliefs des Préalpes sont essentiellement couverts par l’étage de végétation de type supra méditerranéen. Une seule série caractérise ce sous-étage : la série occidentale à Chêne pubescent. Le climax est constitué d’une chênaie pubescente à Buis Alisier torminal Alisier blanc Erable de Montpellier Fusain à large feuille. Les groupements arbustifs sont des garrigues à Lavande vraie Buis Genêt cendré Aphyllanthe de Montpellier. Les vallées encaissées Siagne par exemple abritent des bois de charme rattachés à l’étage collinéen de type médio-européen en raison des conditions d’humidité et de température particulières.

slide 46:

42 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 L’étage montagnard Sa répartition sur le territoire d’étude est assez réduite car l’étage montagnard n’apparaît qu’au-dessus de 1 200 m au nord de Mons sur des montagnes calcaires à caractère méridional marqué. Seule la série mésophile du Pin sylvestre y est présente. Deux types de boisements climaciques riches en orchidées la caractérisent : - la pinède à Pin sylvestre à pyroles et Buis - la sapinière à Buis et Androsace de Chaix où domine une race spéciale de Sapin pectiné avec une taille plus faible. Les groupements arbustifs sont des buxaies et lavandaies.

slide 47:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 43

slide 48:

44 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 3. Des Espaces Naturels Remarquables Quatre grands ensembles peuvent être distingués sur le territoire du SCOT : le plateau de Canjuers et les montagnes de Mons au nord-est les gorges de la Siagne et ses abords qui marquent la limite est les environs du lac de Saint-Cassien au sud-est et le massif de la Colle du Rouet au sud-ouest. Le plateau de Canjuers et les montagnes de Mons Cet ensemble correspond aux montagnes de Malay et de Lachens au camp militaire de Canjuers au Plan de Luby au karst du Clos Magnan et aux barres de Gaudissan Il s’agit de hauts plateaux steppiques rattachés aux Préalpes de Grasse - Castellane où cohabitent les faunes et les flores méditerranéennes et alpines. Interdit au grand public il abrite de nombreuses espèces remarquables de divers groupes : - l’Aigle royal le Tétras lyre le Busard cendré la Chouette de Tengmalm le Monticole de Roche l’Œdicnème criard l’Alouette calandrelle le Traquet oreillard et l’Outarde canepetière pour les Oiseaux - le Loup le Lynx le Chamois le Cerf le Chat sauvage et 13 espèces de Chauves-souris pour les Mammifères - toutes les espèces de Provence 10 espèces dont l’une des 12 populations françaises de Vipère d’Orsini - la Rosalie des Alpes le Criquet hérisson et le Sphynx nicéa au niveau des Insectes - l’Ancolie de Bertoloni la Doradille du Verdon fougère endémique le Lis de Pomponne la Pivoine voyageuse pour les plantes. Les Gorges de la Siagne et de la Siagnole et leurs abords Les Gorges de la Siagne abritent divers milieux naturels remarquables : la rivière aux eaux calcaires induit la formation de tufs les forêts et fourrés alluviaux hébergent des espèces rares en Provence Charme certaines fougères le Perce-neige la Scille d’Italie. Une espèce végétale endémique et très localisée sy trouve : le Bec-de-grue de Rodié Erodium rodiei. Les falaises accueillent des chênaies mâtures et sont percées dimportantes grottes à chauves-souris. Dans le fond des gorges et sur les versants ombragés se développent des forêts galeries de charmes. D’un point de vue faunistique le site présente un intérêt particulier pour la conservation des chauves-souris. Au moins 13 espèces fréquentent le site dont certaines en effectifs dimportance nationale : le Minioptère de Scheibers 1 000 à 3 000 individus le Vespertilion de Capaccini 500 à 1 000 individus le Grand Murin le Grand Rhinolophe le Petit Murin seule grotte connue de mise bas pour les Alpes Maritimes. La rivière héberge de belles populations dEcrevisse à pattes blanches ainsi que de Barbeau méridional le Blageon. En outre les inventaires réalisés dans le cadre du document dobjectifs ont mis en évidence la présence despèces de fort intérêt patrimonial mais à répartition très ponctuelle : la Tortue dHermann deux stations le Spélerpès de Strinati un batracien rare en France localisé sur une station et la Vipère dOrsini une station. D’autres espèces dintérêt communautaire potentiellement présentes sur le site sont à rechercher lors de futurs inventaires : - la Mannie à trois andrécies Mannia triandra une hépatique pour les plantes inférieures - la Loutre dEurope pour les Mammifères. Après avoir reçu les eaux de la Siagnole la Siagne se fraie un chemin au travers de magnifiques gorges creusées très profondément dans la zone des plateaux et des collines boisées. Plusieurs grands rapaces nichent dans les gorges de la Siagne : Aigle royal Faucon pèlerin Circaète Jean-le-Blanc et Grand-duc d’Europe. Le Cincle plongeur fréquente le cours d’eau. Trois collines calcaires situées à proximité des gorges de la Siagne ont été également inventoriées en ZNIEFF : la Montagne du Louquiers nord-est de Mons la Colline de Peygros au nord de Fayence sur la commune de Mons et le Mont au nord du lac de Saint-Cassien sur la commune de Montauroux. La Montagne des Louquiers domine le cours supérieur de la Siagne. Son sommet est recouvert dune végétation rase de type méditerranéenne. La partie Est du site forme de nombreux pierriers et des aplombs rocheux dominant la Siagnole dEscragnole. Cette montagne présente un intérêt assez marqué pour la faune puisqu’on a pu y recenser 12 espèces animales patrimoniales dont une déterminante ZNIEFF. La faune patrimoniale est représentée par deux chauves-souris les Petit et Grand Rhinolophes par plusieurs espèces de rapaces comme le Faucon hobereau un couple nicheur le Faucon pèlerin zone de chasse l’Autour des palombes l’Aigle royal zone de chasse le Grand-duc d’Europe et de passereaux comme le Monticole de roche et le Monticole bleu. Elle a également un intérêt entomologique. Le secteur de la montagne des Louquiers abrite également des milieux ouverts ou semi-ouverts pelouses formations à Buis… dont le maintien est lié à l’activité traditionnelle de pâturage. La colline de Peygros a un intérêt essentiellement entomologique. Les environs du lac de Saint-Cassien Il s’agit des bois de Callian et de Saint-Cassien-des Bois du marais de Fondurane et du marais de la Fustière. Les bois de Callian et de Saint-Cassien-des Bois correspondent à un bel ensemble forestier. Ils présentent un intérêt marqué pour la faune : présence d’une chauve-souris menacée le Petit Rhinolophe des insectes remarquables Coléoptères tels que le Carabe de Solier Libellules Papillons comme l’Alexanor la Diane. Le marais de Fondurane est l’une des rares zones humides non littorales de la partie est du département du Var. Liée au lac de barrage de Saint-Cassien elle est d’origine artificielle. Bien qu’étant d’assez petites dimensions elle abrite une mosaïque de roselières ripisylves petites vasières prairies humides et zones en eau. Elle est favorable à une grande diversité d‘oiseaux d’eau nicheurs migrateurs et hivernants. Si la baisse du niveau du plan d’eau en été a fortement diminué son intérêt les milieux terrestres restent intéressants notamment les vallons frais voisins caractérisés par une grande diversité de formations

slide 49:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 45 forestières et deux espèces remarquables de chênes : le Chêne-faux-liège et le Chêne chevelu. Le marais de la Fustière couvre une surface d’une dizaine dhectares. Il est alimenté par un ruisseau temporaire. Formée dans les années 1980 lors de la réalisation de la digue des Estérets du Lac cette zone est couverte de roselières et de quelques îlots d’arbres avec des zones d’eau libre. Cette petite zone humide présente un certain intérêt pour la faune : elle compte 6 espèces animales patrimoniales dont 3 déterminantes. Cinq oiseaux intéressants semblent se reproduire ici : le Butor étoilé le Héron pourpré le Guêpier d’Europe la Huppe fasciée l’Hirondelle rousseline. La Cistude d’Europe tortue aquatique y est également signalée. Le massif de la Colle du Rouet Ce massif se rattache géologiquement au massif cristallin des Maures. Il présente une association de boisements zones ouvertes ou semi-ouvertes naturelles ou agricoles où simbriquent des affleurements rocheux qui concourent à lintérêt et à loriginalité du site. Lun des arguments initiaux majeurs pour lintégration du site au réseau Natura 2000 fut la présence de lAigle de Bonelli nicheur jusque dans les années 1990. Toutefois seule une petite partie de la ZPS est incluse dans le périmètre du SCOT : il s’agit de la forêt royale de Saint-Paul-en-Forêt des massifs boisés entre Callas et Saint-Paul-en-Forêt et d’une partie de la vallée de l’Endre le et ses affluents. Depuis 1990 l’Aigle de Bonelli ne niche plus sur le site mais des oiseaux le fréquentent encore régulièrement dont certains nicheurs intéressants. La Forêt royale abrite notamment l’Autour des Palombes la Bécasse des bois et le Martin-pêcheur. Dans les massifs boisés entre Callas et Saint-Paul-en-Forêt nichent le rare Rollier d’Europe divers rapaces diurnes le Petit-duc scops. Sont également présents deux espèces de chauves-souris menacées le Petit et le Grand Rhinolophe la Cistude d’Europe tortue d’eau la Tortue d’Herman et quelques insectes protégés et menacés dont un carabique et un papillon dans la Forêt royale. Dans les fonds de vallon se développent des bois de charme assez rares en région méditerranéenne. Dans la Vallée de L’Endre et de ses affluents ont été recensées des plantes rares notamment autour du lac de Méaulx où s’observent des espèces des pelouses humides temporairement inondées : la Gratiole la Spiranthe d’été et le Mouron grêle. La Fraxinelle ou Dictame blanc pousse sur les stations chaudes et sèches en bordure de l’Endre. Elle accueille également des oiseaux rares : le Bihoreau gris le Faucon hobereau l’Hirondelle rousseline la Pie-grièche méridionale le Petit Gravelot l’Autour des palombes la Circaète Jean-le-blanc le Martin-pêcheur d’Europe. Le Vespère de Savi chauve-souris méridionale et la Cistude d’Europe tortue aquatique fréquentent les lieux. Entre le site Natura 2000 et le lac de Saint-Cassien ont été inventoriés d’autres espaces naturels intéressants : - le bois de L’Ermite qui se distingue par la présence de deux chênes remarquables le Chêne chevelu et le Chêne faux-liège des habitats naturels et plantes rares liés aux mares temporaires et pelouses humides temporairement inondées petites fougères amphibies – Isoètes- orchidées -Spiranthe d’été- Mouron délicat des espèces animales remarquables deux oiseaux et un insecte - la moyenne et haute vallée du Reyran et le bois de Bagnols en marge du territoire du SCOT intérêt floristique ornithologique et entomologique - les domaines de Grime et de Rémillier dont le substrat granitique favorise l’apparition en fin d’hiver de mares temporaires et pelouses humides temporairement inondées avec une flore originale et patrimoniale : petites fougères Isoètes Ophioglosse des Açores orchidées sérapias Gratiole officinale Renoncule à feuille d’Ophioglosse Renoncule de Revelière. 4. Le réseau écologique Des systèmes interactifs qui conditionnent leur richesse Outre la qualité intrinsèque des milieux en présence la diversité et la richesse en espèces d’un territoire dépendent largement de l’organisation et des relations qui existent entre les différents milieux. Il existe ainsi une relation forte entre la structure d’un territoire et la répartition des espèces que l’on y rencontre : on peut schématiquement dire qu’un territoire sera d’autant plus riche que les milieux seront variés de surface suffisante et que les échanges entre eux seront nombreux. Ces principes ont abouti à la mise au point d’un modèle pragmatique : le réseau écologique. Une organisation spatiale déterminante … Les mouvements sont un processus essentiel au fonctionnement des écosystèmes : ils peuvent avoir lieu entre milieux du même type ou de natures différentes. Des contacts nombreux et variés sont favorables aux échanges. La structure de la lisière entre deux éléments l’hétérogénéité de l’espace entre ces derniers la composition du voisinage … influencent également l’intensité des mouvements d’individus et déterminent donc pour partie les échanges et le fonctionnement des écosystèmes. L’intérêt environnemental d’un territoire dépend de sa diversité soit du nombre élevé d’unités écologiques différentes. La carte d’occupation des sols présentée avec l’analyse des différents milieux a montré que ces derniers étaient diversifiés malgré la forte prédominance du couvert forestier aux dépends des espaces plus ouverts. La structure fondamentalement boisée du territoire présente une certaine diversité intrinsèque liée en particulier au contexte topographique et à la présence de nombreux cours d’eau. Ces éléments contribuent à diversifier les boisements en y intégrant des espaces différents : rivières barres rocheuses mares temporaires pelouses sommitales .... Par ailleurs à l’échelle du territoire du SCoT cette diversité est renforcée par la présence de la plaine de Fayence où les espaces agricoles dominent et contribuent à renforcer les effets de lisière avec les boisements environnants. L’hétérogénéité spatiale qui découle de la répartition des unités écologiques est directement corrélée à la diversité des milieux en présence. Elle est relativement amoindrie sur le territoire en raison de la grande prédominance des milieux boisés. Malgré cela les zones agricoles et milieux naturels ouverts garrigues permettent de créer localement les conditions d’une hétérogénéité intéressante. Les éléments boisés sont également utilisés par de nombreuses espèces dont la grande faune pour leur déplacement et les espaces prairiaux font office de relais entre massifs.

slide 50:

46 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 … qui conditionne l’intensité des échanges La dominance des milieux naturels ou semi-naturels est favorable à la fonctionnalité du territoire ces derniers étant généralement « perméables » pour la plupart des espèces. A l’opposé les zones urbanisées sont infranchissables pour de nombreux animaux amphibiens grande faune notamment. Ceci concerne particulièrement l’urbanisation de la plaine de Fayence notamment les développements linéaires qui s’étirent le long des axes : ces derniers augmentant l’effet de barrière de l’infrastructure sont particulièrement dommageables à la fonctionnalité écologique du territoire. Le territoire est par ailleurs parcouru par un réseau hydrographique développé mettant en relation les différents milieux. La Siagne la Siagnole le Riou Blanc la Camiole le Rioutard l’Endre et leurs affluents … constituent ainsi des éléments majeurs dans la structuration et le fonctionnement du territoire. Ils l’irriguent au sens propre et figuré et constituent un lien indéniable entre ses diverses composantes internes mais aussi avec les espaces extérieurs. Ces corridors biologiques assurent en effet une connexion amont- aval mais également transversale entre milieux aquatiques et espaces terrestres riverains. S’inscrivant dans un ensemble plus important correspondant à leur bassin versant où ils sont associés aux zones humides et en particulier au lac de Saint Cassien certains cours d’eau comme la Siagne ou l’Endre ont une dimension fonctionnelle s’étendant bien au-delà du territoire du SCoT. Ces structures constituent un lieu privilégié d’échanges favorisant les circulations d’espèces et d’énergie d’autant que nombre d’entre elles sont bordées de boisements linéaires à forte diversité biologique. Elles ont également une fonction de filtre pesticides dissémination des espèces … très importante. Certains éléments naturels du territoire constituent des entités particulièrement favorables aux espèces leur permettant de réaliser l’ensemble de leur cycle de vie. Ces espaces particulièrement riches sont des « zones noyaux » : elles correspondent à des « réservoirs de biodiversité » à l’échelle du territoire mais également à une échelle plus large. CE sont des zones particulièrement riches et diversifiées permettant aux espèces d’accomplir l’ensemble de leur cycle de vie. Les espaces qui les bordent notamment les milieux agricoles remplissent des fonctions complémentaires et supplémentaires pour les espèces alimentation refuge … et participent ainsi de la fonctionnalité du réseau. Elles font également office de zones tampons. … et quelques risques de fragmentation Le principal risque peut provenir du développement urbain notamment dans sa forme diffuse qui peut être une source de fragmentation préjudiciable à la fonctionnalité des écosystèmes par mitage du territoire et renforcement de l’effet de la consommation d’espace ou linéaire le long des axes création de barrières particulièrement dans la plaine de Fayence espace de transition entre les deux massifs. La constitution et la multiplication de petites entités artificialisées interrompt ou réduit les échanges pour de nombreuses espèces. Ce processus semble déjà bien engagé sur le territoire du Pays de Fayence et des barrières importantes sont identifiées. Les infrastructures de transports associées aux structures urbaines viennent renforcer l’effet de barrière. Ainsi la D562 constitue une barrière particulièrement importante sur le territoire ainsi que dans une moindre mesure les autres départementales traversant la plaine de Fayence.

slide 51:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 47

slide 52:

48 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 5. Le SCOT et les milieux naturels … Le SCOT devra permettre de : - préserver et valoriser les secteurs remarquables : le SCOT devra permettre de définir des propositions nouvelles pour la protection et la gestion des espaces remarquables figurant dans des inventaires du patrimoine ou non. Ceci est permis par les dispositions de la Loi SRU - définir une gestion globale et équilibrée de l’espace permettant de maintenir la fonctionnalité des écosystèmes : de par les dispositions concernant la préservation de milieux de nature ordinaire la prise en compte et la préservation des corridors écologiques la lutte contre la fragmentation du territoire …le SCoT peut apporter des réponses dans le maintien de cette fonctionnalité - favoriser une meilleure répartition des usages récréatifs et une diversification vers des pratiques douces dans les espaces non aménagés. Pour cela il est nécessaire de privilégier un développement soutenable dans le cadre duquel les touristes sont des acteurs co-responsables des espaces naturels. Synthèse En lien avec la très forte présence des milieux naturels et notamment des espaces boisés le territoire offre une bonne potentialité pour les déplacements de la faune. La juxtaposition sur un même territoire de milieux ouverts et fermés secs et humides offre autant d’habitats potentiels pour de nombreuses espèces. Plusieurs espaces naturels de haute qualité constituent des zones noyaux importantes à une plus grande échelle : leur intégrité doit être préservée. Parallèlement le réseau hydrographique est favorable à de très nombreux échanges et fait office de véritable fil conducteur entre le territoire et les secteurs amont et aval d’une part mais aussi entre les différentes entités constitutives de l’aire d’étude. Ils constituent des corridors biologiques majeurs dont la continuité doit être préservée. La fonctionnalité de l’espace est en revanche altérée par des barrières principalement situées dans la plaine de Fayence et liées à la présence d’une urbanisation linéaire continue le long d’axes routiers structurants. Le mitage urbain constaté sur le territoire contribue par ailleurs à la fragmentation des espaces naturels.

slide 53:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 49

slide 54:

50 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 VIII. Le paysage Le territoire du pays de Fayence possède une caractéristique paysagère importante : son unité son aspect homogène. Le relief contribue à cet aspect « fini » d’une entité paysagère à elle-seule. La plaine de Fayence constitue le centre de gravité autour de laquelle s’organise le territoire. Le relief permet des vues variées sur cet ensemble. Des points de vue tant depuis la plaine sur les points hauts que des sommets et coteaux vers la dépression offrent des possibilités d’appréhension et une lecture multiple du paysage. 1. Eléments identitaires La forêt composante majeure de l’occupation du sol Le territoire du SCOT est principalement occupé par la forêt. Les boisements résineux et feuillus ainsi que les espaces de maquis représentent plus des trois quarts du territoire. Pour autant la perception de ces masses boisées n’est pas si prégnante que la surface ne le laisse penser. Le relief permet en effet des vues assez diversifiées et la végétation composée majoritairement d’espèces méditerranéennes ne donne pas une impression d’enfermement. Enfin les espaces de forêts sont fréquemment ponctués de hameaux voire d’habitat diffus isolé ce qui attenue l’impression boisée. Une dimension agricole L’impression de paysage ouvert et « travaillé » du pays de Fayence provient finalement de l’activité agricole ancienne qui laisse encore des marques dans le paysage actuel. Le système de parcellaire complexe rassemble des terrasses cultivées en oliviers des espaces de mi-pente en vignes et sur les espaces plus plats des cultures annuelles. Bien qu’extrêmement présents dans la structure perceptible du paysage les espaces agricoles encore travaillés ne représentent qu’une surface assez faible du territoire. Les espaces d’oliveraies bien exposés sur les versants ont souvent été « colonisés » par l’urbanisation La vigne occupe des espaces assez réduits. On constate que cette culture a déjà dépassé le stade de la disparition progressive : lorsque l’on observe le cadastre napoléonien celle-ci faisait partie des principales occupations du sol au niveau agraire au 19 ème siècle. Extrait du cadastre napoléonien sur la commune de Fayence 19 ème siècle section D . Jeune plantation d’oliviers à Seillans

slide 55:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 51

slide 56:

52 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 Plantation d’oliviers à Mons Plantation d’oliviers à Callian Le long de la D53 à Fayence Des éléments récurrents viennent ponctuer le paysage agricole : les terrasses et les restanques. Ce mode de valorisation du sol typiquement provençal surtout depuis le 18 ème siècle avec la nécessité d’accroître la production pour faire face à l’augmentation de population constitue également un très bon moyen de lutte contre l’érosion des sols en l’absence de boisements. Sur la forme une nuance existe toutefois dans la dénomination : la restanque étant applicable aux banquettes dressées dans les talwegs afin de permettre les cultures tout en retenant l’eau et la terre. La terrasse consiste plutôt en un « mur de soutènement » autorisant les cultures sur des espaces en pentes. Sur le fond ces formes culturales passées peuvent être maintenant considérées comme des éléments de patrimoine. La structure parcellaire complexe liée à ce mode de culture tend à disparaître. L’entretien des murs de pierre ainsi que la difficulté d’exploitation forment en partie les raisons de cet abandon progressif. Lieu dit le Rounet à Seillans Lieu dit le Rounet Terrasses d’oliviers depuis Callian Des murets vers Mons Le mur réinterprété vers Seillans Terrasse vers Mons

slide 57:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 53 Mons Des villages à forte valeur patrimoniale L’ensemble des villages du territoire du SCOT présente une grande qualité patrimoniale. Les villages perchés sont perceptibles depuis des points éloignés ou d’un village à l’autre. L’aspect patrimonial est renforcé par l’organisation en « réseau » de ces villages préservés qui donne un écho à cette dimension qualitative. Les centre-villages sont souvent bien préservés et mis en valeur. Les espaces publics sont traités de façon qualitative. Depuis les villages des points de vue sont offerts sur l’ensemble du territoire. Vue depuis Fayence Fayence Saint-Paul-en-Forêt Tourrettes Seillans Fayence Vue sur Tanneron

slide 58:

54 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 Perception es villages depuis la plaine : Un point de vue général depuis la plaine sur les coteaux et Fayence préservé par la présence de l’aérodrome 2. Dynamique urbaine et risques Un paysage hérité : un entretien du paysage qui n’est plus garanti L’entretien du paysage tel qu’il existe aujourd’hui n’est plus garanti. On constate en effet sur les espaces de coteaux sur les terrasses un double phénomène parfois lié à la déprise agricole qui mène à un enfrichement et/ou un mitage progressif de ces ensembles. Les espaces les plus éloignés les moins accessibles ou les moins bien exposés sont souvent plus concernés par l’arrivée de friches. Les espaces de terrasses directement proches de centre urbains ou bien desservis sont plutôt sujets à l’urbanisation. Des terrasses en cours d’enfrichement Un lotissement en cours dans une ancienne oliveraie à Callian Vue depuis Tourrettes Un développement des friches en terrasses à Mons

slide 59:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 55

slide 60:

56 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 Des axes de liaisons ou de découverte Le mode majeur de perception du paysage à l’échelle du territoire du SCOT réside avant tout dans les infrastructures routières. Or au niveau du pays de Fayence on peut relever une typologie d’axes routiers qui comportent des enjeux et sur lesquels il faudra développer des orientations adaptées. La RD19 et la RD562 sont des axes qui traversent l’ensemble du pays. Pratiqués quotidiennement et régulièrement ils supportent un trafic conséquent. Ils permettent également d’avoir un aperçu du territoire dans son ensemble. Pourtant par leur fonction de lien entre les pôles urbains ils sont d’autant plus soumis à la pression urbaine. L’implantation d’activités économiques constitue la principale menace pour ces axes. Maintenir une qualité de perception tant pour les premiers plans que pour ménager des vues lointaines sur les coteaux constitue un enjeu majeur. Par ailleurs on distingue quelques séquences « d’approche » de bourgs comme la RD19 RD563 RD56 RD37 qui par leur montée progressive et leur position dans l’axe et la perspective du village permettent une large perception sur le village et son implantation. Le long de ces séquences les implantations bâties menacent les vues et l’impression d’ensemble. Ces sections sont à préserver car elles garantissent l’identité paysagère et patrimoniale. Les axes d’entrée/sortie comme la RD37 la RD563 ou des routes communales sont progressivement urbanisés de part et d’autre. Le risque est de les voir se transformer en « conduits urbains » qui ne donnent le sentiment de n’être ni en ville ni à la campagne mais dans un espace périurbain quelconque. Ces axes doivent être traités en lien avec leur fonction de desserte urbaine ou de quartier de façon structurée. Vue à la sortie de Fayence RD19 Implantations le long de la RD562… Toujours le long de la RD562 La vue sur Fayence depuis la RD563 Vue sur Seillans de puis la RD53

slide 61:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 57

slide 62:

58 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 Enfin dans une logique différente quelques portions de routes en balcon permettent des vues grandioses et constituent presque à part entière une attraction touristique : la RD563 RD96 et RD656. Celles-ci ne sont pas directement menacées mais portent sûrement un enjeu de valorisation au niveau touristique. Une urbanisation sous forme de mitage : Un vrai contraste émane des formes urbaines présentes sur le territoire. La forme ancienne dense et concentrée organisée autour d’un vrai centre village a laissé place à un étalement urbain et un mitage sans précédent. Le développement risque d’être de plus en plus difficile car il ne reste que peu d’espace non bâtis ou non mités sur le territoire du SCoT. Pour l’instant le développement urbain semble se faire au détriment des surfaces agricoles. Les espaces plats assez rares risquent d’être la cible privilégiée du développement. L’urbanisation se développe en « doigts de gant » autour des infrastructures depuis les villages. Un risque de continuum urbain risque d’apparaître dans la plaine où déjà certaines extensions se rejoignent. Le modèle urbain le plus répandu sur le Pays de Fayence la maison individuelle est très consommateur d’espace. Pendant que les surfaces urbanisées croissent le territoire du Pays de Fayence ne s’élargit pas. Pourtant les constructions individuelles représentent toujours le modèle dominant. Ce fait est d’autant plus préoccupant que les constructions sont parfois localisées dans des secteurs peu accessibles relativement peu visible à faible distance mais bien perceptibles depuis un panorama sur le territoire. Les espaces potentiellement urbanisables se réduisent considérablement. Il est évident que les terrains agricoles sont les premiers menacés les risques feu de forêt préservent des secteurs boisés encore pour l’instant. Mais le mode d’urbanisation et sa localisation devront être mis au regard des potentiels et enjeux du territoire. Le phénomène d’urbanisation sous forme individuelle risque d’être au-delà même des conséquences paysagères qu’il engendre l’enjeu majeur du SCOT du Pays de Fayence. Vues depuis Fayence Route des Adrets de Montauroux à Tournon Vue depuis la RD563 avant Mons

slide 63:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 59 Des espaces résiduels de transition non gérés Les espaces encore non urbanisés sont souvent peu valorisés. Il est possible que lurbanisation imminente favorise les situations de friche ou de délaissé. Effectivement l’insécurité foncière liée à l’urbanisation proche dans le temps et/ou dans l’espace permet et accentue des phénomènes de déprise. Pourtant les secteurs en question sont souvent assez visibles : proximité avec un nouveau carrefour avec un nouveau secteur d’habitat…et de fait sont assez perceptibles. Une friche agricole et commerciale D562 Un « délaissé » à droite le long de la D562 Le modèle dominant : les constructions individuelles souvent isolées :

slide 64:

60 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 « Vers une privatisation de l’espace » Indépendamment de la notion de propriété publique ou propriété privée la notion de privatisation de l’espace traduit la perception que l’on peut avoir à la vue de la multiplication et de la succession sur un territoire restreint d’espaces clos et inaccessible physiquement ou inaccessibles au regard. Des domaines résidentiels ou de tourisme occupent une part de plus en plus importante de l’espace. L’appréhension globale du paysage est diminuée et les pratiques de l’espace réduites progressivement. Le golf de Terres Blanches occupe une large surface mais les nombreuses opérations résidentielles de lotissements « fermés » participent également du phénomène. Par ailleurs le camp militaire de Canjuers sur les communes de Mons Seillans représente aussi une part importante d’espace « non-accessible ». Le développement urbain sous une forme "privatisée" outre les questions socio-urbaines qu’il sous tend interroge les usages et pratiques sur le territoire les espaces publics de rencontres lieux privilégiés de découverte et d’appréhension du paysage. 3. Conclusion Le territoire du SCOT présente un paysage hérité de structures anciennes : système agricole en terrasse villages perchés etc. La pression urbaine et le développement urbain constituent le facteur majeur de l’évolution du paysage et sa menace principale. Les traits essentiels sont : - l’affaiblissement « identitaire » : une banalisation du paysage - les risques à terme pour la « ressource » touristique - la dégradation du cadre de vie - l’amoindrissement des potentiels fonciers futurs Prendre en compte la dimension durable du paysage comme une ressource à long terme pour le cadre de vie futur l’économie touristique l’évolution de l’activité agricole… reste un enjeu majeur qui doit intervenir dans les arbitrages de l’organisation territoriale. Des entrées de lotissements à Fayence

slide 65:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 61

slide 66:

62 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 IX. Les risques 1. Définition et responsabilités en matière de prévention et de protection contre les risques La notion de risque s’entend par la superposition dans un même lieu d’un aléa «occurrence d’un phénomène naturel d’intensité donnée» et d’un enjeu à savoir des personnes activités moyens patrimoines ou autres biens et équipements divers susceptibles d’être affectés par le phénomène. La politique de prévention s’articule autour de trois axes : - ne pas installer de nouvel enjeu là où existe un aléa - ne pas créer d’aléa là où préexistent des enjeux - lorsque la superposition aléa-enjeu préexiste mise en œuvre de protections adaptées quand cela est possible et information préventive des populations. Deux types de risques majeurs peuvent être distingués : - les risques naturels avalanche feu de forêt inondation mouvement de terrain cyclone tempête séisme et éruption volcanique - les risques technologiques industriel nucléaire biologique rupture de barrage .... Les collectivités ont un rôle non négligeable dans le domaine de la prévention et de la protection des risques. En effet si l’Etat conserve un rôle en ce qui conserve les missions de : - surveillance générale - d’information : il collecte l’ensemble des informations existantes et transmet aux différents acteurs l’information qui leur est utile ceci notamment à l’occasion des portés à connaissance - de contrôle : à travers le contrôle de légalité. Les collectivités locales et particulièrement les communes ont les charges primordiales : - d’informer la population sur les risques encourus - de prévenir le risque. 2. Des outils d’information et de prévention La loi n°87-565 du 22 juillet 1987 modifiée a institué en France le droit à l’information préventive concernant les risques majeurs. Le décret du 11 octobre 1990 précise le contenu et la forme des informations auxquelles doivent avoir accès les personnes susceptibles d’être exposées ainsi que les modalités de leur diffusion. La loi n° 95-101 du 2 février 1995 sur les risques naturels prévisibles modifiant la loi n°87-565 institue la mise en place de Plans de Prévention des Risques P.P.R.. Leur objectif est de prendre en compte les risques dans les projets daménagement. Leur champ dapplication couvre les projets nouveaux et les biens existants. Ces derniers délimitent les zones du territoire exposées aux risques naturels : - une note de présentation indique le secteur géographique concerné la nature des phénomènes naturels pris en compte et leurs conséquences possibles compte tenu de létat des connaissances - un document graphique les délimite spatialement avec un zonage indiquant le niveau de contrainte - le règlement détermine différents types de règles applicables dans les zones considérées. Ils prévoient également les mesures de prévention de protection et de sauvegarde à mettre en œuvre par les propriétaires et les collectivités locales ou les établissements publics. Le P.P.R. est une servitude dutilité publique obligatoirement annexée au document d’urbanisme et simposant à toute personne publique ou privée étant propriétaire ou gestionnaire d’un bien concerné par le PPR. Depuis le 11 octobre 1995 date de publication du décret n°95-1089 du 5 octobre 1995 les anciens Plans dExposition aux Risques naturels prévisibles P.E.R. Plans de Surfaces Submersibles P.S.S. … approuvés valent P.P.R.

slide 67:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 63 3. Des risques naturels importants … Toutes les communes sont exposées à au moins trois risques naturels majeurs : Le risque de feu de forêt Limportante couverture forestière conjuguée à certaines essences pyrophiles pin sylvestre en particulier au Mistral et aux périodes de sécheresse une faible teneur en eau favorisant linflammation à des températures relativement basses font du risque de feu de forêt le risque majeur du Pays de Fayence. En zone méditerranéenne plus de 80 des incendies sont liés à lactivité humaine accident imprudence travaux agricoles et forestiers malveillance déprise agricole mitage ... contre 70 dans les autres régions. Ils sont par la suite aggravés par les facteurs naturels cités plus haut. Depuis le 15 mai 2006 un arrêté préfectoral réglemente laccès aux massifs forestiers du Var. A partir des prévisions de risques émises par Météo France la Préfecture établit quotidiennement en période estivale une carte matérialisant le niveau de risque incendie par massif modéré sévère très sévère exceptionnel déterminant laccès aux massifs concernés. En termes de prévention le PIDAF Plan Intercommunal de Débroussaillement et dAménagement Forestier a été élaboré en 1984 afin de planifier et de hiérarchiser laménagement et lentretien des massifs forestiers. Il est en cours de réactualisation. Par ailleurs un PPRIF Plan de Prévention des Risques Incendie de Forêts est en cours d’étude sur la commune de Tanneron. Toutes les communes sont concernées et ont déjà connu au moins une fois un feu de forêt depuis 1958. Les points sensibles identifiés par les Dossiers Communaux Synthétiques des risques majeurs DCS sont les zones urbanisés de ces communes : - Callian : le principal sinistre a eu lieu en 1982 dans le centre –village - Seillans : le principal sinistre a touché le sud de la commune en 1973 - Fayence : le principal incendie a eu lieu en 1973 dans lextrême sud-ouest de la commune - Montauroux : aucun incendie grave répertorié sur la commune - Tanneron : la couverture forestière et le maquis occupant une part non négligeable de la superficie de la commune le risque de feu de forêt et de maquis est majeur sur le territoire. Le principal incendie remonte à 1970 où 80 de la surface de la commune a brûlé. De nombreux incendies importants se sont superposés et génèrent du ruissellement des eaux telluriques de lérosion et des mouvements de terrain. Les zones urbanisées représentent les points sensibles au risque dincendie. La commune n’a cependant plus connu de feux importants depuis 20 ans. - Tourrettes : le principal incendie a eu lieu en 1984 au Sud de la commune. Le développement d’une urbanisation non maîtrisée et en particulier le développement de constructions au sein des massifs forestiers contribue à augmenter le risque. Le mitage urbain participe à l’accroissement de la population exposée ainsi qu’à l’augmentation de l’aléa en multipliant les sources de départ de feu. En revanche une urbanisation prenant en compte ce risque dans sa planification peut permettre de créer des pare-feu importants qui limitent l’étendue des sinistres. L’activité agricole joue par ailleurs un rôle majeur dans la limitation du risque incendie grâce à l’entretien des terrains ouverts jouant le rôle de pare-feu. A l’inverse la déprise agricole peut accroître le risque par enfrichement des terres. En termes de lutte contre les incendies le Pays de Fayence bénéficie de la présence du lac de Saint Cassien qui constitue une réserve d’eau importante pour le ravitaillement des bombardiers d’eau. La zone d’écopage située sur la partie Nord du lac secteur Belluny est délimitée par l’arrêté préfectoral du 16/06/1977 et impose un certain nombre de restrictions – notamment l’interdiction de la navigation. La surveillance de cette zone est assurée par les pompiers qui effectuent deux patrouilles par jour 6 . Maquis Le risque dinondation En milieu méditerranéen il est dû à une augmentation rapide du niveau et du débit d’un cours d’eau suite à des pluies torrentielles. La rivière a du mal à évacuer un volume deau aussi important venant de ruisseaux asséchés le reste de lannée : il en résulte lélévation rapide du niveau deau et lextension de son lit provoquant la submersion de ses rives. L’ampleur de l’inondation est fonction de l’intensité et de la durée des précipitations de la surface et de la pente du bassin versant de la couverture végétale et de la capacité d’absorption des sols de la présence d’obstacles à la circulation des eaux … 6 Source : Etude d’aménagement et de mise en valeur du lac de St-Cassien juillet 1991

slide 68:

64 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 Deux communes sur les huit sont exposées au risque dinondation : Callian et Montauroux. Seule Callian dispose dun PER Plan dExposition aux Risques valant PPRI Plan d’Exposition au Risque Inondation. Les points sensibles identifiés par les Dossiers Communaux Synthétiques des risques majeurs DCS sont : - Callian : Vallées encaissées des ruisseaux et plaine de la Camiole par hydromorphisme des sols - Montauroux : les vallées de la Camiole et du Riou Blanc les quartiers de la Verrerie Saint Vincent et Chambarot les vallons de la Route des Adrets de Font d’Olivier et des Laouves. Au nord de la commune les quartiers de l’Aubéquier du Laquet de la Matade et l’Engueiraou. Même s’il n’est pas formellement identifié sur les autres communes l’aléa inondation existe à partir du moment où un cours d’eau est susceptible de recevoir les eaux de ruissellements lors des fortes pluies. Certains facteurs aggravent le risque : - l’artificialisation des sols sur le bassin versant du cours d’eau qui va augmenter les ruissellements - l’absence de gestion des eaux pluviales lors des aménagements urbains - l’absence de ripisylve le long des cours d’eau ce qui accélère les écoulements. En revanche la protection des zones humides qui vont stocker l’eau lors des fortes précipitations ainsi que le maintien et l’entretien des boisements de berges vont participer à réduire les conséquences de ce risque. Le risque mouvement de terrain C’est un déplacement plus ou moins brutal du sol ou du sous-sol. Il est fonction de la nature et de la disposition des couches géologiques. Il peut se traduire par des glissements et coulées boueuses ou des chutes de blocs rocheux. Il est dû à des processus lents de dissolution ou dérosion favorisés par laction de leau et de lhomme. Ce risque concerne toutes les communes du territoire. Tourrettes et Callian ont un PPR mouvement s de terrain et celui de Montauroux est à prescrire. Les points sensibles identifiés par les Dossiers Communaux Synthétiques des risques majeurs DCS 7 sont : A Callian : Chutes de blocs : extrême Nord de la commune limite communale quartiers Les Villards et Saquou au Sud Effondrements : Plateau calcaire le long de la route de St Césaire quartiers du Haut- Défends des Abbesses Caramagnes le Village Glissements de terrain : au Nord de la commune : rive droite de la Siagne quartiers le Brusquet le Fourne les Cottes du Petton les Clavéous à louest : le Vallon de la Camiole au sud : les Villards de Latil Haute et Basse Carpenée. Fluages : quartiers de la Lone à louest jusquaux quartiers le Vignaou Les Gours dOlive 7 Linformation nest pas disponible pour les communes de Mons et St Paul qui nont pas de DCS.

slide 69:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 65 A Seillans éboulis glissements effondrements : - Les Hautes Granges le Baguier Eouvière de la Caille les Fabres le Haut Meaulx le Foulon Saint Sauveur A Fayence les mouvements de terrain glissements effondrement tassements affectent surtout la partie Nord de la commune : - Fayence agglomération Tuyère la Bernarde Cauvet Banégon Prébarraud la Haute vallée de la Camandre le Vallon du Claux le Haut vallon du Hautard le Vallon du Gabre - des tassements de terrains résultant dinondations par hydromorphisme des sols suite à de violents orages sont localisés le long de la rivière Camandre de la basse vallée du ruisseau de Gabre quartier Preyn et de la rivière la Souate du quartier de la Peyrière jusqu’au quartier le Plan Est A Montauroux affaissements effondrements tassements fluages glissements : le village les Adrets du Puits les Adrets de Valcros Narbonne la Font Pascal la Laquet le Touar et l’Engueiraou A Tanneron glissements de terrain dus aux fortes pentes accentués par les incendies qui ont sévi sur la commune : accélération de lérosion des sols et des roches ravinement: - le bassin deffondrement du bois de Callian mal drainé - les anciennes mines de Fontsante gérées par la DRIRE A Tourrettes : - Chutes de blocs : Falaises de la Siagnole Vallons de la Camiole et du Chautard - Glissements : Quartier du Puy Quartier du Raton - Effondrements : Le Chautard Etangs du Chautard. Le risque mouvement de terrain est bien entendu lié à la pente et à la nature des sols mais est également grandement dépendant des conditions hydromorphiques des sols. Ainsi les phénomènes de ruissellement des eaux pluviales peuvent-ils contribuer à augmenter le risque. Le risque de séisme Conséquence d’une fracturation brutale des roches en profondeur qui crée des failles dans le sol et parfois en surface le séisme se traduit par des vibrations du sol transmises aux bâtiments. Les dégâts observés sont fonction de lamplitude de la durée et de la fréquence des vibrations. Le risque de séisme concerne toutes les communes du territoire. Il est classé du niveau 1a qui correspond à un niveau très faible mais non négligeable pouvant toutefois accentuer les risques de mouvements de terrain. Ce risque est à relativiser au regard dautres territoires classés 1b voire 2 une bonne partie des Alpes-Maritimes. 4. … et relativement peu de risques technologiques Contrairement aux événements naturels les risques technologiques présentent un caractère plus ponctuel et accidentel : ils sont localisés au niveau dun lieu daccident lors du transport de matières dangereuses par route ou par gazoduc ou du barrage hydro- électrique de Saint-Cassien. Transport de Matières Dangereuses TMD Une matière dangereuse est une substance qui par ses propriétés physiques ou chimiques ou bien par la nature des réactions quelle est susceptible de mettre en œuvre peut présenter un danger grave pour lhomme les biens ou lenvironnement. Elle peut être inflammable toxique explosive corrosive ou radioactive. Le transport de matières dangereuses concerne essentiellement les voies routières Sur la route le développement des infrastructures de transports laugmentation de la vitesse de la capacité de transport et du trafic multiplient les risques daccidents. Aux conséquences habituelles des accidents de transports peuvent venir se surajouter les effets du produit transporté. Alors laccident de TMD combine un effet primaire immédiatement ressenti incendie explosion déversement et des effets secondaires propagation aérienne de vapeurs toxiques pollutions des eaux ou des sols. Sur le territoire du SCoT le principal risque industriel est lié à un gazoduc qui traverse les communes de Callian sud de la commune Montauroux du Sud-ouest au Nord-est Tourrettes sud de la commune et Saint-Paul-en Forêt. Les principaux axes structurants sont également soumis au risque TMD par route. Les points sensibles identifiés par les DCS sont : - Montauroux : les routes Départementales 562 et 37 qui assurent un flux de transit génèrent des risques de TMD. - Tanneron : flux de transit sur les RD 37 38 138 94 et lA8. Risque de rupture de barrage Le barrage hydro-électrique de Saint-Cassien mis en service en 1966 dispose dun noyau étanche de 66 m de haut et peut retenir 60 millions de m 3 deau. Une rupture partielle ou totale du barrage provoquerait une onde de submersion dont les propriétés ont été étudiées sur tous les points de la vallée dans le cadre du PPI - Plan Particulier dIntervention. Dans la zone de submersion et particulièrement la zone du "premier quart dheure" la zone atteinte par londe en moins dun quart dheure les plans de secours ont été établis à la conception du barrage. Les points sensibles identifiés par les DCS sont situés sur la commune de Tanneron : lusine hydro-électrique les secteurs de Saint-Cassien des Bois dont le cimetière et la chapelle Gabre-Jean les Palanques le camping La Rivière la station de pompage. En dehors de ce risque accidentel les lâchers de barrage qui ont lieu dans le cadre de la gestion classique de l’ouvrage entrainent un risque à l’aval de montée soudaine des eaux. Ce risque est annoncé le long des berges par une signalétique particulière à l’attention des pêcheurs promeneurs et baigneurs. Il s’agit d’un risque important pour la sécurité des personnes.

slide 70:

66 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 5. Le SCOT et les risques … Une politique de maîtrise des risques sur le long terme implique une bonne gestion de lusage des sols. La maîtrise de lurbanisation permet en effet dassurer la sécurité des personnes riveraines en évitant que de nouvelles personnes soient exposées. La loi du 22 juillet 1987 a introduit dans la loi du 19 juillet 1976 des servitudes dutilité publique avec indemnisation des propriétaires concernées. Aussi la phase d’élaboration du SCOT constitue-t-elle un moment privilégié de réflexion permettant de construire un projet de développement contribuant dans le même temps à limiter les risques existants et à ne pas en générer d’autres. Cela passe notamment par : - une intégration des risques naturels dans la planification de l’aménagement du territoire - l’objectif et l’échelle de réalisation du SCoT ne permettant pas une prise en compte fine des zonages réalisés à l’échelle des communes les documents de prévention demeurent la référence dans le cadre de tout aménagement - le maintien des activités et des milieux naturels contribuant à limiter les risques - l’obligation de mise en œuvre de mesures compensatoires ex gestion des eaux pluviales.

slide 71:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 67 X. Les nuisances et pollutions : air sols bruit 1. L’air La pollution de lair résulte de la présence dans latmosphère de substances en quantités supérieures à leur concentration habituelle. Des conditions météorologiques particulières favorisent soit laccumulation de la pollution fort ensoleillement soit au contraire sa dispersion fort vent par exemple. Cadre réglementaire et outils disponibles La loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie du 30 décembre 1996 intégrée dans le Code de l’environnement a rénové le cadre réglementaire national et instauré une nouvelle dynamique dans la gestion de la qualité de l’air. Elle a en particulier placé la préservation de la santé au cœur de ses dispositions mettant en avant “le droit reconnu à chacun à respirer un air qui ne nuise pas à sa santé”. Elle se décline selon 3 axes principaux : Une surveillance élargie de la qualité de l’air. L’État avec le concours des collectivités territoriales assure la surveillance de la qualité de l’air et de ses effets sur la santé et l’environnement. La mise en œuvre de cette surveillance est confiée à des organismes agréés multipartites. Cette surveillance doit couvrir l’ensemble du territoire au plus tard au 1er janvier 2000 et être généralisée à de nouveaux polluants : à terme les treize polluants de la directive cadre dioxyde de soufre dioxyde d’azote particules fines poussières en suspension plomb ozone benzène monoxyde de carbone hydrocarbures polycycliques aromatiques cadmium arsenic nickel et mercure. Sur le territoire la surveillance de lair est réalisée par Atmo Paca issu de la fusion en octobre 2006 dAirmaraix surveillance du Vaucluse de lest des Bouches-du-Rhône et du Var et de Qualitair 06 surveillances des Alpes-Maritimes Alpes de Haute Provence et Hautes-Alpes. Airmaraix a ainsi réalisé en 2005 le Programme de Surveillance de la Qualité de lAir 2005-2009 PSQA. Le canton de Fayence ny apparaît pas distinctement faisant partie de laire de surveillance du Var qui exclut lagglomération toulonnaise Draguignan-Fréjus-Saint-Raphaël et le Var-Verdon. Il n’existe par ailleurs pas de station de mesure directement sur le canton de Fayence. Une information améliorée de la population. : diffusion d’informations de prévisions relatives à la qualité de l’air aux émissions aux consommations d’énergie … de résultats des études épidémiologiques liées à la pollution de l’air. L’information immédiate de la population en cas de pointe de pollution : valeurs mesurées recommandations sanitaires et conseils aux populations concernées dispositions réglementaires arrêtées. Les dispositions et les outils de planification permettant de maîtriser ou d’améliorer la qualité de l’air : 3 plans dont les objectifs et les moyens d’actions sont complémentaires. Selon leurs spécificités les plans coordonnent les différents niveaux d’action ou définissent des mesures incitatives et/ou contraignantes permettant d’agir sur la pollution de proximité et sur la pollution de fond : - le plan de déplacements urbains PDU : ses orientations doivent viser le développement des modes de transports les moins polluants transports en commun vélo marche … et la rationalisation des flux de circulation notamment la réduction de l’usage de l’automobile. Les PDU constituent une obligation légale pour les communes ou intercommunalités de plus de 100000 habitants. La communauté de communes du Pays de Fayence nest pas concernée par cette obligation. - le Plan Régional pour la Qualité de l’Air PRQA : il assure la cohérence des dispositions prises au niveau régional. Il fixe pour chaque type d’émetteurs les orientations à prendre pour atteindre les objectifs de qualité à partir d’un état des lieux sur l’ensemble de la région. Le PRQA de la Région PACA a été élaboré par une commission de 80 personnes la COmmission Régionale dElaboration du PRQA - COREP créée le 23 juillet 1997 présidée par le préfet de région et animée par la DRIRE. Il a été approuvé le 10 mai 2000 par le Préfet de Région. Le Plan ne prend en compte que les polluants liés à l’activité humaine industrie transports chauffage… mesurables par les technologies disponibles et pour lesquels l’action à l’échelle régionale peut être efficace. Le PRQA comporte 38 orientations portant sur : la surveillance de la qualité de l’air les recommandations sanitaires et environnementales et linformation du public l’amélioration et la préservation de la qualité de l’air et des dispositions générales. - le Plan de Protection de l’Atmosphère PPA : il a pour objet de ramener à l’intérieur d’une zone donnée les niveaux en concentrations en dessous des valeurs limites. Il doit être compatible avec le PRQA le PPA du Var a été élaboré par la COmmission Départementale d’Elaboration du PPA du var la CODEP 83 créé par l’arrêté préfectoral du 18 décembre 1998 regroupant près de 40 membres représentant les Institutions et le monde socio-économique. La qualité de l’air sur le territoire Une qualité plutôt bonne La pollution de proximité : elle touche les lieux proches des sources démissions de gaz polluants industries axes routiers etc. et affecte principalement la santé des populations vivant et travaillant à proximité par des effets à plus ou moins long terme. Cette pollution peut aussi générer des nuisances olfactives. Aucune installation classée soumise à la TGAP Taxe Générale pour les Activités Polluantes n’est présente sur le territoire. La pollution de lair est principalement produite par la circulation automobile : le ratio nombre de véhicules/nombre d’habitants du département du Var est l’un des plus importants de France 8 . La côte varoise est soumise à un trafic intense surtout concentré sur le littoral trafic Est- Ouest. La population touristique est une composante importante à prendre en considération puisque 75 des touristes utilisent la voiture comme moyen de déplacement et près de 10 l’avion 9 . Cet accroissement estival des émissions augmente 8 Source : Données Economiques et Sociales PACA INSEE Edition 1999 9 Source : PPA du Var

slide 72:

68 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 le risque de pollution photochimique sur le département. Lautoroute A8 trafic de transit qui passe sur la commune de Tanneron et plus localement la route départementale 562 axe déchanges et de transit Grasse-Draguignan qui traverse la plaine de Fayence et constitue la principale desserte du territoire sont a priori les principaux axes émetteurs de pollution. Particulièrement importante en été cette circulation va engendrer des concentrations plus importantes en dioxyde d’azote NO2 et poussières en suspension PM10 Par ailleurs Il s’agira essentiellement des polluants émis par les véhicules lors des périodes de pointe de fréquentation. La formation de polluants atmosphériques est fonction des concentrations en précurseurs dans l’atmosphère oxydes d’azote hydrocarbures et de l’ensoleillement. Les oxydes d’azote NO et NO2 sont des polluants caractéristiques de la circulation routière : depuis ces dix dernières années les teneurs mesurées dans les villes sont globalement constantes. Dans laire de surveillance du Var hors agglomération toulonnaise près des trois-quarts des émissions proviennent de la circulation routière et les polluants ont du mal à se disperser faute de vent. Il est probable que le territoire du SCoT soit concerné par cette pollution notamment à proximité de ses axes routiers principaux. Les particules en suspension sont principalement émises par l’industrie pour les plus grosses et les véhicules diesel pour les plus fines. Sur l’aire de surveillance du Var plus des deux tiers sont issus du trafic automobile. Plus localement sur le canton de Fayence la circulation automobile est essentiellement pendulaire sur des flux dactifs résidant sur le territoire et travaillant dans les Alpes- Maritimes. Le recensement de 1999 comptabilise ainsi plus de 60 des actifs travaillant en dehors du département. Avec le fort accroissement de la population des années 2000 tout laisse à penser que ce phénomène sest intensifié. Il est favorisé par : - labsence de lignes de transports collectifs ferroviaires ou routiers reliant le territoire aux pôles demploi Alpes-Maritimes et villes côtières et ne répondant pas aux spécificités de lhabitat diffus. Les transports collectifs sont limités au transport scolaire plutôt efficace puisque 90 des élèves sont transportés. - un réseau routier incitatif : le canton de Fayence compte 190 km de routes départementales en bon état sans compter laccès à lautoroute A8 desservant les Alpes-Maritimes soit 6 de lensemble du Var pour un territoire concentrant 2 de la population varoise et 4 du trafic routier - un réseau cyclable insuffisant et limité par le relief : 8 km de bandes cyclables peu sécurisées et peu incitatives aux déplacements quotidiens à vélo. Pourtant plus du tiers des actifs travaillent dans leur commune de résidence. La pollution régionale : elle sobserve à des dizaines ou centaines de kilomètres des sources de pollutions. Il en résulte dune part des pluies acides accélérant le dépérissement de la forêt et dautre part les oxydes dazotes certains composés de la pollution photochimique par la formation dozone troposphérique O3. L’ozone O3 est un polluant dit « secondaire » issu de réactions chimiques complexes générées par le rayonnement solaire la pollution industrielle pétrochimie en particulier et automobile: il est particulièrement concentré en période de forte chaleur sans vent. Le territoire est naturellement sensible à cette pollution : en effet lactivité industrielle est concentrée dune part sur le secteur Fos-Berre dans les Bouches-du-Rhône deuxième concentration française dusines classées SEVESO et d’autre part sur lunité urbaine de Toulon. La forte urbanisation et lattrait touristique de la côte sont pour leur part accompagnés dun réseau routier dense générateur dun intense trafic automobile qui culmine en période estivale. Compte tenu de la prédominance des vents d’Ouest l’ozone produit sur l’ouest du département et les bouches du Rhône a tendance à migrer vers l’est du Var. Ainsi le Pays de Fayence qui produit peu d’ozone en subit néanmoins les pics. Cette pollution crée chez les personnes sensibles des insuffisances respiratoires et contribue aussi au réchauffement climatique. Polluant Niveau démission Minima/maxima de recommandation Dispositif de surveillance permanente Dioxyde dazote 24 µg/m 3 26 / 32 µg/m 3 NO 2 moyenne annuelle Particules 24 µg/m 3 10/14 µg/m 3 X PM10 moyenne annuelle Ozone 221 µg/m 3 180 µg/m 3 X O 3 moyenne annuelle Dioxyde de soufre 4 µg/m 3 8 / 12 µg/m 3 SO 2 moyenne annuelle COV 19 µg/m 3 2 / 35 µg/m 3 Benzène moyenne annuelle Monoxyde de carbone 2 µg/m 3 5 / 7 µg/m 3 CO en max sur 8h Niveaux de pollution observés en 2000-2004 et dispositifs de surveillance existants sur l’aire de surveillance du Var hors agglo toulonnaise Source : Airmaraix Programme de surveillance de la qualité de l’air 2005-2009 La pollution globale se manifeste par deux phénomènes: - le premier concerne la diminution de la couche dozone stratosphérique résultant de lémission de Chlorofluocarbones CFC réduisant le pouvoir de filtration du rayonnement solaire - le second est laugmentation de leffet de serre suite à lémission de gaz à effet de serre dorigine anthropique CO2 CH4 N2O CO O3. ... avec pour principale conséquence le réchauffement climatique. Les principaux contributeurs à leffet de serre sont les transports le chauffage lindustrie et la déforestation.

slide 73:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 69 2. La pollution des sols Un site est considéré comme pollué lorsque des produits altérant ou compromettant la qualité et le bon usage du sol des sous-sols ou des eaux souterraines sont identifiés. Cette pollution est susceptible de provoquer une nuisance ou un risque à long terme pour les personnes et /ou leur environnement. Les actions régionales concernant les sols et les sites industriels pollués sappuient sur la circulaire ministérielle du 3 décembre 1993 pour : - inventorier les sites : le MEDAD et le BRGM ont réalisé un inventaire destiné à repérer tous les sites ayant hébergé depuis 1830 une activité industrielle sans préjuger des nuisances présentes. Linventaire du Var est achevé. Ces sites sont inscrits dans la base nationale BASIAS en vue den conserver la mémoire. - sélectionner les priorités : par lidentification de la pollution plus ou moins détaillée. - les traiter : par lidentification de travaux de réhabilitation et de traitement à mettre en œuvre la réalisation des opérations et le suivi à long terme. Ces sites sont répertoriés dans la base BASOL. Un site identifié comme pollué est répertorié sur le territoire à partir de la base Basias du BRGM : il sagit de lancienne mine de spath fluor Fontsante qui occupe 7 ha sur la commune de Tanneron dont l’exploitation a cessé en 1988. La pollution est due aux résidus de lavage du minerai et à lextraction de fluorine. Les friches industrielles ou minières susceptibles davoir entraîné une pollution des sols sont répertoriées dans le tableau suivant des sites par commune issu de la base BASIAS :

slide 74:

70 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 Site Commune Localisation En activité Année de première activité Remarques Verrerie du Sir Queylard CALLIAN Quart. St Donat Activité terminée 1834 Site en friche Extraction de Spath Fluor CALLIAN Terrains communaux Callian Activité terminée 1927 Site réaménagé Abattoirs à Callian CALLIAN Fontaine du Paty Callian Activité terminée 1870 Site en friche Projet de construction de bureaux pour La Poste Moulin à huile dolive CALLIAN Quartier des Moulins Callian En activité 1912 Dépôt dhydrocarbures CALLIAN RN 562 Callian Activité terminée 1972 Partiellement réaménagé en espace de loisirs et/ou de restauration partiellement en friche Station service Total CALLIAN RD 562 Callian En activité Atelier de serrurerie-ferronnerie à Callian CALLIAN Plan de Combes Activité terminée 1979 Papèterie CALLIAN Bords de Siagne Callian Activité terminée 1823 Site en friche en ZNIEFF 1 et en zone Natura 2000 Station service FAYENCE Quartier St Eloi RD 19 Fayence En activité 1971 Dépôt dessence FAYENCE Route de Mons Activité terminée1930 Dépôt de gaz FAYENCE En activité 1936 Dépôt dessence garage David FAYENCE RN Activité terminée1951 Verrerie FAYENCE Saint-Paul-en-Fayence Activité terminée1839 Briqueterie FAYENCE Activité terminée1864 Moulin à huile FAYENCE Quat. Camandoule près de la rivière Camandre En activité 1907 Dépôt de propane FAYENCE Le Parraubaud 1968 Atelier de concassage de pierres FAYENCE Les Termes DP 562 Activité terminée1956 Dépôt de gaz FAYENCE Notre Dame des Cyprès Activité terminée1972 Moulin à huile FAYENCE Quartier Tuyère 1912 Atelier serrurerie et mécanique générale FAYENCE Le puits du Pan Ouest Activité terminée1977 Dépôt d’essence FAYENCE Poste de distribution de l’aérodrome En activité 1938 Dépôt de propane MONS Activité terminée1970 Station service MONTAUROUX Quai Chambarot En activité Atelier de mécanique MONTAUROUX Chemin du moulin En activité 1972 Distillerie MONTAUROUX Quartier des louves Activité terminée1886 Extraction du Spath Fluor MONTAUROUX Activité terminée 1927 Atelier de ferronnerie MONTAUROUX Quartier les Touars Activité terminée1971 Dépôt d’hydrocarbures MONTAUROUX Le Plan Occidental En activité 1971 Station service MONTAUROUX Vincent RD562 En activité Garage automobile MONTAUROUX Le Dernier Barri Activité terminée 1968 Site réaménagé en parking Atelier de pâte de verre mosaïque et de verrerie d’art MONTAUROUX Le Plan Occidental En activité 1972 Moulin à huile d’olives MONTAUROUX Bord du chemin commun n°22 En activité 1927 Station service MONTAUROUX Le Chambarot En activité 1974 Dépôt de liquides inflammables MONTAUROUX Le Plan occidental En activité 1971 Four à chaux SAINT-PAUL-EN- FORET Activité terminée1836 Tuilerie SAINT-PAUL-EN- FORET Bas du village Activité terminée1851

slide 75:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 71 Site Commune Localisation En activité Année de première activité Remarques Dépôt de gaz combustible liquéfié SAINT-PAUL-EN- FORET Camping le Parc En activité 1972 Fabrique de tuiles et briques SEILLANS Estocq Activité terminée1861 Tuilerie SEILLANS Activité terminée1829 Verrerie SEILLANS Domaine Garron Activité terminée 1828 Site en ruine et en friche Ressence à huile SEILLANS Proche canal des Moutins Activité terminée1871 Four à chaux SEILLANS Activité terminée1838 Four à chaux SEILLANS Quartier Garron Activité terminée1840 Tuilerie SEILLANS Activité terminée1837 Four à chaux SEILLANS Activité terminée 1937 Site en friche Moulin et four à plâtre SEILLANS Bord de RD197 Activité terminée1888 Dépôt de gaz SEILLANS Activité terminée1936 Dépôt de gaz SEILLANS Les Rocailles Activité terminée1971 Dépôt de gaz SEILLANS Les Ferrages En activité 1967 Dépôt d’hydrocarbures SEILLANS Saint-Michel En activité 1955 Moulin à huile SEILLANS Quartier de la Fabrique En activité 1912 Moulin à huile SEILLANS Quartier Riou Blasse Activité terminée1912 Parfumerie SEILLANS Av du Château/ Av de la parfumerie En activité 1883 Bouchonnerie SEILLANS Quartier Annonciade Activité terminée Site en friche Projet de réaménagement en commerce et/ou marché Dépôt d’hydrocarbures SEILLANS En activité 1972 Garage atelier mécanique SEILLANS RD19 En activité 1972 Mine TANNERON Fontsante Activité terminée 1988 Pollution due au fonctionnement Site réaménagé en zone naturelle Dépôt de liquides inflammables TANNERON Mine de Fontsante Activité terminée 1974 Dépôts d’hydrocarbures TANNERON Mine de Fontsante Activité terminée 1971 Site en friche Station service TANNERON Le village En activité 1972 Ressence TOURRETTES Activité terminée 1937 Site en friche Appareil producteur d’acétylène TOURRETTES Activité terminée 1907 Site en friche Atelier d’extraction de parfums TOURRETTES Activité terminée 1930 Site en friche Station service TOURRETTES Les grandes terrasses En activité 1972 En noir : source BASIAS En gris : source Communauté de Communes du Pays de Fayence

slide 76:

72 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008

slide 77:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 73 3. Les nuisances sonores Cadre réglementaire et outils disponibles Sur le trafic terrestre Les dispositions de la loi n°92.1444 du 31 décembre 1992 relative à la lutte contre le bruit et ses décrets d’application notamment ceux du 9 janvier 1995 et du 30 mai 1996 ont pour but : - la prise en compte des nuisances sonores dans la conception l’étude et la réalisation de voies nouvelles ou la modification significative de voies existantes. Des seuils limites ont été fixés à 60 dBA le jour et 55dBA la nuit - le classement des infrastructures de transport terrestre en fonction de leurs caractéristiques sonores et du trafic et la définition de règles de construction des bâtiments situés à proximité éloignement des constructions nouvelles murs antibruit et/ou isolation phonique. Il s’agit de limiter les nuisances sonores dues à la présence de routes et de voies ferrées à proximité d’habitations existantes et de s’assurer que les bâtiments nouveaux construits à proximité de routes ou de voies ferrées existantes ou en projet sont suffisamment insonorisés. C’est le Préfet par arrêté qui approuve le classement sonore des infrastructures après avoir pris l’avis des communes concernées. Doivent être classées - Les routes et rues écoulant plus de 5 000 véhicules par jour - Les voies de chemin de fer interurbaines de plus de 50 trains par jour - Les voies de chemin de fer urbaines de plus de 100 trains par jour - Les lignes de transport en commun en site propre de plus de 100 autobus ou rames par jour - Les infrastructures dont le projet a fait l’objet d’une décision. De part et d’autre des infrastructures classées sont déterminés des secteurs dont la distance à la voie de circulation varie entre 10 et 300 mètres selon leur catégorie sonore. 5 classes sont prévues : 300 m en catégorie 1 250 m en catégorie 2 100 m en catégorie 3 30 m en catégorie 4 et 10 m en catégorie 5. Cette zone est destinée à couvrir l’ensemble du territoire où une isolation acoustique renforcée des constructions nouvelles sera nécessaire. Elle peut être réduite si cela se justifie en raison de la configuration des lieux comme c’est souvent le cas dans les rues dites en "U". Sur le trafic aérien Le Plan dexposition au bruit : Les articles L. 147-1 à L.147-8 et R.147-1 à R. 147-11 du code de lurbanisme imposent que soit établis des plans dexposition au bruit PEB autour de la majorité des aérodromes afin de permettre un développement maîtrisé des communes sans exposer au bruit de nouvelles populations. Le plan fixe les conditions dutilisation des sols exposés au bruit des aéronefs. Les zones de bruit sont classées en zones de bruit fort A et B modéré C et le cas échéant D. Chaque zone correspond à des prescriptions restrictions ou interdictions spécifiques. La collectivité locale doit mettre en compatibilité ses documents durbanisme avec le PEB. Ses dispositions sont opposables à toute personne publique ou privée pour lexécution de tous travaux constructions affouillements ou exhaussements des sols pour la création de lotissements et louverture des installations classées. Les aérodromes concernés figurent dans lannexe de larticle D.222-1 du code de laviation civile complété par larrêté du 28 mars 1988 modifié. Il sagit daérodromes daviation commerciale daffaires légère ou militaire. L’aérodrome de Fayence fait partie des aérodromes cités dans l’arrêté de 1988 et pour lequel un PEB est obligatoire. Le PEB de l’aérodrome de Fayence n’a jamais vu le jour et aucune mesure de bruit n’a été engagée par l’autorité préfectorale depuis 1988. A l’origine l’aérodrome de Fayence est utilisé pour le vol à voile. Cependant il apparait que de plus en plus d’usages avec des engins motorisés ont lieu : ULM et hélicoptères en particulier. Il semble que le trafic d’hélicoptères se soit intensifié ces dernières années depuis la création du golf de Tourrettes avec de nombreuses rotations quotidiennes entre la côte dont l’aéroport de Nice et le territoire. Ceci n’est pas sans créer des nuisances sonores importantes pour les riverains nuisances sonores qui ne peuvent toujours pas être prises en compte dans les POS et futurs PLU de Fayence et Tourrettes en l’absence de PEB. Ce vide juridique et administratif est ainsi préjudiciable à la vie des administrés.

slide 78:

74 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 Une nuisance liée … … essentiellement au transport routier Les voies supportant plus de 5000 véhicules/jour sont : - la D562 Draguignan-Grasse desservant les Alpes-Maritimes connaît un trafic important au niveau de la plaine de Fayence jusquà 21 000 véhicules/jour - la D 37 voie daccès à lautoroute A8. Ce trafic important résulte du déséquilibre créé par lafflux de nouveaux résidents qui nont pas trouvé de logement proche de leur lieu de travail dans les Alpes-Maritimes et qui utilisent leur automobile quotidiennement dans leurs déplacements domicile-travail faute d’alternatives notamment de transports en commun. Et au trafic aérien Le territoire compte un aérodrome partagé entre les communes de Fayence et de Tourrettes. Historiquement dédié à la pratique et à la promotion du vol à voile à travers le Syndicat mixte du vol à voile ce terrain était propriété de lEtat jusquau 1er juillet 2007 et était ouvert à la circulation aérienne publique. Dautres activités liées à des engins motorisés écoles dULM et dhélicoptères se sont alors implantées profitant de leur droit d’y atterrir. La loi de décentralisation a ensuite cédé la propriété du terrain au syndicat mixte. Il semble que le trafic d’hélicoptères se soit intensifié ces dernières années avec deux types d’usages : la desserte du golf de Terre Blanche et des transports privés notamment depuis l’aérodrome de Cannes-Mandelieu. Ceci n’est pas sans créer des nuisances sonores importantes pour les riverains. Le syndicat mixte du vol à voile a voté le 08/02/07 le déclassement de laérodrome de Fayence-Tourrettes en usage restreint réservé au seul vol à voile mais cette décision n’a pas encore été entérinée par le Conseil Supérieur de linfrastructure et de la Navigation Aérienne et ne peut donc être opposable. Evolution du trafic routierr entre 2000 et 2005 - 5 000 10 000 15 000 20 000 25 000 Moyenne journalière annuelle D562 à Montauroux Ouest 15 521 17 047 18 531 18 216 19 104 20 699 D37 à Montauroux 9 775 10 189 10 604 10 623 10 953 11 275 D37 à Tanneron 8 584 9 265 10 272 10 351 10 717 11 033 D562 à Fayence Est 5 187 5 697 6 193 6 088 6 385 6 530 D562 Branche venant du 06 - - - 6 540 6 421 6 494 D562 à Montauroux Est 5 792 6 191 6 000 5 800 5 604 5 731 D56 à Callian 1 999 3 350 3 486 3 492 3 639 3 721 D562 à Fayence Ouest 3 099 3 602 3 915 3 848 3 452 3 414 D37 à Callian Sud 2 465 2 707 2 942 2 892 3 033 2 922 2000 2001 2002 2003 2004 2005 +33 +15 +29 +86 Source : Comptages routiers CG 83

slide 79:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 75 Par ailleurs laérodrome de Fayence-Tourrettes est soumis à lobligation de réaliser un plan dexposition au bruit conformément à lannexe de larticle D.222-1 du code de laviation civile complété par larrêté du 28 mars 1988 modifié. Aucun PEB permettant de maîtriser lurbanisation à ses abords na été réalisé à ce jour. L’absence de mise en place de mesures de lutte contre le bruit par la Préfecture est un sérieux handicap pour l’élaboration des POS de Fayence et Tourrettes mais aussi à terme pour la mise en œuvre et la pertinence du SCoT du Pays de Fayence. 4. Le SCOT et les pollutions et nuisances La prise en compte des problématiques « air et bruit » dans le futur SCOT implique une nécessaire articulation entre urbanisme et déplacements pour un aménagement global et durable. Sur le sujet l’article L 121-1 du code de l’urbanisme énonce que le SCOT doit permettre : - d’assurer un développement urbain maîtrisé - d’assurer la diversification des fonctions urbaines et la mixité sociale de l’habitat - de tenir compte de l’équilibre entre emploi et habitat et des moyens de transport - de maîtriser les besoins en déplacements et la circulation automobile - de préserver la qualité de l’air - de réduire les nuisances sonores. Le projet devra notamment partir du réseau de transport du futur pour concevoir un développement urbain en harmonie. Il devra intégrer les tendances actuelles de la mobilité urbaine et ses enjeux en termes spatiaux sociaux et environnementaux. Il devra notamment permettre : - de réduire les sources de nuisance par la conduite d’une réflexion sur la diminution et l’amélioration des flux de véhicules. Les modes de transport alternatifs et notamment les déplacements doux peuvent influer sur le niveau de nuisances : ils méritent à ce titre d’être intégrés au développement. - la réduction des transports internes au territoire par le développement des transports en commun apporte une réponse à ces deux nuisances particulièrement en période de pointe de fréquentation. - de ne pas exposer de nouvelles populations à ces nuisances en évitant le développement le long des axes fortement fréquentés. - la mise en œuvre de solutions curatives efficaces permettant de retrouver un état satisfaisant.

slide 80:

76 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 XI. L’énergie 1. Cadre réglementaire La loi n°96-1236 sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie du 30 décembre 1996 constitue le cadre de référence pour la prise en compte des problématiques relatives à l’énergie. La Loi dorientation sur lEnergie n°2005-781 du 13 juillet 2005 vise dune part à définir les objectifs et les grandes orientations de la politique énergétique de la France et dautre part à compléter la législation actuelle par des mesures dans les domaines de la maîtrise de lénergie des énergies renouvelables et de la qualité du réseau de transport et de distribution délectricité. Il est présenté comme une réponse à « deux défis majeurs » : la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre et une probable augmentation à moyen terme des prix du pétrole et du gaz. Quatre objectifs sont dans ce cadre assignés à la politique énergétique : - contribuer à lindépendance énergétique nationale et garantir la sécurité dapprovisionnement - assurer un prix compétitif de lénergie - préserver la santé humaine et lenvironnement en particulier en luttant contre laggravation de leffet de serre - garantir la cohésion sociale et territoriale en assurant laccès de tous à lénergie. 2. Un contexte en évolution Les années 50 ont été marquées par le souci d’une énergie nationale et abondante charbon et hydroélectricité et les années 60 par la recherche d’une énergie à meilleur marché le pétrole. Les crises pétrolières des années 70 ont conduit à privilégier davantage l’indépendance stratégique. Les années 80 ont ainsi vu la montée en régime du parc électronucléaire et de façon plus éphémère des actions pour les économies d’énergie. Les années 90 ont été marquées par une montée des instabilités internationales qui ont affecté les cours du pétrole la prise de conscience progressive du problème de l’effet de serre et une libéralisation des marchés de l’énergie. Au début du XXI ème siècle s’ajoutent aux problématiques précitées deux contraintes nouvelles : la nécessaire prise en compte des limites physiques de certaines ressources dont le pétrole et les changements climatiques. 3. L’électricité Les réseaux Lalimentation en énergie est assurée par lensemble du système électrique national avec un ajustement de loffre et de la demande. La société RTE gestionnaire du réseau public de transport répartit ainsi les flux entre les utilisateurs directement raccordés au réseau et les concessions de distribution publique. Sur le territoire la distribution est concédée au SIE Syndicat Intercommunal dElectricité Fayence dont le réseau est constitué de : - Réseaux "basse tension" BT fonctionnant sous une tension de 230V/400V dédiés aux usages domestique et issus des postes de distribution publique DP - Réseaux "moyenne tension" MT ou HTA fonctionnant sous une tension de 20 000 V alimentant soit des entreprises importantes soit des un poste de DP - Postes de distribution publique HTA/BT permettant de transformer la tension du réseau MT en BT. On constate sur le territoire un accroissement du nombre de postes de transformation : 2006 2005 Evolution Réseau BT en km 5338 5294 0.83 Réseau HTA en km 3214 3200 04 Nb de postes HTA/BT 409 396 33 Source : SIE Une consommation croissante… La consommation régionale est de deux fois supérieure à la production régionale : des sources dapprovisionnement externes sont donc nécessaires. L’alimentation en énergie électrique est donc un enjeu fort pour le territoire à l’image de la situation départementale. Le nombre de clients progresse régulièrement sur le territoire du SCoT même si on observe une stagnation de la consommation délectricité en 2006 du fait de la douceur hivernale. 12 400 12 600 12 800 13 000 13 200 13 400 13 600 13 800 14 000 14 200 2002 2003 2004 2005 2006 12 968 13 281 13 669 13 899 14 075 Evolution du nombre de clients abonnés au réseau électrique – Pays de Fayence : SIE 2006

slide 81:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 77 105 352 115 655 129 134 137 925 137 490 70 000 80 000 90 000 100 000 110 000 120 000 130 000 140 000 150 000 2002 2003 2004 2005 2006 Evolution de la consommation en électricité – Pays de Fayence Source : SIE … sur un réseau insuffisamment sécurisé Le réseau régional est maillé mais insuffisamment sécurisé sur lEst PACA pays de Fayence inclus. La région est en effet une « presquîle électrique » qui souffre dune inadéquation entre la forte consommation électrique et les possibilités offertes par son réseau. La région n’est en effet alimentée que par Tavel par où transitent les productions de la Vallée du Rhône et du reste de la France. L’électricité est ensuite acheminée par deux lignes de 400 00 Volts l’une qui suit la côte alimentant Marseille et Nice l’autre de Tavel à Boutre pour desservir le nord en complément de la production hydrau0lique de la Durance et du Verdon. Ces deux lignes parallèles ne se rencontrent jamais empêchant l’électricité d’emprunter un chemin alternatif si un incident intervient sur l’une des deux. Le projet de ligne Boutre-Broc- Carros permettra de boucler le réseau 400 000 volts. Dans ce contexte la production locale d’électricité via l’aménagement de Saint- Cassien notamment 18 MW de puissance installée et dont la production annuelle correspond à la consommation résidentielle de 16 000 habitants est indispensable à la région PACA. Localement même si la production électrique du barrage n’est pas attribuée au territoire du Pays de Fayence cet ouvrage peut également fournir une alimentation de secours au territoire. Il permet par ailleurs une production d’énergie renouvelable ne produisant pas de gaz à effet de serre. Il répond ainsi aux orientations de l’Europe en matière de lutte contre les gaz à effet de serre et les changements climatiques. 4. Les énergies renouvelables Les énergies renouvelables contribuent au développement énergétique durable: elles n’émettent pas de gaz à effet de serre et ont un contenu « emploi » plus fort que les autres énergies par exemple un chauffage collectif au bois crée trois plus d’emplois en France qu’une installation équivalente utilisant de l’énergie fossile importée. Malgré la présence de ressources locales soleil bois le territoire est peu engagé dans la production d’énergies renouvelables. Aucune installation collective à usage local n’est présente sur le territoire hormis le barrage de Saint-Cassien qui produit de l’électricité hydraulique approvisionnant des territoires voisins. Les installations d’énergies renouvelables se font à titre individuel et se concentrent essentiellement autour de l’énergie solaire. Celle-ci se destine à deux usages : - La production de chaleur : le flux solaire peut être directement converti en chaleur par lintermédiaire de capteurs solaires thermiques. Cette technique est applicable au chauffage des habitations des piscines à la production deau chaude sanitaire ECS ou encore au séchage des récoltes fourrage céréales fruits. Sur le territoire le marché solaire thermique individuel a connu une croissance significative ces dernières années. La Région PACA a recensé 27 installations en 2007 plus du double de l’année précédente. - La production d’électricité : l’énergie solaire est captée par des cellules photovoltaïques pour être transformée en électricité reliée au réseau. Il existe sur le SCoT 4 installations raccordées pour une puissance totale de 12 kWh Fayence St Paul Tourrettes Callian. Leur développement est tempéré par les Bâtiments de France pour certains centres-villes et une vigilance doit être maintenue sur le reste du territoire pour que ce développement soit intégré à l’environnement paysager et bâti. 0 5 10 15 20 25 30 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 1 4 3 3 6 9 12 27 65 installations solaires thermiques individuelles subventionnées entre 2000 et 2007 Source : Région PACA

slide 82:

78 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008

slide 83:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 79 XII. Les déchets 1. Les déchets ménagers et assimilés La réglementation et les outils mobilisables Les principaux textes nationaux lois du 15 juillet 1975 relatifs à l’élimination des déchets et à la récupération des matériaux loi du 13 juillet 1992 constituent les fondements de la politique française en matière de déchets. Les principaux points à retenir sont les suivants : - l’incitation à la réduction des déchets à la source - l’organisation de la collecte des ordures ménagères et industrielles permettant de limiter en distance le transport des déchets par leur traitement au plus près du lieu de production - la valorisation des déchets sous les 3 grandes variantes existantes : recyclage matière organique ou valorisation énergétique - la sensibilisation et l’éducation du public sur la problématique environnementale sous- jacente. Les objectifs de la politique européenne en matière de déchets 94/62/CE visent essentiellement la diminution à la source du poids et du volume des emballages la réduction des composants toxiques entrant dans les emballages ex : métaux lourds le recours accru au recyclage par valorisation matière organique ou énergétique. En ce qui concerne les déchets ménagers la loi du 15 juillet 1975 relative à l’élimination des déchets et à la récupération des matériaux modifiée et complétée notamment par la loi du 13 juillet 1992 prescrit dans son article 10-2 que « chaque département doit être couvert par un plan départemental ou interdépartemental d’élimination des déchets ménagers et autres déchets mentionnés à l’article L. 373-3 du Code des commune »”. Ces plans doivent conduire à la mise en place des moyens de valorisation traitement et stockage nécessaires après établissement de l’état des lieux de la production des déchets par catégorie des modes d’éliminations disponibles et des flux intra et interdépartementaux. Ils ont été établis de 1994 à 1998 et la plupart on été mis à jour. Le premier plan départemental du Var datant du 3 novembre 1998 a été annulé par le tribunal administratif de Nice et le nouveau Plan départemental de gestion des déchets ménagers et assimilés et des déchets de lassainissement du Var été approuvée le 24 janvier 2004. Lobjectif de ce Plan est de parvenir à une cohérence départementale dans la gestion des déchets et des boues de stations dépuration. Il engage à promouvoir la réutilisation et la réduction des déchets contient une étude prospective établie sur cinq et dix ans par catégorie de déchets et anticipe des regroupements recommandés pour la création d’équipements majeurs. Il fixe pour chaque collectivité ayant la compétence des déchets les objectifs de valorisation les modalités de collecte et de gestion des déchets. Enfin il insiste sur la nécessité de mener des actions de prévention de sensibilisation et de communication. Le PDEDMA est opposable aux collectivités qui devront justifier de la compatibilité de leur gestion avec celui-ci. Une production croissante de déchets ménagers En Pays de Fayence la production d’ordures ménagères hors déchetterie et PAV s’élève à environ 490 kg par habitant 10 par an. A titre de comparaison cest 14 fois plus que la moyenne nationale 360 kg de déchets ménagers par an. En février 2004 le gouvernement a présenté un plan national visant à stabiliser la production des déchets ménagers en France : les objectifs sont fixés à 250 kg de déchets ménagers par habitant et par an dici 2010 et 200 kg dici 2015. L’objectif national à deux ans paraît donc ambitieux pour le territoire. La tendance de la production globale de déchets ménagers valorisables ou non y est croissante malgré un léger fléchissement en 2006. Depuis 2004 plus de 15 000 tonnes de déchets ont été traités annuellement. La population touristique et saisonnière est sans doute à l’origine d’une surproduction importante de déchets que le territoire doit gérer sur des périodes courtes et en mobilisant des moyens importants. Il y a donc une énorme marge de progrès à réaliser en matière de réduction de déchets à la source. Elle est dautant plus difficile que le volume des emballages de produits de consommation courante tend à augmenter. 800 900 1 000 1 100 1 200 1 300 1 400 1 500 1 600 T o n n a g e Evolution annuelle du volume de déchets ménagers OM+PAV+déchetterie en 2006 Une responsabilité partagée en matière de gestion Les responsabilités en matière de gestion des déchets diffèrent selon qu’il s’agit de déchets ménagers ordures ménagères encombrants des ménages résidus d’assainissement déchets verts … ou non-ménagers déchets industriels banals déchets de chantier … : Concernant les déchets ménagers il est de la responsabilité des collectivités locales de s’assurer qu’ils sont bien pris en charge. Les collectes usuelles se font avec des poubelles 10 Sur la base d’une population moyenne estimée à 24300 habitants comprenant les permanents et les saisonniers

slide 84:

80 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 ou des bacs roulants pour les ordures ménagères de manière sélective avec tri préalable en vue dune valorisation ou dun traitement spécifique ou en déchetterie. Ce processus peut être assumé tant par des acteurs du secteur public souvent sous la forme de regroupements de communes que du secteur privé. Jusquau 1er janvier 2007 marquant le passage effectif à la Communauté de Communes du Pays de Fayence la collecte des déchets ménagers relevait des communes. Depuis elle est de la compétence de la communauté de communes. Les ordures ménagères sont collectées soit en porte-à-porte dans es centre-villages 20 du volume soit en aire de regroupement de containers 80 du volume. Par la suite elles transitent par un quai de transfert-déchetterie intercommunal situé à Tourrettes - à lexception des ordures de Saint- Paul-en-Forêt - pour être acheminées au centre de stockage des déchets ultimes de Bagnols-en-Forêt. Les ordures ménagères de Saint-Paul-en-Forêt sont directement acheminées au CSDU pour des raisons de proximité. Les déchets non-ménagers : il est de la seule responsabilité des fabricants ou distributeurs d’assurer l’enlèvement et le traitement de leurs déchets. Les déchets professionnels sont collectés par la Communauté de communes uniquement pour la part valorisable par le biais de la déchetterie intercommunale moyennant une redevance annuelle de 760€ donnant droit à 500 kg gratuits par mois et un tarif à 54€ par tonne supplémentaire 11 . Le traitement des ordures ménagères La loi du 13 juillet 1992 définit les obligations des collectivités en matière de traitement des déchets collectés imposant leur valorisation. En France quatre voies sont possibles : - le stockage des déchets ultimes: enfouissement des déchets ménagers résiduels après en avoir extrait ce qui était valorisable. La mise en décharge a été longtemps la solution de facilité la moins coûteuse et la plus répandue de traiter les déchets. Depuis le 1 er juillet 2002 seul les déchets "ultimes" 12 peuvent être stockés les autres devant être valorisés article L541-24 du 1er Juillet 2002. - le recyclage des matériaux valorisation matière : réintroduction directe dun déchet dans le cycle de production dont il est issu en remplacement total ou partiel dune matière première neuve - la fermentation et le compostage valorisation organique : décomposition grâce à des processus biologiques et chimiques - la production dénergie valorisation énergétique caractérisée par la filière incinération et la filière méthanisation extraction du biogaz. Sur le territoire du Pays de Fayence 3 types de traitement existent : lenfouissement des ordures ménagères: 11 Tarifs en vigueur en 2007 12 Déchet ultime : « déchet qui ne peut pas être traité dans les conditions techniques et économiques du moment notamment par extraction de la part valorisable ou par réduction de leur caractère polluant et dangereux ». Les déchets collectés dans les communes sont regroupés au quai de transfert pour être ensuite acheminés vers le Centre de Stockage de Déchets Ultimes CSDU de Bagnols-en- Forêt où une partie est compactée et mise en balles et lautre directement enfouie. Il ny a pas de données sur la part de déchets valorisables qui peuvent se retrouver parmi ces déchets enfouis. Après une tendance à la hausse 13000 tonnes en 2005 une baisse du volume stocké au CSDU sest amorcée en 2006 : 11 800 tonnes de déchets ont été enfouis moins que les deux années précédentes du fait de linstallation de nouveaux équipements en déchetterie et de la possibilité dy déposer encombrants et végétaux. Ce tonnage représente 77 des déchets ménagers. le recyclage des matériaux pour les déchets issus des points dapport volontaire et de déchetteries : Le tri sélectif représente un tonnage en augmentation constante. Il est effectué à partir : - de 61 points d’apport volontaire PAV répartis sur le territoire sur la base dun PAV pour 500 habitants. 54 PAV disposent de 4 conteneurs : bleu pour le papier gris pour les emballages creux multi-matériaux vert pour le verre et rouge pour les piles. 7 PAV ne disposent que dun conteneur verre ou emballages. Le tri sélectif représente un tonnage annuel moyen de 1200 tonnes environ soit 8 du volume total de déchets ménagers - de la déchetterie intercommunale de Tourrettes. Elle a été redimensionnée et réorganisée pour répondre à la forte fréquentation et aux objectifs du Plan départemental. Elle est ouverte en automne-hiver du lundi au samedi de 13h à 17 h et au printemps-été de 13h à 18 h du lundi au samedi et le dimanche de 8h à 12h30. Les habitants ménages commerçants artisans y apportent chaque année 1600 tonnes de déchets en moyenne : encombrants végétaux métaux et ferrailles papiers cartons plastiques huiles pneumatiques piles et batteries textiles. Depuis les travaux de réhabilitation les apports ont fait un bond : 1000 tonnes de plus que lannée précédente ont été collectés en 2006 correspondant à louverture aux encombrants et végétaux. En 2006 les déchets issus de la déchetterie représentent 15 du volume total des déchets ménagers. Les déchets issus du tri sélectif sont acheminés vers le centre de tri situé au Muy géré par la société SMA Groupe Pizzorno. Celui-ci traite 30.000 t de déchets ménagers par an et 20.000 t de déchets industriels banals. Le diagnostic préalable à lélaboration du plan départemental a mis en évidence les carences dans le tri des déchets au niveau départemental nécessitant des installations supplémentaires. Malgré de volumes de déchets et des coûts de collecte et de traitement croissants les revenus de la valorisation sont à la baisse. La communication de la communauté de communes sur le sujet est relativement modeste : elle se limite à la distribution des consignes de tri en porte-à-porte ou sur des sacs de pain et de la visite des équipements déchetterie centre de tri par des scolaires. Toutefois la qualité du tri

slide 85:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 81 est très bonne grâce aux bacs de points dapport volontaire qui évitent des erreurs de tri : le taux de refus de tri est de 2 13 . La valorisation organique ou compostage Les déchets verts issus du jardinage et de lagriculture sont collectés en déchetterie avec une forte hausse depuis les travaux de remise aux normes au deuxième semestre 2006 : 50 tonnes y étaient collectés en 2005 et 892 tonnes en 2006 soit un volume multiplié par 9. Ces déchets par leur nature font lobjet dune très forte saisonnalité entre avril et juillet du fait des travaux de jardinage. Les déchets fermentescibles en revanche ne font à ce jour lobjet daucune valorisation. Or ils représentent près du tiers de nos poubelles. Le Plan Départemental a fixé fin 2008 comme échéance pour la mise en place du compostage de ces déchets en mettant la priorité sur les collectivités qui recourent à lenfouissement de leurs déchets ménagers. La communauté de communes du Pays de Fayence est donc fortement concernée. La collecte peut se faire sous forme de compostage individuel avec la mise en place dune dotation pour lacquisition de composteurs individuels ou sous forme de collecte en porte-à-porte. Cet objectif répond à la Directive Européenne 1999/31/CE du 26 avril 1999. 13 Source : Communauté de Communes du Pays de Fayence. 24 tonnes en 2006 sur un tonnage de 1200T issus des PAV les déchets des déchetteries nont pas été pris en compte PAV sur la route de Mons Malgré la présence de ces installations de collecte on doit déplorer la présence de nombreuses décharges sauvages sur le territoire. Ces décharges portent atteinte aux paysages mais peuvent également selon la nature des déchets déposés être des sources de pollution des sols des eaux et des milieux. Décharge sauvage dencombrants en bordure de route … et à proximité dun PAV

slide 86:

82 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 2. Les déchets du BTP Les déchets issus de chantiers de construction représentent un enjeu de taille sur le territoire au regard de limportance de lactivité du BTP. En France 32 millions de tonnes de déchets du bâtiment et 100 millions de tonnes des travaux publics sont produits chaque année 14 . Cest pourquoi ils ne sont pas assimilés aux déchets ménagers. Leur élimination répond au Plan départemental de gestion des déchets du BTP élaboré par la Préfecture du Var a élaboré en 2006. Il sadresse aux professionnels du BTP aux professionnels de la collecte et du traitement de ces déchets et aux collectivités. Ce plan propose de nouvelles pratiques laménagement ou la construction déquipements ainsi que des mesures daccompagnement pour optimiser la gestion de ces déchets. Si la loi confie la responsabilité de la gestion des déchets aux entreprises du BTP elle nempêche pas les collectivités de sassurer du bon respect de cette gestion. En tant que maître douvrage les collectivités ont lobligation de gérer ces déchets. Par ailleurs elles doivent lutter contre les dépôts illégaux de déchets de chantier. Le Plan de gestion départemental met en avant labsence de structures dédiées au traitement des déchets du bâtiment dan lensemble du département. Il prévoit louverture de 2 déchetteries professionnelles dans laire toulonnaise mais aucune autre structure dédiée sur le reste du département. Aussi les déchets du BTP continueront à être traités par le réseau dédié aux déchets ménagers selon trois types de déchets : - les déchets banals 29 des déchets du BTP 15 : déchets non dangereux mais qui peuvent présenter un potentiel de pollution aussi important que les déchets ménagers. Ils. Par exemple : bois caoutchouc plastique tissus métaux... Sur le territoire du SCoT ceux- ci sont traités avec les déchets ménagers valorisables ou non. - les déchets inertes 655 des déchets du BTP : déchets non dangereux dont la composition ne risque pas dévoluer avec le temps. Il sagit majoritairement de déchets dorigine minérale. Ils peuvent être recyclés en granulats après concassage et broyage. Par exemple : gravats béton tuiles céramique ardoise etc. Dans le Pays de Fayence il ny a aucune structure publique pour collecter et traiter ces déchets. Une société privée existe sur le territoire mais labsence de délégation de service public ne permet pas davoir un compte-rendu de son activité. Aussi une partie des gravats est acheminée par les professionnels vers le CSDU de Bagnols-en-Forêt. En labsence de structure publique sur le territoire un grand nombre de ces déchets sont jetés dans la nature créant à certains endroits de vraies décharges sauvages. Depuis 2000 aucune ancienne carrière du Var ne peut plus être remblayée avec des matériaux inertes externes. Or lUnicem a constaté lutilisation annuelle de 200000 à 250000 tonnes de remblais sauvages dans danciennes carrières du département. Aussi il semble primordial de pouvoir traiter ces déchets sur place pour éviter de générer des flux de transport trop importants. Notons cependant que les décharges sauvages constatées sur le territoire du 14 Source : Plan départemental de gestion des déchets du BTP du Var février 2006 15 Source : Plan délimination des déchets du BTP statistique à léchelle départementale. Pays de Fayence ne sont pas uniquement composés de déchets inertes relevant des décharges de classe III mais également de déchets de type DIB devant être mis en déchetterie. Il parait aujourd’hui nécessaire de trouver une solution satisfaisante au manque de site de stockage de classe 3. A l’heure actuelle la seule solution apportée fut la création d’un site de stockage dans le vallon des Frayères qui est incompatible avec la bonne conservation des habitats et des espèces du site Natura 2000 des Gorges de la Siagne. Cette solution a donc été abandonnée. Aussi afin de limiter les décharges sauvages et d’apporter aux entreprises du BTP une solution adéquate de valorisation de leurs déchets d’autres pistes sont à explorer dans le cadre du SCoT : utilisation d’anciennes carrières Tanneron Tourettes identification de sites adéquats… - les déchets dangereux du bâtiment ou spéciaux ou toxiques 55 des déchets du BTP : déchets présentant un réel danger pour la santé ou lenvironnement. Ils doivent faire lobjet dun traitement particulier. Exemple : colles solvants ciment amianté produits de traitement du bois tubes fluorescents etc. Sur le territoire ils sont collectés à la déchetterie intercommunale en vue de leur traitement. Les déchets dangereux doivent être acheminés vers un centre de regroupement situé à la Seyne-sur-Mer. Sa capacité est estimée comme suffisante pour lensemble du département 16 . Gisement des déchets du bâtiment du canton de Fayence en tonnes année 2000 6 900 655 580 55 3 085 29 Déchets banals Déchets inertes Déchets dangereux Source : Plan de gestion des déchets du BTP du Var 16 Selon de Plan Régional dElimination des Déchets Industriels PACA

slide 87:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 83 3. Les déchets industriels Il sagit de déchets qui de par leurs caractéristiques physico-chimiques font courir un risque à lhomme et à lenvironnement risques physiques risques biologiques... sils ne sont pas traités spécifiquement dans des installations adaptés pour leur valorisation élimination ou stockage 17 . En ce qui concerne les déchets industriels le Plan Régional pour l’Élimination et la Valorisation des Déchets Industriels a été approuvé le 1er août 1996. Il incite à la réduction des déchets à la source à la revalorisation matière à la proximité du traitement et à linformation du public. Il ne prévoit aucune mesure spécifique au territoire du SCoT du Pays de Fayence lactivité industrielle étant marginale au regard de grandes zones comme la Seyne-sur-Mer ou Fos-sur-Mer. 17 Définition du Plan Régional dElimination des Déchets Industriels PACA 4. Le SCOT et les déchets Si les outils de gestion des déchets ne sont pas directement intégrés au SCOT ce dernier en planifiant le développement à venir influe de manière induite sur les quantités produites et à traiter. Si l’on ne constate pas à l’heure actuelle de dysfonctionnement majeur dans la gestion des déchets sur le territoire des améliorations peuvent cependant être réfléchies notamment vis-à-vis de la gestion des pics de déchets saisonniers. Une nécessaire adéquation doit être recherchée entre objectifs de développement et capacités de gestion. A ce titre des potentiels sont à explorer telle que l’optimisation des équipements et des collectes sélectives réseau de déchetteries intercommunales : planifiant le développement futur le SCoT doit permettre d’engager une réflexion intercommunale sur la mise en œuvre généralisé du tri sélectif. Par ailleurs le SCOT peut être l’occasion d’engager une nécessaire planification intercommunale sur la gestion des déchets non ménagers et en particulier d’identifier les sites pouvant être apte à recevoir une décharge de classe 3 et de protéger les sites sensibles de ce type d’aménagement. Le SCOT devra également prendre en compte les besoins éventuels d’équipements en matière de traitement et valorisation des déchets. Enfin pour diminuer la production de déchets l’innovation et le progrès technique doivent être stimulés et orientés pour favoriser la substitution des ressources renouvelables ou réutilisables aux ressources non renouvelables. Cela nécessite aussi de privilégier en permanence une consommation économe des flux et ce le plus en amont possible afin de s’orienter vers une réduction globale de l’utilisation des matières et énergies.

slide 88:

84 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 DEUXIEME PARTIE : LES ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX DU TERRITOIRE

slide 89:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 85

slide 90:

86 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 XIII. Hiérarchisation des enjeux environnementaux du territoire De l’analyse de l’état initial de l’environnement sur le territoire du SCoT découlent pour chacune des composantes de l’environnement les principaux enjeux du territoire du Pays de Fayence. Les enjeux du territoire ont été appréhendés au regard de 7 grands objectifs environnementaux repris par les principales politiques environnementales internationales nationales régionales et locales : - protéger les milieux naturels remarquables - maintenir la biodiversité et préserver le patrimoine naturel - protéger les ressources naturelles et diminuer les pollutions - garantir une gestion économe de l’espace - gérer les risques et garantir la sécurité des biens et personnes - protéger le patrimoine culturel paysager et le cadre de vie - lutter contre les émissions de gaz à effet de serre et le changement climatique. Dans la mesure du possible les enjeux sont territorialisés. La qualification de chacun des enjeux de faible à fort permet ensuite de les hiérarchiser. Il convient de préciser que cette appréciation est relative le niveau d’enjeu étant appréhendé au regard : - des spécificités du territoire - des autres enjeux environnementaux de la Communauté de Communes. Qu’est-ce qu’un enjeu environnemental On entend par enjeux d’environnement les éléments de la problématique environnementale locale qui engagent fortement l’avenir du territoire et expriment sa vulnérabilité face au processus de développement. Ils peuvent être liés par exemple à : - la richesse d’une composante ou d’une ressource à préserver ou valoriser - la dégradation d’une composante environnementale sous l’effet d’une pression trop forte - la fragilité d’une composante par rapport aux effets supposés mais méconnus d’une pression - la surconsommation de ressources.

slide 91:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 87 Thème Sous-thème Présence de l’enjeu sur le territoire Réponses attendues d’un SCoT Enjeu pour le territoire PROTECTION DES MILIEUX NATURELS REMARQUABLES Protéger les espaces naturels identifiés localement ou nationalement - De nombreux secteurs identifiés pour leur richesse écologique : ZNIEFF sites Natura 2000 Réserve de Fondurane APPB ZICO ENS - Plus de 36 du territoire concerné par ces inventaires et protections - Des espaces récemment identifiés par le SDENE - De nombreux secteurs abritant des espèces faunistiques ou floristiques protégées : protections nationales ou régionales - Des secteurs cumulant souvent plusieurs enjeux : écologiques paysagers… Le SCoT doit : - identifier finement les secteurs à protéger de toute urbanisation - classer en zone naturelle les secteurs identifiés par des inventaires ou des réglementations FORT Gestion des décharges et dépôts - Des zones de décharges sauvages qui nuisent à la préservation des milieux et à la qualité du grand paysage - Enjeu lié au manque de décharge de classe 3 : création de la décharge du vallon des Frayères Le SCoT doit identifier des sites appropriés au stockage de déchets inertes et du BTP prenant en compte l’impact sur les milieux et l’accessibilité. Il doit prévoir un nombre suffisant de PAV et de déchetteries en fonction de l’accroissement prévisible de la population Ces structures doivent être localisées de manière pertinente MOYEN MAINTENIR LA BIODIVERSITE ET PRESERVER LE PATRIMOINE NATUREL Préserver la qualité des milieux aquatiques et humides - Des cours d’eau de bonne qualité générale mais des pollutions diffuses - Un assainissement non collectif source de pollutions locales - Une urbanisation croissante qui exerce une forte pression notamment en période d’étiage - Des usages multiples du lac de St Cassien avec une pression sur la qualité de l’eau et la quasi-disparition des milieux lacustres de la réserve de Fondurane - Des zones humides nombreuses sur le territoire et sensibles aux pollutions participant à cette qualité et recelant de nombreuses espèces patrimoniales Le SCoT doit : - garantir la préservation des ripisylves : pas de construction en bord de cours d’eau - garantir la préservation des zones humides et de leur espace de fonctionnalité vis-à-vis des pollutions des artificialisations des drainages… - participer à préciser les usages du lac de St Cassien - conditionner l’urbanisation nouvelle à un assainissement de qualité et une absence d’impact sur les milieux aquatiques - promouvoir la densification urbaine permettant de faciliter les conditions d’assainissement FORT Protéger la biodiversité et le fonctionnement écologique - Des milieux de nature ordinaire participant fortement au fonctionnement des écosystèmes et soumis à une forte pression foncière - Des zones humides qu’il convient de protéger des sources de pollutions et de dégradation - Un réseau écologique à prendre en compte : zones noyaux et corridors écologiques à préserver lutter contre les barrières urbaines - Une forte consommation d’espace Le SCoT doit : - prendre en compte les espaces de nature ordinaire afin d’en garantir la préservation - garantir la préservation des zones humides et de leur espace de fonctionnalité vis-à-vis des pollutions des artificialisations des drainages… - prendre en compte les corridors les zones noyau afin de maintenir la fonctionnalité écologique du territoire - Imposer une gestion économe de l’espace et promouvoir la densification urbaine - Fixer les limites de l’urbanisation permettant de garantir le maintien d’espaces non bâtis en quantité et en qualité suffisantes Le SCoT peut identifier une trame verte à l’échelle à l’échelle du territoire FORT

slide 92:

88 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 Thème Sous-thème Présence de l’enjeu sur le territoire Réponses attendues d’un SCoT Enjeu pour le territoire Préserver l’activité agricole et sylvicole - L’agriculture participe fortement à la gestion et au maintien des milieux ouverts - Une activité en difficulté face à la pression foncière - Des aménagements et une urbanisation qui peuvent gêner une exploitation forestière future - Une activité agricole qui a façonné les paysages d’aujourd’hui et qui participe directement à son entretien actuellement menacée par la pression urbaine - Une agriculture participant à l’économie locale et maintenant le lien entre producteurs et consommateurs Le SCoT doit : - identifier de façon précise les secteurs à vocation uniquement agricole dans lesquels toute construction est proscrite à adapter selon le degré de protection souhaité - garantir le maintien d’espaces agricoles en quantité et qualité suffisantes - protéger les sièges d’exploitation les accès agricoles vis-à-vis de la pression urbaine - garantir les accès pour la mobilisation des bois FAIBLE PROTECTION DES RESSOURCES NATURELLES ET LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS Gestion quantitative et qualitative de la ressource en eau souterraine - Forte dépendance aux conditions climatiques pour la recharge de la ressource en eau - Des objectifs de bon état des masses d’eau dans le cadre de la DCE et un contexte karstique sensible aux pollutions - Une forte pression sur la ressource en eau en augmentation liée à la multiplication des usages et à la croissance de la demande Le SCoT doit : - Affirmer la préservation de la ressource en eau comme un enjeu essentiel du territoire - Prendre en compte la disponibilité de la ressource comme un facteur limitant au développement du territoire - Garantir la protection des captages points vulnérables pour la qualité de la nappe - Lutter contre les pollutions de la ressource en exigeant un assainissement de qualité en préservant les zones humides FORT Garantir l’AEP du territoire - Une demande en eau potable de plus en plus forte en particulier quand la ressource est au plus bas - Une stratégie de nouvelles prospections aux dépens d’une stratégie d’économies de la ressource - Des usages concurrentiels de la ressource : agriculture AEP golfs piscine… - La disponibilité de la ressource contraindra nécessairement à terme le développement urbain du territoire Le SCoT doit : - Privilégier la densification urbaine permettant l’optimisation des réseaux - Prendre en compte la disponibilité de la ressource comme un facteur limitant au développement du territoire - Promouvoir les économies d’eau et l’usage raisonné de la ressource FORT Maintien de la qualité des eaux superficielles - Des zones humides et des abords de cours d’eau à préserver en raison de leur rôle positif sur la qualité des eaux - Une forte pression sur les plans d’eau dont le lac de St Cassien - Des régimes hydrologiques largement dépendants des conditions climatiques Le SCoT doit : - garantir la préservation des ripisylves : pas de construction en bord de cours d’eau - garantir la préservation des zones humides y compris les plans d’eau et de leur espace de fonctionnalité vis-à-vis des pollutions des artificialisations des drainages… - imposer un assainissement de qualité permettant d’éviter les pollutions des eaux de surface - anticiper et planifier les usages touristiques urbains du lac de St Cassien FAIBLE

slide 93:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 89 Thème Sous-thème Présence de l’enjeu sur le territoire Réponses attendues d’un SCoT Enjeu pour le territoire GESTION ECONOME DE L’ESPACE Garantir une gestion économe de l’espace - Une forte consommation d’espace liée à une urbanisation diffuse et principalement constituée de maisons individuelles - Une concurrence dans les usages de l’espace agriculture milieux naturels urbanisation… - Un mitage de l’espace constaté - Un territoire contraint par ses caractéristiques topographiques : une surface de développement assez faible qui doit inciter à la hiérarchisation des différentes vocations des espaces Le SCoT doit : Définir les conditions du développement urbain plus économe en espace : sur le plan quantitatif quels objectifs démographique et logement/surface : le ratio et sur le plan qualitatif les solutions les types de développement urbain possibles FORT Améliorer la densification urbaine - Un mitage urbain rendant difficile et coûteux l’aménagement et la gestion des réseaux ainsi que la desserte par d’éventuels transports en commun - Un espace compartimenté ne permettant pas de mixité sociale et fonctionnelle multipliant les déplacements - Un mitage urbain participant à la banalisation des paysages et à la destruction des espaces naturels et agricoles Le SCoT doit : - Densifier l’urbanisation afin d’optimiser les réseaux d’AEP d’assainissement d’alimentation électrique et de télécommunications - Promouvoir des formes d’habitat permettant une alternative à la maison individuelle très consommatrice d’espace - Regrouper commerces services de proximité et emplois dans une logique d’aménagement urbain durable FORT GERER LES RISQUES ET GARANTIR LA SECURITE DES BIENS ET DES PERSONNES Préservation de l’activité agricole - Un rôle majeur de l’agriculture dans la protection contre les risques feux de foret en participant au maintien de milieux ouverts Le SCoT doit : - identifier de façon précise les secteurs à vocation uniquement agricole dans lesquels toute construction est proscrite à adapter selon le degré de protection souhaité - garantir le maintien d’espaces agricoles en quantité et qualité suffisantes - protéger les sièges d’exploitation les accès agricoles vis-à-vis de la pression urbaine FAIBLE Prise en compte des risques naturels - Un enjeu important vis-à-vis des feux de forêt - Des risque inondation ruissellement et mouvements de terrain localement forts - Des zones humides et des ripisylves qui contribuent à limiter le risque inondation - Des boisements de pente permettant de retenir les sols face à l’érosion - Une urbanisation diffuse qui tend à augmenter la population exposée aux risques - Les risques d’incendies de forêt accrus par le mitage en forêt Le SCoT doit : - Prendre en compte les documents réglementaires existants : PPRIF cartes d’aléas - Inciter à la réalisation de plans de prévention des risques sur les secteurs qui en sont dépourvus - Préserver les zones humides et ripisylves qui permettent de limiter le risque inondation et ses conséquences - Prendre en compte la gestion des eaux pluviales et de ruissellement en amont de toute urbanisation nouvelle - Veiller à ne pas exposer de population nouvelle à des risques forts - Densifier l’urbanisation et lutter contre le mitage FORT Garantir la sécurité de l’alimentation électrique - Une alimentation électrique fragile - Une ressource locale pouvant être utilisée en secours : le barrage de St Cassien Le SCoT doit : - Promouvoir les ressources locales d’énergies renouvelables : solaire éolien bois-énergie - Promouvoir les économies d’énergie FAIBLE

slide 94:

90 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 Thème Sous-thème Présence de l’enjeu sur le territoire Réponses attendues d’un SCoT Enjeu pour le territoire PROTEGER LE PATRIMOINE CULTUREL PAYSAGER ET LE CADRE DE VIE Protection de la qualité de l’air - Une bonne qualité de l’air mais des dégradations locales liée à la seule source importante sur le territoire : la circulation automobile - Une sensibilité aux pollutions générée par les grandes zones urbaines et industrielles du littoral - Absence d’industries fortement émettrices sur le territoire Le SCoT doit : - Engager une politique de transports permettant de limiter le tout- automobile - Promouvoir les transports en commun et les modes doux et alternatifs - Regrouper commerces services de proximité et emplois dans une logique d’aménagement urbain durable FAIBLE Paysage et cadre de vie - Une urbanisation standardisée et proliférante qui nuit au caractère identitaire du paysage - Le paysage facteur d’attractivité tend vers la banalisation - Un développement urbain sans cohérence souvent le long des infrastructures Le SCoT doit : - Envisager un paysage tant sur le plan quotidien cadre de vie que sur le plan touristique paysage identitaire - Une gestion intégrée qui devra prendre en considération les deux composantes car les actions d’aménagement ont une influence directe sur les deux - Poser des limites à l’urbanisation : soit par les conditions de développement urbain soit en établissant des secteurs ou espaces agricoles ou naturels « d’intérêt majeur » ces espaces peuvent représenter des coupures à l’urbanisation. FORT Protection vis-à-vis des nuisances et pollutions - Des nuisances sonores liées à la circulation automobile - Des voies classées avec des zones de bruit imposant des règles d’urbanisme particulières - Un aérodrome dont le PEB n’est pas encore mis en place - Des nouveaux usages de l’aérodrome sources de nuisances sonores - Un grand nombre de sites identifiés comme susceptibles de présenter une pollution des sols Le SCoT doit : - Respecter les règles d’urbanisme liées aux infrastructures classées - Participer à la mise en œuvre rapide du PEB - Affirmer les usages de l’aérodrome - Limiter l’urbanisation autour des infrastructures linéaires - Engager une politique de transports permettant de limiter le tout automobile - Promouvoir les transports en commun et les modes doux et alternatifs - Diagnostiquer les risques de pollution des sols liés aux activités passées en amont d’urbanisation nouvelles FAIBLE Gestion des déchets - Une forte production de déchets ménagers - Des déchets ménagers non triés considérés comme des déchets ultimes - Risque de saturation rapide du centre de stockage des déchets ultimes à vérifier - Un bon niveau de tri mais des progrès à faire sur la gestion et la valorisation des déchets fermentescibles - Une nécessaire gestion des décharges et dépôts sauvages encombrants et déchets du BTP - Un manque de décharge classe 3 sur le territoire Le SCoT doit : - mener une réflexion sur la réduction des déchets à la source et notamment promouvoir le compostage individuel oui collectif - identifier des sites appropriés au stockage de déchets inertes et du BTP prenant en compte l’impact sur les milieux et l’accessibilité. - prévoir un nombre suffisant de PAV et de déchetteries en fonction de l’accroissement prévisible de la population Ces structures doivent être localisées de manière pertinente MOYEN EMISSIONS DE GES ET LE CHANGE Gestion de l’énergie - Une consommation énergétique croissante - Un fort potentiel pour les énergies renouvelables : solaire bois-énergie en approvisionnement local et éolien Le SCoT doit : - Encourager des économies d’énergie - Promouvoir les ressources locales d’énergies renouvelables : solaire éolien bois-énergie FAIBLE

slide 95:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 91 Thème Sous-thème Présence de l’enjeu sur le territoire Réponses attendues d’un SCoT Enjeu pour le territoire Emission de gaz à effet de serre - Une forte dépendance à l’automobile dont les principales raison sont : un ’habitat diffus des déplacements pendulaires et l’absence de transports en commun - Absence d’industries fortement émettrices sur le territoire Le SCoT doit : - Engager une politique de transports permettant de limiter le tout- automobile - Promouvoir les transports en commun et les modes doux et alternatifs - Une nécessaire réflexion sur la densification et la mixité des fonctions urbaines FAIBLE

slide 96:

92 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008

slide 97:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 93

slide 98:

94 Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 Synthèse Le territoire du SCoT de Fayence présente de nombreux atouts qui participent à sa richesse et à son attractivité : un patrimoine naturel riche et diversifié avec des habitats naturels fragiles abritant de nombreuses espèces rares patrimoniales ou protégées des espaces préservés qui contrastent avec l’artificialisation massive du littoral méditerranéen des paysages typiques liés au contexte naturel et aux activités traditionnelles… Mais le territoire est également un lieu en mutation où la pression urbaine est croissante elle-même liée à une demande de plus en plus forte des populations extérieures désireuses de s’installer dans ce lieu attractif. Le contexte économique et en particulier le prix du foncier en zone littorale ou dans les grandes villes renforcent d’autant l’attractivité du Pays de Fayence. Pour autant le territoire du SCoT dépend aussi de ressources naturelles limitées : une eau précieuse et dont la disponibilité est liée aux conditions naturelles des espaces subissant une concurrence d’usages entre urbanisation agriculture et zones naturelles des secteurs fragiles qu’il convient de préserver de toute dégradation sans parler des risques naturels qui doivent imposer un certain nombre de réserves sur les usages de l’espace. Enfin le territoire du SCoT ne peut être considéré de manière isolé : il doit s’inscrire dans une démarche globale de prise en compte des enjeux environnementaux nationaux et internationaux : préservation de la biodiversité lutte contre le réchauffement climatique maintien d’éléments clés participant au réseau écologique européen. La prise en compte de ces enjeux nécessite de bénéficier d’un document de planification intercommunal intégrant ces diverses dimensions. Le SCoT doit ainsi à notre sens permettre : - De répondre de manière satisfaisante aux enjeux urbains en planifiant le développement et en prenant en compte les facteurs limitant que sont notamment la disponibilité de la ressource en eau - De coordonner les usages de l’espace en définissant clairement les vocations des différents secteurs - D’apporter une réponse qualitative aux aménagements urbain infrastructures en les intégrant dans le paysage local en en conditionnant la réalisation à la prise en compte du contexte paysager et environnemental - D’apporter une réponse en termes de gestion des pics de population estivale assainissement AEP transports… - D’améliorer le cadre de vie de la population - De valoriser les économies locales traditionnelles garantes de la gestion de l’espace : agriculture et sylviculture - De promouvoir les alternatives dans les transports et le logement notamment permettant de limiter les consommations énergétiques. Prenant en compte ces enjeux environnementaux majeurs et intégrant les autres dimensions de la planification urbaine le SCoT du Pays de Fayence pourra alors relever le défi de l’avenir d’un territoire en profonde mutation.

slide 99:

Diagnostic environnemental du SCoT du Pays de Fayence – Mosaïque Environnement / Interland – Juillet 2008 95 Bibliographie SIVU de la Haute Siagne – Document d’objectifs du site Natura 2000 des Gorges de la Siagne – 2006 BEPA – Etude d’aménagement et de mise en valeur du Lac de St Cassien – Conseil général du Var et SIVOM du Pays de Fayence - 1991 EDF – Concession de distribution publique d’électricité SIE Fayence compte-rendu d’activité 2006 – 2006 SIVOM du Pays de Fayence – Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public d’élimination des déchets année 2006 – 14 mai 2007 Département du Var – Plan Départemental de Gestion des déchets ménagers et assimilés et des déchets de l’assainissement du Var – Janvier 2004 IDE Environnement – Plan de gestion des déchets du BTP du Var - Chambre d’Agriculture du Var – Le projet agricole de territoire du SCOT Canton de Fayence – 2006 Chambre d’Agriculture du Var – Etat des lieux diagnostic de l’agriculture varoise -2002 Comité de Bassin – Directive Cadre sur l’Eau annexe géographique 15 – 2005 CEEP – Réserve de Fondurane bilan des activités 2005 CAZAUBON LEGIER MUSSO PREVOT et al- Etude d’impact hydrobiologique de l’aménagement hydroélectrique de la Siagne - CAZAUBON FAYOLLE GARNIER – Etudes hydrobiologiques de l’étang de l’Olivier et du Lac de St Cassien - Anonyme – Les plantes adaptées aux jardins et espaces verts varois – 2007 Conseil Général BRGM – Schéma départemental des carrières du Var – 1998 DRIRE E2S – Compte rendu technique – 2006 – Service départemental du Canal de la Siagnole ADE – Dossier communal des risques majeurs - commune de Callian - VASCHIETTI – Pré diagnostic Scot du Canton de Fayence – 2005 ADAGE Environnement Conseil Général du Var – Schéma Départemental des Ressources et de l’Alimentation en Eau du Var – septembre 2006 Conseil Régional Provence-Alpes-Côte-D’azur – Plan Régional d’Elimination des Déchets Industriels de la région PACA Conseil Régional Provence-Alpes-Côte-D’azur – Plan régional pour la Qualité de l’Air PACA – 1999/2000 CODEP – Plan de Protection de l’Atmosphère du département du département du Var - 2007 BRGM – Schéma Départemental des Carrières du Var - 1998 IDE Environnement – Plan Départemental de Gestion des Déchets BTP du Var - 2006

authorStream Live Help