Paris de Robert Doisneau, Paris by Robert Doisneau

Views:
 
Category: Entertainment
     
 

Presentation Description

Paris de Robert Doisneau. Musique Charles Aznavour Les deux guitares. "Les poètes ne meurent jamais« Hommage à Charles Aznavour octobre 2018

Comments

Presentation Transcript

Slide5:

Le Basier du Trottoir, Le Baiser de l'hôtel de ville, 1950

Slide6:

Paris de Robert Doisneau Paris by Robert Doisneau musique: Charles Aznavour - Les deux guitares

Slide7:

"Les poètes ne meurent jamais« Hommage à Charles Aznavour octobre 2018

Slide8:

La gargouille de Notre Dame, 1969

Slide10:

Je vous salue ma rue, Jacques Prévert rue Lhomond, Paris 1955

Slide12:

Les grilles du Luxembourg, 1953

Slide14:

Bigoudène et Tour Eiffel,1950

Slide16:

La cavalerie du Champs de Mars, 1969

Slide18:

Le remorqueur du Champs de Mars, 1943

Slide20:

Les tabliers de la rue de Rivoli, Paris, 1978

Slide22:

Le manège de Monsieur Barré, Paris, 1954

Slide24:

Le violoncelle sous la pluie, Paris, 1957

Slide26:

Touriste américain, 1950

Slide28:

La dactylo du Vert Galant, Paris, 1947

Slide30:

Touristes à Notre Dame, 1956

Slide32:

 Vénus Prise À La Gorge, 1964

Slide34:

Les Chien du Marquis de Cuevas, Bois de Boulogne, Paris, 1953 

Slide36:

Le peintre du Pont des Arts, 1953

Slide38:

Le Fox-Terrier Au Pont des Arts, 1953

Slide40:

Les Amoureux aux Poireaux, 1950

Slide42:

La Muguet du Métro, 1953

Slide44:

Le baiser de l'Opéra, Paris, 1950

Slide46:

Amour et barbelés, Paris, Août 1944

Slide48:

Le Baiser Blotto, 1950

Slide50:

La maison de carton, Paris ,1957

Slide52:

Park Monceau, Paris, 1953

Slide54:

Vitrine, Gallery Romi, rue de Seine, Paris, 1948

Slide68:

Paris de Robert Doisneau, Paris by Robert Doisneau. Music Charles Aznavour Les deux guitares). "Les poètes ne meurent jamais« Hommage à Charles Aznavour , octobre 2018 images and text credit  www. Music Charles Aznavour Les deux guitares created olga.e. thanks for watching oes

Slide69:

Robert Doisneau est né en 1912 à Gentilly, en banlieue parisienne. Jeunesse grise derrière les rideaux de macramé d'une famille petite-bourgeoise, il apprend à 15 ans le métier de graveur lithographe à l'école Estienne et entre dans la vie active en dessinant des étiquettes pharmaceutiques. C'est chez André Vigneau, dont il devient le jeune opérateur en 1931, qu'il découvre le monde de la création artistique qui l'animera désormais. Quatre années au service publicité des usines Renault soldées par un licenciement pour retards répétés, lui permettent d'accéder au statut convoité de photographe indépendant. La guerre éclate alors mettant un frein brutal à ses projets. Dans l'euphorie des années d'après-guerre, bien qu'il soit quotidiennement soumis à la commande pour des raisons matérielles, il accumule les images qui feront son succès, circulant obstinément « là où il n'y a rien à voir », privilégiant les moments furtifs, les bonheurs minuscules éclairés par les rayons du soleil sur le bitume des villes. Quand il meurt en Avril 1994, il laisse derrière lui quelques 450 000 négatifs qui racontent son époque avec un amusement tendre et bienveillant qui ne doit toutefois pas masquer la profondeur de la réflexion, la réelle insolence face au pouvoir et à l'autorité et l'irréductible esprit d'indépendance. «Toute ma vie je me suis amusé, je me suis fabriqué mon petit théâtre.» Robert Doisneau

Slide70:

Robert Doisneau was born in 1922 in Gentilly, a suburb of Paris. After his undistinguished youth behind the macrame curtains of a conventional middle-class family, Robert is fifteen when he learns engraving and lithography at the Estienne School in Paris and starts designing labels for drug packaging. He becames a camera assistant at André Vigneau’s studio in 1931, where he discovers artistic outlets that will spur him on. The four years he spent working for the advertising department of Renault car maker, from where he was fired for repeated lateness, led him to the attractive position of independent photographer. World War II bursts out then, putting an end to his projects. Later, in the Parisian post-war euphoria, despite the fact that he daily deals with orders to make a living, he hoards the photos that will meet with great success, obstinately cruising where “there is nothing to see”, favoring furtive points, tiny pleasures lit by the ’ reflections of sunbeams on cities’ asphalt. When he died in April 1994, he left behind 450,000 negatives that tell an entertaining story of his time with a tender and observant eye, which must not hide the depth of his thought, his irreverent attitude toward power and authority, his relentlessly free-thinking mind. «I had fun throughout my lifetime, building my own small theater.» Robert Doisneau

Slide71:

Charles Aznavour Les deux guitares Les deux guitares est une merveilleuse composition aux rythmes enlevés et tziganes. Ca parle de vin, de femmes, de nostalgie, de spleen sur fond de guitares mélancoliques. Le texte est un bijou, constatant de noirs états d'âme et des questions existentielles. Crescendo, le titre progresse jusqu'à une fin splendide, Aznavour dérape, glisse, jouit, s'abandonne totalement dans un tourbillon de violons, et nous aussi.

Slide72:

Charles Aznavour Les deux guitares Deux tziganes sans répit Grattent leur guitare Ranimant du fond des nuits Toute ma mémoire Sans savoir que roule en moi Un flot de détresse Font renaître sous leurs doigts Ma folle jeunesse Ekh raz yechtcho raz yechtcho mnogo mnogo raz Ekh raz yechtcho raz yechtcho mnogo mnogo raz Jouez tziganes jouez pour moi Avec plus de flamme Afin de couvrir la voix Qui dit à mon âme Où as-tu mal, pourquoi as-tu mal? Ah t'as mal à la tête Mais bois un peu moins aujourd'hui tu boiras plus demain Et encore plus après-demain Je veux rire et chanter Et soûler ma peine Pour oublier le passé Qu'avec moi je traîne Apportez-moi du vin fort Car le vin délivre Oh versez, versez-m'en encore Pour que je m'enivre Deux guitares en ma pensée Jettent un trouble immense M'expliquant la vanité De notre existence Que vivons-nous, pourquoi vivons-nous? Quelle est la raison d'être? Tu es vivant aujourd'hui, tu seras mort demain Et encore plus après-demain Quand je serai ivre-mort Faible et lamentable Et que vous verrez mon corps Rouler sous la table Alors vous pourrez cesser Vos chants qui résonnent En attendant jouez Jouez je m'abandonne Ekh raz yechtcho raz yechtcho mnogo mnogo raz Ekh raz yechtcho raz yechtcho mnogo mnogo raz

authorStream Live Help