CONFAUTO

Views:
 
Category: Entertainment
     
 

Presentation Description

No description available.

Comments

Presentation Transcript

PowerPoint Presentation:

La Rahla – Octobre 2005

Berliet Le transsaharien:

La Rahla – Octobre 2005 Berliet Le transsaharien

Sénanque:

Sénanque La Rahla – Octobre 2005 Sénanque Il y a neuf cents ans, à partir de l'Abbaye de Citeaux, en Bourgogne, plus de sept cents monastères sont créés . Parmi ceux ci, Sénanque, consacrée en 1178. Après bien des vicissitudes, en 1969, les moines abandonnent Sénanque et se replient dans l'île Saint Honorat de Lérins. L’abbaye est alors sauvée par Louis Berliet et devient pendant près de vingt ans un centre culturel voué au Sahara et à la Musique. Le T100 et les collections scientifiques étaient là pour rappeler la vocation saharienne et les compétences industrielles de Berliet dont le camion Type M , de 1910, a été classé Monument Historique par le Ministère de la Culture

Flatters et le Transsaharien:

La Rahla – Octobre 2005 En 1880, Flatters avait quitté l'Algérie à la tête d'une mission militaire en direction du Soudan et du Lac Tchad. Un de ses objectifs était d’ étudier un tracé qui prolongeât la ligne ferroviaire de Biskra à Ouargla vers le sud, et aboutît au Soudan . Pour cela, dans son équipe, il emmène MM Roche, géologue, X-Mines, et Béringer, ingénieur des travaux de l'Etat. Mais, à Bir el Garama, où ces deux ingénieurs périssent, le rêve du chemin de fer transsaharien s’effondre . Il renaîtra plus tard dans sa version automobile. Flatters et le Transsaharien Né à Lyon le 21 janvier 1866, Marius Berliet a 15 ans en 1881, alors que le massacre de la mission Flatters fait la Une des journaux . La France entière, à cette époque , ne rêve que de Chemins de Fer et, accessoirement, d’Algérie et d’Afrique.

Berliet, Voitures ou Camions?:

La Rahla – Octobre 2005 Marius Berliet a commencé , en 1894, à fabriquer des moteurs et des voitures. En 1905, l’achat d’une licence à l' American Locomotive Company lui donne les moyens de prendre son essor industriel . Après s’être essayé indifféremment aux voitures et camions, une fois finie la seconde Guerre Mondiale, Berliet se spécialise définitivement dans la fabrication des poids lourds.. Berliet, Voitures ou Camions? La locomotive chasse buffle fabriquée par Alco devient l'emblème de la marque, alors que, en 1906, Berliet se met à fabriquer des camions La Berliet Dauphine de 1938

Premier Raid:

La Rahla – Octobre 2005 Préoccupé par la mise en valeur et le développement des territoires confiés a sa gestion, sans doute poursuivi par le rêve, actualisé du Transsaharien, M. Violette. Gouverneur Général de l’Algérie, décide en mai 1926 d'organiser un voyage d'étude au Sahara afin de déterminer ta valeur économique de relations entre la rive méditerranéenne et les colonies françaises du Soudan ( le Mali d’aujourd’hui) et de l'Afrique Occidentale . Le parcours retenu partirait simultanément d’Alger, Oran et Constantine pour rejoindre Bourem dans la boucle du Niger. Premier Raid Renault partira de Constantine et Berliet partira d’Alger. L’idée du transsaharien automobile est née!

1926 Berliet VPD:

La Rahla – Octobre 2005 Pour répondre à ce défi, Marius Berliet choisit des autobus. Trois Berliet VPD 6x4 dont les deux essieux arrière sont moteurs et dont le type de carrosserie était bien adapté à la mission : il fallait transporter, avec armes et bagages des personnalités du monde politique,administratif, industriel, commercial,.. ainsi que quelques officiers.. 1926 Berliet VPD

1926 Alger El Abiod :

La Rahla – Octobre 2005 Le 13 Novembre 1926, les VPD quittent Alger pour Blida et rejoignent, depuis cette ville, Djelfa en chemin de fer. Ils quittent Djelfa le 14 Novembre au matin et, après 315 km de piste arrivent à Ghardaïa le soir même. Le lendemain, ils atteignent le fort de Hassi El Abiod après 115 km de route car les passagers n’ont pu résister au plaisir de flâner un peu dans Ghardaïa! 1926 Alger El Abiod

1926 El Abiod – In Salah:

La Rahla – Octobre 2005 Le 16 Novembre, par une piste spécialement aménagée, les Berliet atteignent El Goléa où ils se reposent avant d’attaquer le Tadémaït. Ils campent, au soir du 18 , après 216 km de route, prés de Hassi Inifel, d’où sont partis Saint-Avit et Morhange avant leur rencontre avec Antinéa. De là ils atteignent péniblement ’Aïn Guettara, 240 km plus loin, le 20 Novembre à 4 h du matin . Enfin, sans plus de problème, In Salah est atteint. 1926 El Abiod – In Salah

1926 In Salah - Tamanrasset:

La Rahla – Octobre 2005 Après Hassi El Kreneg, ils font escale au superbe petit fort de Tadjemout, avant de prendre la passe d’Arak. Partis le 23 Novembre de Tadjemout, ils arrivent à In Eker à 5h du matin, le 24. « A In Eker, il n’y a absolument rien excepté un puits en construction » Et puis c’est In Amguel et ses roseaux, Tit enfin où moins de trente ans auparavant le Lieutenant Cottenest ouvrit la route du Hoggar Enfin Tamanrasset où le souvenir des deux amis, mystique et militaire, est encore très vivace et où l’ensemble de la Mission va se recueillir sur les modestes tombes de Charles de Foucauld et du Général Laperrine . Jusque là les Berliet n’ont eu aucun problème mécanique à l’exception de la rupture de quelques lames de ressort arrière! 1926 In Salah - Tamanrasset

1926 Tamanrasset – Tin Zaouaten:

La Rahla – Octobre 2005 En 1925, à Abalessa, ancienne capitale du Hoggar, des archéologues, dirigés par le Professeur Reygasse, ont découvert une sépulture , datée du IVe ou du Ve siècle, où se trouvait un squelette de femme bien conservé, ainsi qu’un mobilier funéraire, des bijoux en or et en argent et des pièces de monnaie à l’effigie de l’empereur romain Constantin. C’était la tombe de Tin-Hinan, l’ancêtre des Touaregs. 1926 Tamanrasset – Tin Zaouaten C’est là que la mission campe le Jeudi 25 novembre . Le lendemain, après avoir visité la tombe de Tin Hinan, sous la direction de Reygasse, la Mission Berliet 1926 fonce vers le Tanezrouft. Le but, Tin Zaouaten ils ne l’atteindront que le 28 Novembre à 9h45 du matin.

1926 Tin Zaouaten:

La Rahla – Octobre 2005 Cette piste qu’ils ont suivie, d’Abalessa à Tin Zaouaten, c’est celle qu’aurait dû suivre, de là haut, six ans auparavant, le Général Laperrine, qui au lieu d’atterrir normalement à Tin Zaouaten, capota prés d’Anesbaraka. 1926 Tin Zaouaten A Anesbaraka, le 5 Mars 1920, le Général s’éteint. Ses compagnons l’enterrent sous un pneu, son képi, un piquet…

1926 Kidal - Bourem:

La Rahla – Octobre 2005 Le Mardi 30 Novembre ils atteignent Kidal distant encore de Bourem de prés de 350 km. 1926 Kidal - Bourem Enfin, le Mercredi 1er Décembre 1926, vers 20h, après plus de 4000 km parcourus depuis Djelfa, sans ennui mécanique majeur, les trois Berliet arrivent à Bourem où les membres de la Mission embarquent immédiatement, à destination de Bamako, sur le Mage, le Bateau-Courrier du Niger.

1926 Tombouctou et retour:

La Rahla – Octobre 2005 Tombouctou est si prés de Bourem que les camions ne résistent pas au plaisir d’aller visiter cette cité si longtemps interdite. 1926 Tombouctou et retour Et puis, c’est le retour, par la même route avec, à Ghardaïa, l’honneur suprême pour les chauffeurs et les mécaniciens. Marius Berliet lui même, accompagné de son épouse, vient les féliciter!

Les exploits trans-sahariens de Berliet:

La Rahla – Octobre 2005 Les exploits trans-sahariens de Berliet Cette première mission, dès 1926, a montré que l’avenir du trans-saharien était sur pneus et non sur rail. Depuis cette date, en 50 ans, Berliet a aligné prés de 50 expéditions plus ou ou moins complexes, techniques ou commerciales, toutes en Algérie ou issues de l’Algérie. Mais la mémoire de Berliet en Afrique, au delà de ses camions dont beaucoup roulent encore, perdurera au travers de deux missions: -La première, Berliet Ténéré, en 1959, précurseur du mécénat scientifique et modèle, à l’époque, de communication. -La seconde, Berliet Tchad en 1960 qui, voulant désenclaver l’Afrique Centrale vers le Nord posa, en plein Ténéré, quelques balises rendues immortelles par Michelin. 1926 Mission Sahara-Niger, Alger-Tombouctou 1928 Essais sous contrôle militaire, Ouargla 1932 Mission Alger-Gao-Alger, concours militaire, camions à moteur diesel 1938 Rallye gazogène dans le sud algérien 1941 Mission saharienne Mory 1948, juin Essais sous contrôle militaire, Alger-In Salah 1950, février Alger-Tunis-Ghadames-Sebbah, première liaison 1950, juin Alger-Tunis-Sebbah-Tripoli, deuxième liaison 1950, décembre Alger-In Guezzam, essais sous contrôle militaire 1951, février Alger-Fort Flatters par le Gassi-Touil, sous contrôle militaire 1951, octobre Alger-Tunis-Sabbah-Ghat, troisième liaison 1951, novembre Alger-In Guezzarn-Abidjan., premier GLR en AOF 1954, mai Alger- Ouargla-Fort Polignac, essais 1955, janvier Alger- Ouargla-Fort Polignac, essais 1965, avril Oran-Ksabi, essais 1955, juin Essais sur pistes sahariennes, 11000 km en trois mois 1955, décembre Alger-Hassi-R'Mel-Fort Flatters, essais avec semi-remorque 1956, février Raid Touggourt-Fort Flatters 1956, avril Alger- Ghardaïa-Hassi Messaoud, essais 1956, avril Oran-Colomb Béchar-Tindouf-Tabelbala-Adrar, essais 1956, mai Touggourt-Fort Flatters par le Gassi-Touil, essais 1956, novembre Mission " pétroliers", Alger-Hassi R'Mel-Timimoun - Ouargla 1956, décembre Visite au Sahara de Paul Berliet, Touggourt-Fort Flatters-Alger 1956, décembre Oran-Tinfouchy-Tindouf 1957, janvier Régions d'El Golea et Timimoun, essais dans l'erg occidental 1957, juin Alger-Edjeleh, convoi d'essai 1957, juillet Essais dans l'erg occidental, sous contrôle de la CPA 1957, novembre Alger-Edjeleh, essais très difficile dans les dunes d'El Mislane 1958, janvier Touggourt-Bir Djedid, reconnaissance dans l'erg oriental 1958, mars Raid Trapil, région de Ouargla sous contrôle de Trapil et de l'UTAC 1958, juin Touggourt-El Oued, traversée nord erg oriental sous contrôle CGG 1958, août Essais erg occidental, nord de Timimoun sous contrôle militaire 1958, novembreRaid Touggourt-Djanet, première liaison par GBO 15 6 x 4 1958, novembreEssais caractéristiques véhicules,Ouargla, sous contrôle Trapil 1958, décembre Reconnaissance erg oriental Ouargla-Hassi Temassane contrôle BRP 1968, décembre Oran-Touggourt, première liaison du T 100 1959, février Reconnaissance dans l'erg oriental, Bir-Djedid 1959, mars Touggourt-Fort Thiriet, traversée de l'erg oriental contrôle Trapil 1959, avril Reconnaissance parcours Touggourt-Hassi Amrane, région erg oriental 1959, octobre Mission Ténéré, Alger-Fort Lamy 1960, avril Camions à un seul pont moteur Fort Lamy –Largeau-Fort Lamy 1960, mai Tripoli-Fort Largeau 1960, octobre Mission Tchad, Alger-Port Lamy 1967, juin Tunis-Gabes-El Borma-Fort Saint 1968, septembre Alger-Hassi Messaoud-El Borma 1971, septembre Alger-Hassi Messaoud-El Borma-Rhourb Ylacoub 1972, octobre Tunis-Ouargla-Gao-Niamey-Tamanrasset-Ouargla-Tunis 1973, octobre Raid Afrique Alger-In Guezzam-Abidjan-Tamanrasset-Ghardaïa-Tunis

1900-1933 Ténéré inconnu:

La Rahla – Octobre 2005 1900-1933 Ténéré inconnu Entre 1898 et 1900, Foureau et Lamy, avec plus de 1000 chameaux effleurent le Ténéré en manquant de peu la déroute du coté d’In Azaoua dans leur route vers ce qui deviendra Fort Lamy Toubeau de Maisonneuve , plus à l’ Est, depuis Djanet, à la fin de 1927, entame une reconnaissance du cours moyen du Tafessasset et rejoint In Azaoua puis In Ezzane avec les Méharistes de la Colonie du Niger . Un peu plus tard, dans le Tafessaset algérien, Killian, grand seigneur et inventeur des pétroles algérien et libyen, suicidé plus tard du coté de Grenoble, ratait de peu la mort en vue d’ In Afeleleh. Donc, en 1933, à l’avant veille d’une guerre annoncée, parcouru seulement par quelques Méharistes de la Colonie du Niger partant de Fort Dromard , le Ténéré, visité jusque là exclusivement à pied et à chameau, était toujours aussi vide et presque aussi méconnu.

1933 Wauthier – Bréard traversent le Ténéré:

La Rahla – Octobre 2005 1933 Wauthier – Bréard traversent le Ténéré Dernier grand raid avant la guerre , Wauthier en avion, et Bréard en Latil traversent le Ténéré d’In Azaoua.à Fort Dromard, plus connu sous le nom de Bilma, La Redoute Flatters à In Azaoua, érigée en 1898(?) par la mission Foureau Lamy et photographiée par Wauthier en 1933 Wauthier ne laisse pas de trace au Ténéré, mais il reçoit un Grand Prix de la Société de Géographie alors que Bréard, en camion, au Nord de l’Adrar Madet signe un Erg de son nom.

1959 Berliet Ténéré Le parcours:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré Le parcours Et en 1959, c’est la première mission au Ténéré, mission de préparation de la mission commerciale de 1960, mais aussi mission scientifique qui, en traversant pour la première fois le Ténéré du Nord au Sud s’efforcera notamment de démontrer les rapports antérieurs entre l’Oued Tafessasset qui démarre à In Afelelh, prés de Djanet, et le Lac Tchad. Depuis 1933, à cause de la guerre mondiale, et depuis 1954, à cause des « évènements » en Algérie, le Sahara, et, à fortiori le Ténéré, se sont repliés dans leur magnifique isolement. Mais pour Berliet, le Sahara doit être un trait d’union entre Alger et l’Afrique.

1959 Berliet Ténéré Le parcours:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré Le parcours Et en 1959, c’est la première mission au Ténéré, mission de préparation de la mission commerciale de 1960, mais aussi mission scientifique qui, en traversant pour la première fois le Ténéré du Nord au Sud s’efforcera notamment de démontrer les rapports antérieurs entre l’Oued Tafessasset qui démarre à In Afelelh, prés de Djanet, et le Lac Tchad. Depuis 1933, à cause de la guerre mondiale, et depuis 1954, à cause des « évènements » en Algérie, le Sahara, et, à fortiori le Ténéré, se sont repliés dans leur magnifique isolement. Mais pour Berliet, le Sahara est un trait d’union entre Alger et l’Afrique.

1959 Berliet Ténéré Les Hommes:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré Les Hommes Sur le plan scientifique, technique et sur celui de la communication, la mission est exceptionnellement organisée. Pour la Science, Vergne , Mauny , Hugot , Cornet ……. Pour la communication Brouty, Frison Roche , Grenoblois d’origine, algérois d’adoption et grand saharien, Lhote , vulgarisateur des fresques du Tassili. Brouty-La plage…. Le commandement, est assuré par le Général Laurent et par Maurice Berliet

1959 Berliet Ténéré Les Hommes:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré Les Hommes Sur le plan scientifique, technique et de la communication, la mission est exceptionnellement organisée. Pour la Science, Vergne , Mauny , Hugot , Cornet ……. Pour la communication Brouty, Frison Roche , Grenoblois d’origine, algérois d’adoption et grand saharien, Lhote , vulgarisateur des fresques du Tassili. Brouty-La plage…. Le Chef de la Mission est Mr Maurice Berliet

1959 Berliet Ténéré – La navigation:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré – La navigation Pour la navigation, la Mission emmène le Commandant Armand , du Service Géographique des Armées, qui, avec ses photos aériennes, plates et grises, a mené le convoi à travers des zones inconnues, sans carte, sans GPS …. La réussite de l’expédition a reposé en grande partie sur la compétence, la gentillesse et la prudence du Commandant Armand. Aucune erreur de jugement n’est venue entraver la marche de l’expédition.

1959 Berliet Ténéré – La navigation:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré – La navigation Pour la navigation, la Mission emmène le Commandant Armand , du Service Géographique des Armées, qui, avec ses photos aériennes, plates et grises, a mené le convoi à travers des zones inconnues, sans carte, sans GPS …. La réussite de l’expédition a reposé en grande partie sur la compétence, la gentillesse et la prudence du Commandant Armand. Aucune erreur de jugement n’est venue entraver la marche de l’expédition.

1959 Berliet Ténéré Les Véhicules:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré Les Véhicules Pour aller au Ténéré, en 1959, il faut évidemment des véhicules Ils sont tous là, à droite, devant Djanet, avant le saut dans l’inconnu. Il y a des Land Rover, une 88, celle de Maurice Berliet, le Chef, et des 109 car, à l’époque, les Toy n’existaient pas encore! . Techniquement, ce sont des GBC 8M 6x6. soit trois essieux , tous moteurs, avec un propulseur « Magic », Polycarburant , qui, à Hassi Messaoud a fait le plein avec du « Brut ». L’hélicoptère, enfin, c’est un Bell. Mais, la masse, c’est évidemment les Gazelle qui sont là pour leur première sortie, réussie, dans le Monde… La vitesse maximale des Gazelle est de 61 km/h.

1959 Berliet Ténéré Les Véhicules:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré Les Véhicules Et les «Gazelle » passeront presque partout .

1959 Berliet Ténéré – Les Étapes:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré – Les Étapes 17 Novembre Partie de Djanet à 11h du matin, la caravane campe à 122km au Sud, dans l’Erg d’Admer après être passée dans l’Oued Edjereou pour voir les vaches qui pleurent et avoir affronté son premier sable. 18 Novembre L’étape ne fait que 54km entre la fin de l’Erg et le puits d’In Afeleleh , la source du Tafessasset , le fleuve quaternaire dont le ite est le Ténéré : une récolte des Pebble Tools a bouleversé l’horaire!

1959 Berliet Ténéré – Les Étapes:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré – Les Étapes Le 23 Novembre les Gazelle campent au pied de l’Adrar Bous après être passées par deux collines mémorables de 10 m de haut : la Gara Toubeau et le Guelb Berliet Le 24 Novembre , après 229 km de désert inconnu, l’Adrar Madet est atteint! Le 26 Novembre ils passent à l’arbre du Ténéré

1959 Berliet Ténéré – Les Étapes:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré – Les Étapes 3 Décembre Après être passée au puits de Tazolé, la caravane Berliet atteint Agades où un peu de repos est accordé aux machines et aux hommes dans l’ancien palais que Ketama, le Sultan, avait offert à Kaocen le rebelle, en face de la mosquée. 6 Décembre Retour sur l’Arbre et de là, cap sur Termit! 7 Décembre Termit Sud, la fin du Ténéré et le début des zones sahéliennes est atteint ce jour là.

1959 Berliet Ténéré – Les Étapes:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré – Les Étapes Le Lac Tchad est atteint le 9 Décembre , et pour arriver à Fort Lamy, il va falloir le contourner par le Nord en passant par Mao, capitale du Kanem. 12 Décembre Après un accueil triomphal des Gazelle par la population et les autorités, c’est Paul Berliet qui vient à Fort Lamy féliciter les membres de la Mission 7 Décembre Termit Sud, la fin du Ténéré et le début de l’ancienne AOF.

1959 Berliet Ténéré – Dernières Étapes:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré – Dernières Étapes Maintenant, il faut remonter et le trajet est ambitieux puisqu’il traverse le Grand Erg de Bilma avec sa multitude de dunes orientées NE-SO

1959 Berliet Ténéré – Dernières Étapes:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré – Dernières Étapes

1959 Berliet Ténéré – BioSphère:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré – BioSphère Aujourd’hui, au Ténéré, il y a le Parc Naturel des Autruches et des Addax, balisé aux quatre coins et qui a vu s’affronter l’ état Nigérien et les Touaregs. Il n’y a plus aujourd’hui, là bas, ni autruche, ni addax car, ainsi que l’exprimait récemment un rebelle  repenti, la chair d’une seule Autruche peut nourrir 70 hommes. Les Autruches, heureuse- ment, sont toujours là : : le couple gardé en captivité à Iférouane vient de donner naissance à 6 autruchons. Les bébés et la maman se portent bien. En plein Ténéré nigérien, il n’y a plus grand chose : ni varan, ni outarde, ni gazelle, ni fennec

1959 Berliet Ténéré – BioSphère:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré – BioSphère Aujourd’hui, au Ténéré, il y a le Parc Naturel des Autruches et des Addax, balisé aux quatre coins et qui a vu s’affronter l’ état Nigérien et les Touaregs. Il n’y a plus aujourd’hui, là bas, ni autruche, ni addax car, ainsi que l’exprimait récemment un rebelle  repenti: la chair d’une seule Autruche peut nourrir 70 hommes. Les Autruches, heureuse- ment, sont toujours là : : le couple gardé en captivité à Iférouane vient de donner naissance à 6 autruchons. Les bébés et la maman se portent bien. En plein Ténéré nigérien, il n’y a plus grand chose : ni varan, ni outarde, ni gazelle, ni addax, ni fennec…

1959 Berliet Ténéré – BioSphère:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré – BioSphère Sans doute reste-t-il encore bien des gerboises et des bousiers au Ténéré… A Greïn, Tiffa, et autres lieux désolés ou singuliers, il y a beaucoup d’oiseaux, épuisés, momifiés…….. Mais, des Gazelles Damas, qui pèsent 75 kilos, déjà rares à l’époque, il n’y en a plus. Seules perdurent encore, à la lisière, quelques gazelles Dorcas de 25 k.

1959 Berliet Ténéré – BioSphère:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré – BioSphère Sans doute reste-t-il encore bien des gerboises et des bousiers, et, à Greïn, Tiffa, Guelb Berliet et autres lieux désolés ou singuliers, beaucoup d’oiseaux, épuisés, momifiés…….. Mais, des Gazelles Damas, qui pésent 75 kilos, sans doute déjà rares à l’époque, il n’y en a plus. Seules perdurent encore, à la lisière, quelques gazelles Dorcas de 25 k.

1959 Berliet Ténéré – BioSphère:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré – BioSphère Sur le plan végétal, le Ténéré présente deux visages: -un désert intégral, parsemé parfois de graminées -une végétation relativement abondante dans les oueds des massifs montagneux qui l’entourent. Mais il y aussi quelques exceptions célèbres tels l’Arbre du Ténéré et l’Arbre Perdu prés de Greïn. Et dans les montagnes, au bord du Ténéré , on trouve même quelques Oliviers de Laperrine, vestiges d’une végétation quasi méditerrannéenne

1959 Berliet Ténéré – BioSphère:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré – BioSphère Sur le plan végétal, le Ténéré présente deux visages: -un désert intégral, parsemé parfois de graminées -une végétation relativement abondante dans les oueds des massifs montagneux qui l’entourent. Mais il y aussi quelques exceptions célèbres tels l’Arbre du Ténéré et l’Arbre Perdu prés de Greïn. Et dans les montagnes, au bord du Ténéré , on trouve même quelques Oliveo Laperrini, vestiges d’une végétation quasi méditerrannéenne

1959 Berliet Ténéré – Premières Découvertes:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré – Premières Découvertes Cornet, hydro géologue du Service d’Études Scientifiques de l’Algérie , habitué aux grands espaces, seul, avec son chauffeur, dans sa Land 109 s’occupe de magnétisme et d’altitude. C’est lui qui est chargé de vérifier que le Tafessaset va bien se jeter dans le lac Tchad

1959 Berliet Ténéré – Premières Découvertes:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré – Premières Découvertes Cornet, hydro géologue du Service d’Études Scientifiques de l’Algérie , habitué aux grands espaces, seul, avec son chauffeur, dans sa Land 109 s’occupe de magnétisme et d’altitude. C’est lui qui est chargé de vérifier que le Tafessaset va bien dans le Tchad

1959 Berliet Ténéré – Pebble Tools:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré – Pebble Tools Prés d’In Afeleleh, Mauny et Hugot jubilent!

1959 Berliet Ténéré – Le poterie « Montangerand »:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré – Le poterie « Montangerand » Ainsi nommée par Frison Roche dans « Mission Berliet-Ténéré »

1959 Berliet Ténéré – Le »sous marin » du Blaka:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré – Le »sous marin » du Blaka

1959 Berliet Ténéré – Bilan scientifique:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré – Bilan scientifique Le bilan scientique de la Mission Ténéré est formalisé de façon exhaustive dans le magnifique ouvrage d’art édité par Berliet, à ses frais, en nombre limité à 133 exemplaires à la fin du voyage. Parmi ces découvertes, une des moins anciennes, mais sans doute une des plus fragiles, est cet ensemble de graffitis réalisés entre 1940, date probale de l’abandon de ce fort isolé, et 1960, dans le Bordj d’Agadem, car ils n’auront pas la chance, comme ceux du Fort Jesus à Mombasa, d’être emmurés et protégés pendant plusieurs siècles Lionel Balout, Professeur à l’Université d’Alger, invité à la traversée du Ténéré écrit, en préface de ce tirage limité, son admiration pour Berliet qui a fait une place éminente à la recherche pure dans une entreprise qui avait par ailleurs des objectifs techniques et commerciaux très différentsde ceux des scientifiques.

1959 Berliet Ténéré – Fin:

La Rahla – Octobre 2005 1959 Berliet Ténéré – Fin

1960 Berliet Ténéré – Berliet Tchad Transition:

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Ténéré – Berliet Tchad Transition Alors que la Mission Ténéré de 1959 se plaçait entièrement dans sa décennie, jusque dans le film qui en a été fait, la Mission Tchad se positionne dans l’essor industriel et commercial caractéristique des années 60. Cette nouvelle mission, qui tire les leçons de l’impossibilité pour des camions gros porteurs, à un seul pont, de passer l’Erg de Bilma, a essentiellement deux objectifs: Promouvoir, là bas, les GLR et les GLM à un seul pont moteur, et à pneus Michelin. Tracer la route où ils pourront court circuiter Delmas Vieljeux qui débarque sur l’Atlantique.

1960 Berliet Berliet Tchad début :

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Berliet Tchad début

1960 Berliet Tchad - Le parcours:

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Tchad - Le parcours Comme en 1959, la Mission Tchad part de Djanet, mais son parcours est différent. Il va plus vers l’Est pour retrouver la piste de Faya-Largeau à Fort Lamy Il doit permettre aux camions à un seul pont moteur d’éviter les zones trop sablonneuses.

1960 Berliet Tchad - Le parcours:

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Tchad - Le parcours Comme en 1959, la Mission Tchad part de Djanet, mais son parcours est différent. Il va plus vers l’Est pour retrouver la piste de Faya-Largeau à Fort Lamy Il doit permettre aux camions à un seul pont moteur d’éviter les zones trop sablonneuses.

1960 Berliet Tchad - Les véhicules:

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Tchad - Les véhicules On reprend les mêmes : le Bell, les Land Rover, les Gazelle,qui ont montré leur aptitude saharienne, mais surtout plusieurs camions à un seul pont moteur : deux GLM 10M et un GLR 8M Mais certains, dans le groupe, se sont embourgeoisés et il y a maintenant aussi des Land Rover Station Wagon, avec un toit en « dur » et des portes Pour Berliet, là encore, le vieux complice de Clermont a frappé: les 4x2 de l’expédition sont chaussés de pneus Michelin Sahara, surdimensionnés, des 1400x20 au lieu des 1100x20 d’origine. Tester l’ensemble est un des objectifs prioritaires de la mission.

1960 Berliet Tchad - Les véhicules:

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Tchad - Les véhicules Et les GLR et GLM passeront, sauf dans le sable très mou où la charge sur leur essieu avant les pénalise.

1960 Berliet Tchad - Les hommes:

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Tchad - Les hommes Maurice Berliet est toujours là et c’est le seul chef de cette mission. Le Commandant Armand assume toujours la navigation. Paul Berliet est là aussi. Parmi les scientifiques, Hugot et Mauny rempilent. Ainsi que Frison-Roche Et puis deux nouveaux, Quezel pour la Botanique et Cohen, Médecin

1960 Berliet Tchad - Les étapes:

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Tchad - Les étapes De Djanet à la frontière du Niger, c’est le Haut Ténéré avec un petit détour par les Monts Gauthier

1960 Berliet Tchad - Les étapes:

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Tchad - Les étapes Puis la piste rectiligne, de la frontière à Seguedine.

1960 Berliet Tchad - Les étapes:

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Tchad - Les étapes Enfin, Seguedine Fort Lamy par les confins du Tibesti.

1960 Berliet Tchad - Les étapes:

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Tchad - Les étapes Après Fort Lamy, ce sera le retour vers Seguedine , par le même chemin

1960 Berliet Tchad - Les étapes:

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Tchad - Les étapes Enfin, traversée plein Est du Ténéré, vers l’Adrar Bous et remontée sur Djanet

1960 Berliet Tchad - Biosphère:

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Tchad - Biosphère Beaucoup plus tournée vers le Tchad où courent encore les Oryx.

1960 Berliet Tchad - Préhistoire:

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Tchad - Préhistoire Un peu aux Monts Gautier et très peu dans le Tchad.

1960 Berliet Tchad - Préhistoire:

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Tchad - Préhistoire Mais heureusement, fructueuse halte à l’Adrar Bous.

1960 Berliet Tchad - Escapade grenobloise:

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Tchad - Escapade grenobloise Trente ans après Killian, Frison Roche ne résiste pas au plaisir de monter au Gréboun, si proche.

1960 Berliet Tchad - Balises:

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Tchad - Balises Pendant ce voyage, destiné à reconnaître, et éventuellement préparer, la Transsaharienne Alger – Fort Lamy, des balises sont posées. Plaque de tôle blanche et rouge, de 93 par 41 cm , sur un poteau de 2 m de haut. La mission commence son balisage en descendant, à partir de Seguedine où la Balise 1 est posée. Et elle les répartit, jusqu’à la 12 éme, après la frontière du Tchad, prés du croisement avec la Piste Leclerc qui remonte sur la Libye, à 400 km de Seguedine.

1960 Berliet Tchad - Balises:

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Tchad - Balises Pendant ce voyage, destiné à reconnaître, et éventuellement préparer, la Transsahrienne Alger – Fort Lamy, des balises sont posées. Plaque de tôle blanche et rouge, de xcm , sur un poteau de 2 m de haut. La mission commence son balisage en descendant, à partir de Seguedine où la Balise 1 est posée. Et elle répartit les autres, jusqu’à la 12 éme, jusqu’après la frontière du Tchad, prés du croisement avec la Piste Leclerc qui remonte sur la Libye, à 400 km de Seguedine.

1960 Berliet Tchad - Balises:

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Tchad - Balises Mais les plus significatives et celles qui perdurent dans la mémoire des Sahariens, de France ou du Niger, sont celles qui vont de Seguedine à l’Adrar Bous, posées, dans le vide absolu, à environ 100 km l’une de l’autre : 13 Seguedine 14 Tiffa 15 Greïn 16 Capot Rey 17 Adrar Bous Un peu plus à l’écart, la 18, au Guelb Berliet.

1960 Berliet Tchad - Balises:

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Tchad - Balises Mais les plus significatives et celles qui perdurent dans la mémoire des Sahariens, de France ou du Niger, sont celles qui vont de Seguedine à l’Adrar Bous, posées, dans le vide absolu, à environ 100 km l’une de l’autre : 13 Seguedine 14 Tiffa 15 Greïn 16 Capot Rey 17 Adrar Bous Un peu plus à l’écart, la 18, au Guelb Berliet.

1960 Berliet Tchad - Balises:

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Tchad - Balises Quatre autres balises jalonnent la fin du Ténéré vers Djanet La 19, au croisement de la piste d’In Afeleleh, à la gara Toubeau La 20 à découvrir car jamais répertoriée La 21 au pied des monts Gautier La 22 à coté du Mont Tiska.

1960 Berliet Tchad - Balises:

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Tchad - Balises Malheureusement, la route tracée en 1960 par Berliet n’a jamais été exploitée. Les indépendances d’abord, dans les années 60, les rébellions tchadiennes ensuite, l’instabilité algérienne et son repli sur soi, la rébellion targuie au Niger enfin ont bloqué cette route dont le terminus est toujours à Djanet. Mais la route transsaharienne a fait son chemin, plus à l’Ouest, et il est aujourd’hui possible de joindre Paris à Dakar. Demain sans doute, les frontières s’ouvriront et la piste Berliet, immortalisée par Frison-Roche et Michelin, pourra faire sa jonction avec la route de Djanet.

1960 Berliet Tchad - Berliet, le transsaharien:

La Rahla – Octobre 2005 1960 Berliet Tchad - Berliet, le transsaharien Le Général Laurent, dans sa note liminaire des « Documents Scientiques – Missions Berliet Ténéré-Tchad » écrit: Pourquoi la Société « Automobiles M. Berliet » a-t-elle entrepris par ses propres moyens et sans subventions ces expéditions fort onéreuses ? On pourrait y répondre évidemment que les retombées économiques seraient supérieures aux dépens. Que l’innovation était le moteur du progrès et de la réussite commerciale. Qu’il fallait montrer les Gazelle pour les vendre ensuite à l’Armée Française et montrer les GLR et GLM pour les vendre à la Communauté…. Mais, au delà de ces évidences, il faut rappeler que dès 1926, Berliet a toujours porté au Sahara , et surtout à la traversée du Sahara, un intérêt particulier. Commencées par Marius Berliet, dés 1926, l’esprit de ces expéditions a été repris et amplifié plus tard par Maurice Berliet puis Paul Berliet qui ont créé le Transsaharien sur pneus alors que sur rail il avait échoué.

authorStream Live Help