Mycoses et deficits immunitaires

Views:
 
Category: Entertainment
     
 

Presentation Description

No description available.

Comments

Presentation Transcript

Mycoses et déficits immunitaires : 

Mycoses et déficits immunitaires Patrick BOIRON Laboratoire de Mycologie, Faculté de Pharmacie, Lyon, France

Enseignement disponible à : : 

Enseignement disponible à : http://ispb.univ-lyon1.fr Laboratoires Mycologie Cours de mycologie Cours de IVème année Mycoses et déficits immunitaires - diaporama

Habitat des champignons pathogènes : 

Habitat des champignons pathogènes

Habitat des champignons pathogènes : 

Habitat des champignons pathogènes Les agents des mycoses peuvent avoir une origine endogène ou exogène

Champignons d’origine endogène : 

Champignons d’origine endogène Les champignons d'origine endogène sont représentés essentiellement par Candida albicans et Candida glabrata Candida albicans vit exclusivement dans le tube digestif de l'homme et de certains animaux

Champignons d’origine endogène : 

Champignons d’origine endogène La peau, contrairement aux muqueuses, n'est porteuse de Candida albicans que dans des cas pathologiques En revanche, une dizaine d'autres espèces de Candida (C. tropicalis, C. krusei, C. parapsilosis, C. pseudotropicalis, C. glabrata, …), et quelques espèces de Geotrichum, sont habituellement saprophytes des muqueuses et des téguments, mais se trouvent également dans la nature Geotrichum candidum

Champignons d’origine exogène : 

Champignons d’origine exogène L'immense majorité des champignons pathogènes ou potentiellement pathogènes sont d’origine exogène Ils sont généralement retrouvés dans le sol (Histoplasma capsulatum, Cryptococcus neoformans, Aspergillus fumigatus, agents des mucormycoses) et parfois sur des substrats organiques variés Histoplasma capsulatum Cryptococcus neoformans Aspergillus fumigatus

Adaptation à la vie parasitaire et pouvoir pathogène : 

Adaptation à la vie parasitaire et pouvoir pathogène

Pouvoir pathogène : 

Pouvoir pathogène Les champignons regroupent un nombre considérable d'espèces, estimé entre 100.000 et 250.000, largement répandus dans la nature : le sol, l'air ou l'eau et éventuellement sur des organismes vivants de nature animale ou végétale

Pouvoir pathogène : 

Pouvoir pathogène Sur ce nombre, peu d'espèces fongiques sont impliquées dans la pathologie humaine et vétérinaire Leur nombre est estimé à moins de 300, mais il s'élève chaque année car de plus en plus d'espèces considérées comme saprophytes deviennent capables de provoquer une infection à l'occasion de modifications générales ou locales du terrain de l'hôte

Champignons « parasites vrais » : 

Champignons « parasites vrais » Seules quelques espèces peuvent être considérées comme d'authentiques parasites : les dermatophytes anthropophiles : Microsporum audouinii Microsporum ferrugineum Trichophyton schoenleinii Triphophyton concentricum Epidermophyton floccosum Trichophyton schoenleinii Microsporum audouinii

Champignons « parasites vrais » : 

Champignons « parasites vrais » Un groupe de champignons dimorphiques, parfois très infectieux, renferme des espèces dont le niveau d'adaptation parasitaire est plus variable : Coccidioides immitis Histoplasma capsulatum Blastomyces dermatitidis Sporothrix schenckii et quelques autres …

Champignons « parasites vrais » : 

Champignons « parasites vrais » La primo-infection par les champignons dimorphiques est quasiment obligatoire en zone endémique Elle reste en général cliniquement inapparente ou ne se traduit que par des manifestations pathologiques discrètes

Champignons « parasites vrais » : 

Champignons « parasites vrais » La guérison est habituellement spontanée Toutefois : Un inoculum important Une souche particulièrement virulente Ou un état d'immunodépression peuvent conduire à une infection patente Coccidioïdomycose

Champignons opportunistes : 

Champignons opportunistes Enfin, de très nombreux agents des mycoses sont des espèces opportunistes Leur prolifération dans les tissus est un événement occasionnel qui n'est rendu possible que par des modifications générales ou locales du terrain de l'hôte (facteurs favorisants) : Candida albicans, Cryptococcus neoformans, Aspergillus fumigatus, ...

Adaptation à la vie parasitaire et pouvoir pathogène : 

Adaptation à la vie parasitaire et pouvoir pathogène Mode de contamination et de dissémination

Modes de contamination : champignons endogènes : 

Modes de contamination : champignons endogènes Des champignons endogènes acquis dès la naissance et/ou au cours de la vie, possèdent un caractère saprophytique obligatoire, mais qui n'est pas toujours permanent Candida albicans pénètre par la muqueuse du tractus digestif (mais peut aussi occasionnellement être introduit par l'intermédiaire des cathéters) Candida albicans

Modes de contamination : champignons exogènes : 

Modes de contamination : champignons exogènes Les champignons exogènes, sont généralement véhiculés par l'air et/ou les poussières

Modes de contamination : champignons exogènes : 

Modes de contamination : champignons exogènes Ils sont le plus souvent inhalés (Aspergillus fumigatus, Histoplasma capsulatum, Coccidioides immitis, ...), mais d'autres voies d'entrée dans l'organisme, variant avec l'espèce fongique en cause, existent : Micro-effraction cutanée (dermatophytes) Inoculation dans les téguments (Sporothrix schenckii, agents de la chromoblastomycose, agents des mycétomes)

Modes de contamination : 

Modes de contamination Certains champignons sont susceptibles d'utiliser plusieurs voies de pénétration : Cryptococcus neoformans envahit souvent l'organisme par voie respiratoire mais peut aussi pénétrer par la peau La porte d'entrée habituelle de Blastomyces dermatitidis est pulmonaire, mais son inoculation cutanée n'est pas rare

Extension locale : 

Extension locale L'extension locale dépend en partie des propriétés physiologiques des champignons : Extension centrifuge des champignons kératinophiles comme les dermatophytes Adhérence cellulaire des Candida Perforation cellulaire par les filaments des Aspergillus et des Candida

Dissémination : 

Dissémination La dissémination relève généralement d'un passage du champignon dans les vaisseaux : septicémie d'origine veineuse par envahissement progressif L'absorption digestive (pinocytose) par les entérocytes joue probablement un rôle, de même que le transport des microorganismes par les cellules phagocytaires (macrophages et/ou polynucléaires) Champignon Macrophage

Vie cryptique : 

Vie cryptique Certains champignons peuvent persister vivants mais inactifs dans l'organisme pendant des années et exercer un jour leur pouvoir pathogène (Histoplasma)

Contagion : 

Contagion La contagion interhumaine n'existe pas pour les mycoses systémiques. La transmission interhumaine ou de l'animal à l'homme n'existe que pour quelques mycoses superficielles : Dermatophyties à agents anthropophiles Candidose génitale

Adaptation à la vie parasitaire et pouvoir pathogène : 

Adaptation à la vie parasitaire et pouvoir pathogène Colonisation des muqueuses

Colonisation : 

Colonisation Les infections débutent généralement à partir des muqueuses des tractus respiratoire, digestif ou uro-génital La peau saine est habituellement résistante à la colonisation et la pénétration de la plupart des agents pathogènes voie génitale

Colonisation : 

Colonisation Pour exercer son pouvoir pathogène, le champignon doit pouvoir : Atteindre les surfaces épithéliales à travers le mucus superficiel sans être éliminé par le flux muqueux Résister à l'action inhibitrice de microorganismes commensaux ainsi qu'aux moyens de défense spécifiques et non spécifiques de l'hôte Adhérer aux cellules Champignon

Adhésion : 

Adhésion Une séquence d’évènements physico-chimiques est à l’origine de l'adhérence de Candida albicans aux muqueuses, mais également aux mucines qui tapissent le tractus digestif, au cours de laquelle interviennent : La charge de surface des levures Des interactions hydrophobes Des interactions plus spécifiques impliquant de véritables ligands de la surface cellulaire (adhésines)

Adaptation à la vie parasitaire et pouvoir pathogène : 

Adaptation à la vie parasitaire et pouvoir pathogène Pénétration et dissémination dans l’organisme

Pénétration dans les tissus : 

Pénétration dans les tissus Hormis le cas de champignons pénétrant dans l'organisme par voie traumatique, le 2ème facteur essentiel conditionnant la pathogénicité du germe est sa capacité à pénétrer à travers les tissus

Pénétration dans les tissus : 

Pénétration dans les tissus Dans certains cas, la pénétration reste limitée aux cellules épithéliales (candidose, dermatophyties) Dans d'autres cas, la pénétration est plus profonde et le champignon est susceptible de provoquer une infection systémique ou généralisée (candidose profonde, cryptococcose méningée, aspergillose invasive)

Pénétration dans les tissus : 

Pénétration dans les tissus La pénétration tissulaire exige des équipements enzymatiques complexes (kératinases, collagénases, élastases des dermatophytes, protéases de Candida albicans), en particulier lorsqu'il s'agit de tissus composés de scléro protéines (ongle, épithéliums oesophagiens ou vaginaux) Malgré de nombreux travaux portant sur la morphogénèse, en particulier sur la transformation levure-mycélium, aucune influence prépondérante de facteur n'a pu être mis en évidence

Croissance intra-tissulaire : 

Croissance intra-tissulaire La capacité de croître et de se développer dans les tissus de l'hôte conditionne le 3ème élément essentiel du caractère pathogène des champignons Généralement, leur croissance est lente et devient plus rapide au fur et à mesure de la libération de composants nutritifs au cours de la lyse des tissus Les enzymes produites par le champignon, peuvent accélérer le processus

Interférence avec les mécanismes de défense de l’hôte : 

Interférence avec les mécanismes de défense de l’hôte

Mécanismes de défense : 

Mécanismes de défense Les mécanismes de défense de l’hôte sont d’une double nature : D’abord non spécifiques Puis spécifiques aux microorganismes en cause

Interférence avec les mécanismes de défense de l’hôte : 

Interférence avec les mécanismes de défense de l’hôte Mécanismes de défense non spécifique : réponse inflammatoire

Réponse inflammatoire : 

Réponse inflammatoire La réponse inflammatoire est le plus important des mécanismes non spécifiques de défense de l'hôte Elle est activée par la pénétration d'éléments fongiques au sein des couches profondes de la peau ou des muqueuses, ou dans les organes profonds constituant habituellement un milieu stérile (poumon, appareil urinaire, système nerveux central, ...)

Réponse inflammatoire : 1ère étape : 

Réponse inflammatoire : 1ère étape La réponse inflammatoire comporte d'abord, la production de composés chimiques solubles, toxiques pour les germes (lysozymes, cytokines, interféron, complément et protéines de phase aiguë)

Réponse inflammatoire : 2ème étape : 

Réponse inflammatoire : 2ème étape Puis, les cellules phagocytaires interviennent : Macrophages Polynucléaires neutrophiles, exerçant un rôle central dans la défense contre l'infection fongique

Réponse inflammatoire : 3ème étape : 

Réponse inflammatoire : 3ème étape Les autres cellules jouant un rôle dans la réponse non spécifique sont les polynucléaires basophiles, les mastocytes, les polynucléaires éosinophiles, les plaquettes et les cellules "tueuses naturelles"

Interférence avec les mécanismes de défense de l’hôte : 

Interférence avec les mécanismes de défense de l’hôte Mécanismes de défense spécifique : réponses immunitaires humorale et cellulaire

Lymphocytes B et anticorps : 

Lymphocytes B et anticorps L'immunité humorale ne joue pas un rôle très important contre l'invasion fongique Les anticorps peuvent, toutefois, intervenir par opsonisation et/ou activation du complément Leur présence, parfois utile dans un but diagnostique, traduit plus l'immunisation que l'immunité

Lymphocytes T : 

Lymphocytes T La fréquente survenue d'infections fongiques chez les patients dont les défenses immunitaires à médiation cellulaire sont altérées, illustre le rôle central des lymphocytes T et du couple macrophage / lymphocyte T dans les mécanismes de défense contre l'invasion fongique

Facteurs favorisants : 

Facteurs favorisants

Facteurs favorisants : 

Facteurs favorisants Rupture des barrières cutanée et muqueuse

Macération : 

Macération Une humidité excessive, la chaleur et les effets irritants de l'urine peuvent altérer l'épithélium (candidoses superficielles du périnée et de l'aine)

Excoriations : 

Excoriations Les excoriations cutanées ou muqueuses, mêmes minimes, peuvent favoriser le développement de mycoses superficielles et sous-cutanées

Blessure : 

Blessure Dans les régions tropicales, des plaies par inoculation avec implantation de débris végétaux contaminés par des éléments fongiques peuvent être à l'origine d'infections sous-cutanées (chromomycose, mycétome) Mycétome Chromomycose

Cathéters : 

Cathéters En milieu hospitalier, les techniques invasives ouvrent aussi la voie aux infections L'usage très répandu des cathéters intraveineux, en particulier centraux pour chimiothérapie et alimentation parentérale, peut être responsable d'infections fongiques graves (septicémie)

Sondes : 

Sondes Les sondes urinaires peuvent aussi être à l'origine d'infections fongiques, restant localisées et pouvant disparaître par simple retrait de la sonde

Chimiothérapie : 

Chimiothérapie La plupart des médicaments antitumoraux provoquent des ulcérations au niveau de l'oropharynx et du tube digestif L'infection secondaire des ulcérations digestives par des Candida constitue le point de départ pour la dissémination de la maladie

Facteurs favorisants : 

Facteurs favorisants Perturbation de la flore endogène

Antibiothérapie : 

Antibiothérapie L'emploi d'antibiotiques à large spectre ou d'antiseptiques modifie la flore microbienne endogène et favorise la colonisation de la bouche et du rectum par différentes levures du genre Candida La suppression des bactéries anaérobies et de cocci à coloration de Gram positive, qui ont le même récepteur d'attachement cellulaire, et les modifications quantitatives du microbisme, semblent favoriser le développement fongique

Facteurs favorisants : 

Facteurs favorisants Facteurs généraux

Facteurs généraux : 

Facteurs généraux Hypoprotidémie Diabète Taux de fer et de zinc sériques jouant un rôle dans l'établissement d'une infection fongique

Facteurs généraux : 

Facteurs généraux Rôle des hormones (les femmes résistent mieux que les hommes à de nombreuses mycoses) Stéroïdes, qui exercent un effet dépresseur à divers niveaux du système immunitaire : Diminution des réponses inflammatoires aiguë et chronique Interférence avec l'élimination des corps étrangers Altération de la cicatrisation des plaies Diminution de la production d'anticorps

Facteurs généraux : 

Facteurs généraux Chimiothérapie, provoquant une déplétion des leucocytes Immunosuppresseurs largement utilisés en cancérologie et dans les transplantations, qui interfèrent avec l'immunité cellulaire et/ou l'immunité humorale

Facteurs favorisants : 

Facteurs favorisants Perturbation de la fonction des macrophages, neutrophiles et des monocytes

Rôle des macrophages : 

Rôle des macrophages La germination des spores est essentielle à la dissémination des Aspergillus et le macrophage alvéolaire semble avoir pour rôle fondamental la prévention de ce phénomène Le macrophage n'est efficace que sur les spores non germées Aspergillose

Anomalies des macrophages : 

Anomalies des macrophages Des anomalies de la fonction des macrophages alvéolaires ont été évoquées dans les infections pulmonaires à Aspergillus

Déficience des polynucléaires : 

Déficience des polynucléaires Les polynucléaires peuvent être déficients sur le plan qualitatif (granulomatose septique chronique) ou, plus fréquemment, sur le plan quantitatif (chimiothérapies aplasiantes)

Déficience de PN neutrophiles : 

Déficience de PN neutrophiles Plus rarement, on peut rencontrer des polynucléaires (PN) neutrophiles fonctionnellement défectueux (leucémie aiguë)

Déficience de PN neutrophiles : 

Déficience de PN neutrophiles L'insuffisance neutrophile peut aussi avoir pour origine des anomalies du complément, telle qu'une génération anormale de facteurs chimiotactiques neutrophiles D'autres anomalies des neutrophiles peuvent provoquer une diminution de l'opsonisation

Déficience de PN neutrophiles : 

Déficience de PN neutrophiles Le neutrophiles des patients atteints de diabète sucré ont une capacité d'élimination des Candida significativement réduite qui se restaure, au moins partiellement, lorsque le diabète est équilibré

Déficience de PN neutrophiles : 

Déficience de PN neutrophiles Certains antibiotiques, tels que les aminosides, altèrent la fonction neutrophile L'amphotéricine B peut aussi inhiber la migration des polynucléaires neutrophiles

Déficience des monocytes : 

Déficience des monocytes Les monocytes jouent un rôle au cours de la granulomatose familiale chronique, dans laquelle l'aspergillose invasive est une complication courante Dans cette maladie, les monocytes produisent en quantité insuffisante de peroxyde d'hydrogène et d'autres produits potentiellement microbicides du métabolisme oxydatif Des troubles de la fonction monocytaire (anomalies du chimiotactisme et de l'activité respiratoire) ont aussi été observés dans la candidose cutanéo-muqueuse chronique

Facteurs favorisants : 

Facteurs favorisants Altération des défenses immunitaires à médiation cellulaire

Déficience des lymphocytes T : 

Déficience des lymphocytes T Les lymphocytes T jouent un rôle central dans les mécanismes de défense contre l'invasion fongique, comme en témoigne la fréquente survenue de mycoses chez les patients dont les défenses immunitaires à médiation cellulaire sont altérées (candidose)

Déficience des lymphocytes T : 

Déficience des lymphocytes T Le SIDA, où le déficit immunitaire est surtout cellulaire, illustre parfaitement cette sensibilité aux infections fongiques Les transplantations d'organes, la maladie de Hodgkin, la sarcoïdose sont d'autres situations comportant un déficit de l'immunité cellulaire favorables au développement de mycoses

Aspects pathologiques de quelques mycoses : 

Aspects pathologiques de quelques mycoses

Candidoses : 

Candidoses Les candidoses sont les mycoses humaines les plus fréquentes

Candidoses : 

Candidoses L’espèce la plus fréquente, Candida albicans, est un saprophyte du tube digestif, alors qu’une dizaine d’autres espèces de Candida (C. glabrata, C. tropicalis, C. kefyr, C. guilliermondii, C. krusei, ...) peuvent se retrouver sur la peau ou dans le tube digestif Chlamydospore Blastospores # 1 Pseudo-mycélium # 2

Candidoses : 

Candidoses Devenant pathogènes sous l’influence de divers facteurs favorisants, leur dissémination est généralement d’origine endogène et se fait à partir du tube digestif par contiguïté vers les voies génitales, respiratoires, ou la peau, ou par voie hématogène vers les organes profonds PAS Gram

Candidoses cutanées : 

Candidoses cutanées Les Candida responsables de mycoses cutanées … : Intertrigos : fessier, périanal, inguinal, interdigital, axillaire Perlèche Onyxis Abcès divers

Candidoses de muqueuses : 

Candidoses de muqueuses … de mycoses des muqueuses … : Muguet buccal des nourrissons et des vieillards Vaginite chez les femmes enceintes Balanite

Candidoses digestives : 

Candidoses digestives … de mycoses digestives … : candidoses oropharyngées et oesophagiennes au cours du SIDA

Candidoses viscérales : 

Candidoses viscérales … de mycoses broncho-pulmonaires, de mycoses viscérales (abcès cérébraux, rénaux, pleuraux, ...)

Recrudescence des candidoses : 

Recrudescence des candidoses On observe depuis quelques années à un accroissement des infections à Candida, notamment des infections candidosiques profondes d’origine nosocomiales

Facteurs favorisants : 

Facteurs favorisants Les facteurs favorisants des candidoses incluent : Des facteurs physiologiques : âge, grossesse Des facteurs locaux : macération, humidité, traumatismes, brûlures, … Des altérations de l’organisme : Endocrinopathies : diabète Immunodépression : SIDA Affections intercurrentes : infection, cancer, ... Des facteurs iatrogènes : Médicaments : antibiotiques, corticoïdes, immunosuppresseurs, ... Chirurgie digestive et cardiaque Transplantation d’organes Cathéters intraveineux, prothèses, …

Cryptococcose : 

Cryptococcose La cryptococcose est une infection cosmopolite du système nerveux central et des méninges, dont la porte d’entrée est le plus souvent pulmonaire

Cryptococcose : 

Cryptococcose Des lésions cutanées peuvent se manifester secondairement, ainsi qu’au niveau des muqueuses, des os et des articulations

Cryptococcose : 

Cryptococcose Auparavant peu fréquente (observée chez les malades leucémiques ou cancéreux), cette mycose est actuellement l’une des plus fréquentes chez les patients atteints de SIDA

Cryptococcose : 

Cryptococcose La principale espèce pathogène : Cryptococcus neoformans, comporte trois variétés : C. neoformans var. neoformans C. noeformans var. gattii C. neoformans var. grubii Filobasidiella neoformans

Cryptococcose : 

Cryptococcose La première variété se retrouve communément en Amérique et en Europe, dans les fientes d’oiseaux

Cryptococcose : 

Cryptococcose La seconde est liée aux arbres Eucalyptus, qui constituent leurs biotopes

Aspergilloses : 

Aspergilloses Les aspergilloses sont essentiellement des mycoses de l’appareil respiratoire, et occasionnellement des sinusites, des otites du conduit auditif externe, des kératites, des endocardites ou des surinfections de plaies ouvertes (traumatisme, brûlures)

Facteurs favorisants : 

Facteurs favorisants Les facteurs favorisants varient selon les formes pathologiques L’aspergillose pulmonaire invasive, peut se disséminer à tous l’organisme (atteinte cérébrale, cardiaque ou cutanée) et est mortelle dans plus de 80 % des cas Les facteurs favorisants sont représentés par la neutropénie prolongée, observée chez les greffés de moelle ou d’organes, chez les patients de services d’hématologie, chez les patients sous corticothérapie au long cours

Aspergilloses : 

Aspergilloses Ces mycoses sont provoquées par des moisissures, très fréquentes dans l’environnement (matières organiques en décomposition, silos, composts, bottes de foin)

Aspergilloses : 

Aspergilloses Espèces thermotolérantes, Aspergillus fumigatus et Aspergillus flavus sont le plus souvent en cause

Zygomycoses : 

Zygomycoses Les zygomycoses sont des affections cutanées, pulmonaires ou cérébrales dues à des champignons coenocytiques de la classe des Zygomycètes

Mucormycoses : 

Mucormycoses Les mucormycoses, secondaires à un état de déficience de l’organisme (diabète, leucémie, brûlure, etc.) peuvent être pulmonaires, cérébrales ou cutanées, et sont dues à des champignons cosmopolites extrêmement fréquents de l’ordre des Mucorales (Absidia, Mucor, Rhizopus, et plus rarement Cunninghamella, Syncephalastrum)

Histoplasmoses : 

Histoplasmoses Deux types d’histoplasmose dues à deux champignons dimorphiques : Histoplasma capsulatum var. capsulatum Histoplasma capsulatum var. duboisii

Histoplasmoses : 

Histoplasmoses Les deux histoplasmoses diffèrent par leurs aires de répartition géographique, leur tableau clinique et la forme des champignons responsables dans l’organisme (mais pas en culture, où les deux agents fongiques sont strictement semblables) Histoplasma capsulatum Histoplasma duboisii

Histoplasma capsulatum : 

Histoplasma capsulatum L’histoplasmose américaine, due à Histoplasma capsulatum, s’observe aux Etats-Unis (vallée du Mississipi), mais aussi en Amérique Centrale et en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie, mais pas en Europe

Histoplasma capsulatum : 

Histoplasma capsulatum Elle est contractée par inhalation (les spores fongiques se retrouvent dans les poussières de fermes, le sol des pigeonniers ou des grottes riches en guano de chauve-souris

Histoplasma capsulatum : 

Histoplasma capsulatum La forme pulmonaire généralement bénigne peut être suivie d’une forme disséminée grave (atteintes réticulo-endothéliales et muco-cutanées)

Histoplasma capsulatum : 

Histoplasma capsulatum Aux USA, l’histoplasmose est fréquente chez les patients immunodéprimés et représente, chez les patients atteints de SIDA, la 3ème mycose en importance après la candidose et la cryptococcose

Pénicilliose : 

Pénicilliose La pénicilliose à Penicillium marneffei est une mycose systémique opportuniste qui a émergé il y a une douzaine d’années Les immunodéprimés (SIDA) vivant ou voyageant en Asie du Sud-Est, mais également les immunocompétents résidants en zone d’endémie

Pénicilliose : 

Pénicilliose Penicillium marneffei, champignon dimorphique

Pénicilliose : 

Pénicilliose En zone d’endémie : Sixième cause de mortalité chez les sidéens Troisième rang des infections opportunistes après la tuberculose et la cryptococcose