Les méandres libres du Cher

Views:
 
Category: Others/ Misc
     
 

Presentation Description

Fonctionnement morphodynamique historique et actuel des méandres libres du Cher Thomas DEPRET (Université Paris 8)/Adrien ALBER (DREAL Centre)

Comments

Presentation Transcript

Incision du lit du Cheret perspectives de restauration : 

Incision du lit du Cheret perspectives de restauration Dépret Thomas1, Alber Adrien2 1Université Paris 1 et Laboratoire de Géographie Physique, CNRS UMR 8591 2DREAL Centre 7ème Rendez-vous annuel entre la communauté scientifique et les gestionnaires du bassin de la Loire et ses affluents Orléans, 18 septembre 2013

Contexte et objectifs : 

Contexte et objectifs Incision du lit du Cher au cours du XXème siècle Incision ni quantifiée ni spatialisée Causes exactes non identifiées

Enjeux : 

L’enfoncement des lits est susceptible de provoquer Une réduction de la diversité écologique au niveau du lit mineur et du lit majeur Une déstabilisation-fragilisation des ouvrages d’art Une diminution du volume des nappes alluviales et donc de la ressource en eau Une perte de capacité auto-épuratrice des eaux lorsque le bedrock est atteint et/ou lorsque diminue la fréquence de débordement Une aggravation du risque inondation à l’aval des zones incisées Enjeux Problèmes en rapport avec les enjeux des SAGE du Cher Implications pour la DCE

Localisation et période d’étude : 

Localisation et période d’étude 1856 2013

Plan de la présentation : 

1 - Les étapes de l’enfoncement. Quantification et spatialisation 2 - Les causes de l’incision 3 - Perspectives en matière de rehaussement de la ligne d’eau 4 - L’usage de ces connaissances en matière de gestion opérationnelle Plan de la présentation

Méthodologie : 

Comparaison de profils de lignes d’eau d’étiage : 1856-1932-1989-2005 Comparaison de profils du fond du lit : 1856-2010 Evolution du minimum annuel aux stations limnimétriques Méthodologie

Evolution (1) : 

Evolution diachronique Incision amorcée, au moins localement, entre 1856 et 1932 Essentiel de l’incision survenue entre 1932 et 1989 Pas d’évolution globale détectable depuis 1989 Evolution (1)

Evolution (2) : 

Evolution (2) Evolution 1932-1989

Evolution (3) : 

Plaine alluviale de Saint-Amand-Montrond Evolution du fond du lit 1856-2010 Evolution (3)

Evolution (4) : 

Evolution minimum annuel Incision 1910-2012 « 0 » Echelles Incision mi-XIXème – 2013 Saint-Amand = 1,25 m Vierzon = 2,3 m Evolution (4) Saint-Amand 0,65-1,2 m Vierzon 1,5-2,35 m

Les causes de l’incision (1) : 

Causes de l’incision 1856-1932 Hypothèse des protections de berges et de la rétraction du lit 1932-1989 Extraction de matériaux principalement Protections de berges secondairement Les causes de l’incision (1)

Les causes de l’incision (2) : 

Les causes de l’incision (2) Localisation extractions 1950-1993 Extractions affluents Loire – 1981-1994 Cher – Extractions par dpt – 1981-1993 Milliers de tonnes Milliers de tonnes / km 28 % du linéaire touché Dambre, 1995 Dambre, 1995

Les causes de l’incision (3) : 

Les causes de l’incision (3) Extraction et incision – 1950-1993

Perspectives (1) : 

Perspectives (1) Quantification du déficit induit par les extractions

Perspectives (2) : 

Les apports sédimentaires potentiels Amont du bassin Inenvisageable : barrage de Rochebut Affluents Pas d’exhaussement depuis 1989 à l’aval immédiat des principales confluences Erosion latérale Espace de liberté amputé Perspectives (2)

Perspectives (3) : 

A - 51 % du linéaire protégé B - 56 % du linéaire protégé Perspectives (3) Le rôle des protections de berges

Perspectives (4) : 

Perspectives (4) L’influence des seuils Evolution 1825-1950

Slide 18: 

3 – Barrage de Bigny 4 – Barrage de Boissereau 5 – Barrage du Breuil Perspectives (5)

Slide 19: 

Cossalter, 2011 Perspectives (6) Les gravières

Perspectives (7) : 

Perspectives (7)

Slide 21: 

Problématique de gestion des sédiments sur le Cher > Le Cher, un cours d’eau du domaine public fluvial avec un enjeu fort vis-à-vis des poissons grands migrateurs identifié de longue date… > Évolution du contexte réglementaire depuis les années 2000: - étude d’impact des carrières (2001) - Directive Cadre sur l’Eau (2000) - Restauration de la continuité écologique au droit des ouvrages (L.  214-17) > La gestion des sédiments... une préoccupation relativement « récente » sur le Cher qui pose beaucoup de questions ! ?

Slide 22: 

Comprendre la dynamique actuelle du Cher pour agir / réglementer de manière proportionnée aux enjeux > Un cours d’eau à dynamique latérale active… mais modérée en comparaison aux cours d’eau pour lesquels le concept d’espace de mobilité a initialement été défini > Nécessité de mieux comprendre les particularités de ce type de système (intensité des processus, facteurs de contrôle, contribution des érosions de berge au budget sédimentaire)

Slide 23: 

Comprendre les ajustements passés du Cher pour adapter les actions de restauration au contexte local > Exemple de la mise en œuvre de la restauration de la continuité écologique (piscicole et sédimentaire) > Quels rôles respectifs des ouvrages et des extractions dans l’incision du lit? Quelle vitesse des processus? Etc…

Slide 24: 

Comprendre la trajectoire du Cher pour mieux le gérer et anticiper des problèmes de gestion à venir… > Un fort héritage anthropique… à l’abandon? > Une réactivation des processus en cours?

Slide 25: 

Connaître et comprendre la variabilité spatiale du fonctionnement géomorphologique du Cher afin de planifier/sectoriser la gestion > Émerge de ces exemples ponctuels une problématique globale de gestion complexe d’un « système » qui évolue dans ses composantes physiques (évolution de la ligne d’eau) et sociétales (usages, abandon protection de berges, etc.) > Des enjeux qui varient d’amont en aval du Cher

Slide 26: 

En guise de conclusion… > Une problématique de gestion « nouvelle » sur le Cher... > Dans ce contexte, une recherche en géomorphologie fluviale « utile » qui permet : (i) une connaissance « géographique » pour sectoriser les enjeux de gestion (localisation des tronçons incisés, tronçons à dynamique latérale active, etc.), (ii) une connaissance « appliquée » permettant de mieux identifier les leviers pour l’action (hiérarchisation des causes de l’incision par exemple) (iii) une connaissance « théorique » en appui des dossiers complexes (exemple des dossiers de carrière, gestion des ouvrages, etc.) > Quels besoins de recherche à court terme sur le Cher en géomorphologie fluviale ? - Dynamique de transfert des sédiments dans la bande active - Lien géomorphologie - écologie - Outils pour l’aide à la décision (par ex. modèle hydrodynamique à différentes échelles) - Etc.

authorStream Live Help